Livres
535 890
Membres
562 313

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Oliver Twist



Description ajoutée par Elena62 2012-02-20T09:17:34+01:00

Résumé

Oliver Twist est un orphelin qui grandit dans la misère d’un hospice de l’Angleterre victorienne. Il se lie d’amitié avec un jeune voleur qui l’introduit dans le monde des pickpockets. Arrêté, puis innocenté par le tribunal, Oliver se retrouve à dix ans livré à lui-même dans les bas-fonds de Londres où règne la loi du plus fort et du plus méchant. Oliver est recueilli par Mr Brownlow qui le traite comme un humain. Mais la bande de jeunes voleurs le retrouve...

Ce chef-d’œuvre de Charles Dickens est à l’origine d’une prise de conscience de la condition des enfants lors de la grande révolution industrielle du XIXe siècle, une prise de conscience qui reste, hélas, toujours d’actualité dans le monde.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 395 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par RMarMat 2016-10-24T17:40:38+02:00

Le soir venu, les enfants prirent leurs places; le chef de l'établissement, affublé de son costume de cuisinier, était en personne devant la chaudière; on servit le gruau ; on dit un long benedictus sur ce chétif ordinaire. Le gruau disparut ; les enfants se parlaient à l'oreille, faisaient des signes à Olivier, et ses voisins le poussaient du coude. Tout enfant qu'il était, la faim l'avait exaspéré, et l'excès de la misère l'avait rendu insouciant; il quitta sa place, et, s'avançant l'écuelle et la cuiller à la main, il dit, tout effrayé de sa témérité :

- J'en voudrais encore, monsieur, s'il vous plaît.

Le chef, homme gras et rebondi, devint pâle ; stupéfait de surprise, il regarda plusieurs fois le petit rebelle; puis il s'appuya sur la chaudière pour se soutenir ; les vieilles femmes qui l'aidaient étaient saisies d'étonnement, et les enfants de terreur.

- Comment ! dit enfin le chef d'une voix altérée.

- J'en voudrais encore, monsieur, s'il vous plaît, répondit Olivier.

Le chef dirigea vers la tête d'Olivier un coup de sa cuiller à pot, l'étreignit dans ses bras, et appela à grands cris le bedeau.

Le conseil siégeait en séance solennelle quand M. Bumble tout hors de lui, se précipita dans la salle, et s'adressant au président, lui dit :

- Monsieur Limbkins, je vous demande pardon, monsieur, Olivier Twist en a redemandé.

Ce fut une stupéfaction générale ; l'horreur était peinte sur tous les visages.

- Il en a redemandé, dit M. Limbkins ? calmez-vous, Bumble, et répondez-moi clairement. Dois-je comprendre qu'il a redemandé de la nourriture, après avoir mangé le souper alloué par le règlement ?

- Oui, monsieur, répondit Bumble.

- Cet enfant-là se fera pendre, dit le monsieur au gilet blanc; oui, cet enfant-là se fera pendre.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Ce livre a été mon livre de chevet pendant des années,j'en garde un souvenir emouvant,une histoire très triste d'un gamin des rues à lire pour passer un bon moment!

Afficher en entier
Bronze

Un enfant des rues qui s'en sort pas trop mal(on fait pire)Un petit garçon très courageux qui n'a pas peur d'aller au devant de lui-même.Un classique à lire de Charles Dickens.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Bookrad 2021-01-20T11:50:39+01:00
Argent

Bien

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hawthorne23 2020-12-22T04:30:09+01:00
Bronze

Un recit qui dépeint bien le côté sombre hypocrite de la société de l'époque, tout en apportant une touche d'optimisme au cours du livre.

Un classique agréable à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Colyn-99 2020-10-31T21:32:03+01:00
Lu aussi

Oliver Twist c'est, au même titre que Les Misérables de Victor Hugo, la promesse que notre naissance ne scelle pas notre destin. Dickens est légitime d'aborder la pauvreté qui à son titre personnel à marqué son enfance. Ce livre c'est le cri du cœur de l'injustice. On est tout le long du roman, révolté par cet acharnement et les préjugés des personnages qui s'abattent sur l'innocent enfant. C'est aussi un livre d'espoir, qui peut parfois nous sembler utopique face à l'infatigable bonté et bienveillance d'Olivier. Jusqu'à l'arrivée de M. Brownlow, où l'envie de croire en l'être humain a animé ma lecture et m'a donné envie de poursuivre, parce qu'on croit en une fin heureuse pour Oliver puisque c'est le minimum de ce qu'il mérite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PerleEmotion 2020-10-03T10:25:22+02:00
Or

Une œuvre magistrale à offrir aux plus jeunes. A re-découvrir adultes. La version grand écran est une vraie merveille aussi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Svane 2020-08-08T16:32:11+02:00
Argent

J'ai passé un bon moment en lisant ce livre, même s'il est assez sombre. J'ai bien aimé suivre les aventures de l'orphelin qu'est Oliver Twist, même si j'ai davantage accroché après son arrivée à Londres.

L'histoire dépeint bien le côté sombre et hypocrite de la société de l'époque, tout en apportant une touche d'optimisme au cours du livre.

C'est un classique très abordable et agréable à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aline-100 2020-07-10T10:23:10+02:00
Or

Charles Dickens est l'un de mes (nombreux) auteurs favoris depuis que j'ai découvert le grillon du foyer et Un chant de Noël (soit à un très jeune âge).

Le lire en V.O. est toujours un challenge, mais je m'y attelle en général avec beaucoup de plaisir, car Dickens en anglais, c'est toujours plus agréable que Dickens traduit. L'écriture de Dickens et sa façon de raconter et de construire une intrigue sous nos yeux sont tellement élégantes, qu'il serait dommage de se limiter à une simple traduction quand on sait le lire en anglais.

Revenons à Oliver Twist. Je parlais justement de cette lecture à un ami, qui est également amateur du grand Charles et qui m'a tout de suite dit, connaissant le titre de ma lecture du moment : « Tu vas finir dépressive ! » Je déteste donner tort à des amis mais, s'il est vrai que l'histoire du petit orphelin est assez dramatique, je suis loin de la dépression après avoir refermé ce roman.

La raison principale justifiant cet état d'esprit relativement serein malgré le roman que je viens de terminer réside encore une fois dans l'écriture de Dickens. L'auteur parvient en effet à glisser quelques touches d'ironie, voire d'humour assez noir, dans son histoire et est parvenu à me faire sourire au milieu des drames vécus par les différents personnages. J'ai toujours trouvé la plume de Dickens très vive et malicieuse et Oliver Twist confirme cette impression. L'auteur y décrit des scènes atroces et désespérées sans pour autant horrifier le lecteur : on observe, en « spectateur », les scènes décrites, sans pour autant en ressentir la douleur à laquelle on pourrait s'y attendre.

Toutefois tout n'est pas drôle et amusant dans ce roman. Dickens est un grand connaisseur de la société de son époque et il se montre, ici, très conscient des manquements de la société victorienne envers les pauvres et les orphelins. L'histoire du petit orphelin semble n'être qu'un prétexte que l'auteur utilise afin de pouvoir écorcher les grands principes de « l'aide sociale » de l'époque et pour dénoncer l'hypocrisie du système. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi je parle « d'aide » sociale : on est plutôt dans une sorte de grande machination mise en place afin de punir les pauvres et les orphelins qui osent déparer la grandeur de l'époque… Une preuve de cet état d'esprit se retrouve bien dans ce passage, dans lequel Mr Bumble explique sa vision des choses en ce qui concerne l'assistance aux plus démunis :

“The great principle of out-of-door relief is, to give the paupers exactly what they don't want; and then they get tired of coming” (en français : « le principe fondamental de l'assistance en dehors du dépôt, c'est de fournir aux pauvres justement ce dont ils n'ont que faire, et alors, de guerre lasse, ils cessent leurs importunités »).

Je tiens à préciser que Mr Bumble est bedeau et très « impliqué » dans la gestion du système d'aide aux pauvres de sa paroisse : une telle information donne tout de suite le ton du roman et permet de comprendre le genre de mentalités que Dickens dénonce dans ce roman.

Une fois Oliver arrivé à Londres (je ne vous expliquerai pas comment ni pourquoi, histoire de ne pas gâcher le suspense), la situation semble aussi désespérée : les plus démunis ne sont pas mieux lotis dans la capitale qu'à la campagne et constituent des proies faciles pour une faune douteuse dans le genre de Bill Sikes et de Fagin.

Mais malgré ses mauvais côtés, même Fagin m'a semblé moins corrompu que Mr Bumble et sa bande. C'est Nancy, l'une des miséreuses qui gravite autour d'eux, qui résume le mieux ce que je ressens lorsqu'elle explique à Mr Brownlow pourquoi elle ne souhaite pas dénoncer les pratiques du vieux voleur :

“For one reason,” rejoined the girl firmly, “for one reason, that the lady knows and will stand by me in, I know she will, for I have her promise: and for this other reason, besides, that, bad life as he has led, I have led a bad life too; there are many of us who have kept the same courses together, and I'll not turn upon them, who might—any of them—have turned upon me, but didn't, bad as they are.” (en français : « Pour une raison, répondit la jeune fille avec fermeté, pour une raison que mademoiselle connaît et qu'elle admettra, je le sais, car elle me l'a promis ; et pour une autre raison encore, c'est que, s'il a mené une vie criminelle, la mienne ne vaut pas mieux ; beaucoup d'entre nous ont eu la même existence, et je ne me tournerai pas contre ceux, qui auraient pu… quelques-uns du moins… se tourner contre moi, et qui ne l'ont pas fait, tout pervers qu'ils sont. »)

Il y a donc une forme d'honneur dans le milieu que fréquentent Sikes et Fagin, alors que cette qualité est totalement absente chez Mr Bumble et ses semblables…

La fin du roman réserve quelques surprises, avec l'entrée en scène de Monks et les détails qu'il semble connaître sur le passé d'Oliver (ou, du moins, sur sa mère). Monks est aussi celui qui créé un lien entre les « deux vies » du jeune orphelin, puisqu'il pousse Nancy (la créature de Fagin) à rencontrer Rose Maylie, celle que l'on pourrait qualifier de « bonne fée » d'Oliver.

En bref : La plume de Dickens reste à la fois douce et affûtée jusqu'à la toute fin du roman, qui réserve une belle surprise. de quoi terminer en beauté un roman que je suis très heureuse d'avoir découvert !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Na_nou 2020-06-25T17:51:59+02:00
Lu aussi

Charles Dickens raconte une histoire triste à pleurer, mais aussi pleine de bons sentiments...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mimga 2020-05-08T09:57:34+02:00
Lu aussi

Je ne m'attendais pas à ça, à ce côté conte de fée... De plus je n'ai pas accroché plus que ça, même si je suis très contente d'avoir lu ce classique de la littérature.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mensonges 2020-05-01T23:44:58+02:00
Argent

Roman que j’ai lu coupé en deux (ou plus je ne sais même plus), ayant lu la première moitié en français il y a quatre ou cinq ans et tout le reste en anglais il y a peu. Je m’attarderai donc surtout sur cette deuxième moitié. Je n’ai pas eu de raison particulière d’interrompre ma lecture, c’est juste que j’ai dû lire plein d’autres livres en même temps et finir par l’oublier. Bref. D’abord, j’ai trouvé la version originale beaucoup plus agréable à lire, moins lourde que la traduction française. J’aime beaucoup la façon dont l’auteur nous décrit ses personnages, c’est vrai qu’en une phrase il peut nous en fabriquer un. Ils sont assez caricaturaux, surtout pour les méchants, mais ça marche bien.

J’ai repris ma lecture dans une partie qui ne m’a pas trop intéressée. Spoiler(cliquez pour révéler)Oliver se retrouve chez Mrs Maylie et Rose, et tout est une débauche de bons sentiments assez agaçante parfois. C’est peut-être parce que j’avais oublié qui elles étaient aussi. J’ai été davantage intéressée quand les choses ont commencé à se corser un peu, le roman devenant beaucoup plus sombre et presque cruel. Spoiler(cliquez pour révéler)La mort de Nancy est inattendue et je ne voulais pas y croire, j’ai trouvé ça très puissant la mobilisation qui se forme pour retrouver et punir son meurtrier. J’ai beaucoup apprécié toute la scène finale, pleine d’action et de confusion. Spoiler(cliquez pour révéler)J’ai aussi été très intéressée par la conclusion, les révélations sur les origines d’Oliver et ce qu’il advient des « méchants ».

Au final, c’est un livre que j’ai bien aimé, mais que je ne conseillerai pas trop pour commencer Dickens, parce que je l’ai trouvé assez long.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irisette42 2020-04-24T19:54:15+02:00
Bronze

J'ai eu envie de lire ce livre après l'avoir découvert dans un autre livre (dont je ne me souviens plus le nom..)

Cependant j'ai mis du temps a me plonger entièrement dedans par le fait de ses longues descriptions et de la noirceur de l'histoire.

Et surtout pendant longtemps je me suis mélanger entre les personnages, mais je n'est pas démordu et fini de le lire car je voulais savoir ce qu'il allais arriver ensuite à Oliver.

"Que va-t-il lui arrivé ensuite ?" serais la question que je me posais en fermant le livre.

Et j'ai vraiment préfère la seconde partie de livre a la première.

Ce livre est bouleversant et prenant a la fois mais pas super pour s'initier a la lecture du classique selon mon avis. Mais je ne regrette absolument pas de l'avoir lue.

Afficher en entier

Date de sortie

Oliver Twist

  • France : 2018-03-08 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Les Aventures d'Olivier Twist - Français
  • Oliver Twist or the Parish Boy's Progress - Anglais

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 1395
Commentaires 166
extraits 28
Evaluations 314
Note globale 7.62 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode