Livres
524 418
Membres
542 690

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Hôtel Castellana



Description ajoutée par Katniss 2020-02-10T23:00:44+01:00

Résumé

1957. Daniel Matheson passe l'été à Madrid avec ses parents. Passionné de photographie, il espère découvrir le pays de naissance de sa mère par le viseur de son appareil. Dans l'hôtel Castellana où s'installe la famille Matheson travaille la belle et mystérieuse Ana. Daniel découvre peu à peu son histoire, lourde de secrets, et à travers elle le poids de la dictature espagnole. Mais leur amour est-il possible dans un pays dominé par la peur et le mensonge ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 102 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par NaelleR 2020-05-04T10:39:27+02:00

Vous vous sentez puissant parce que vous êtes riche. Votre argent achète notre vin et notre soleil, mais il ne vous donne pas le droit de voler notre histoire.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Fr4nk13 2020-08-31T10:23:33+02:00
Diamant

Très bon livre que je relirai souvent je pense.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ludivine-38 2020-07-31T23:28:52+02:00
Bronze

Un bon roman cela ne peut pas être nié. Il y a un véritable travail de recherche pour donner une impression de vrai, cependant je rejoins certains avis quant au faite que la romance prends bien trop de place. Je ne suis pas du tout une adepte des romances, même si il est évident qu’elle est importante dans ce roman. Mais elle prends quand même trop de place et personnellement j’ai trouvé que cela a apporté des longueurs dont nous n’avions pas besoins. Malgré tout cela, j’ai beaucoup aimé qu’on ne romantise pas l’Espagne de Franco et qu’on y raconte les effets que la politique dictatorial a eu sur les espagnols de cette époque. Je ne pense pas forcément lire d’autre livre de Ruta Sepetys si la romance prends toujours une place si importante....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jenna95 2020-07-27T19:30:09+02:00
Argent

Bon, je pense qu'il est établi que Ruta Sepetys a fait ses preuves en tant que romancière historique. Un très bon nouveau roman, avec un nouveau cadre.

En Espagne cette fois-ci, et vraiment le cadre est vraiment intéressant et instructif. Comment ça se passait en Espagne, du temps de Franco, la condition des femmes, et les petits scandales qui étaient bien gentiment camouflés. On apprend pas mal de choses, et les pages défilent assez vite.

Vraiment, l'auteur sait s'y prendre pour nous emmener ailleurs, dans une histoire crédible, et maîtrisée, efficace. Avec des personnages un minimum attachants, en plus de ça, que demander de plus ?

Pour autant, je me dis qu'il ne s'agit pas de son meilleur roman. Le Sel de nos larmes était plus puissant niveau émotion (peut-être que j'ai un problème avec les happy end, qui sait ?), et Big Easy restera un de mes gros coups de cœur.

Avec Hôtel Castellana, on a un excellent roman, en effet, mais tout de même moins marquant : beaucoup de longueurs, malheureusement, et surtout une histoire d'amour qui prend trop de place.

Alors oui, c'est subjectif, parce que de base, les romances, c'est pas ce qui m'intéresse le plus, sauf exception. Et je ne dirais pas le contraire : elle ne sort pas de nulle part, et a parfaitement sa place. Mais juste, c'est trop. Trop imposant, et prend le pas sur le reste de l'histoire, c'est bien dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KyuuV 2020-07-26T23:25:50+02:00
Or

Un petit 16 pour ma part. J'ai aimé le livre, les recherches menées par l'auteur et intégrées au roman, la profondeur du roman. Je me suis énormément attachée aux différents personnages et on ressent parfaitement bien la peur des espagnols. MAIS. Mais c'est quoi cette fin !? On ne peut simplement pas finir un livre comme ça. C'est excessivement frustrant et je ne trouve aucun autre mot.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilith86 2020-07-13T09:07:15+02:00
Lu aussi

J'ai bien aimée ce roman, même si je lui ai trouvée beaucoup de longueurs inutiles qui auraient pu laisser la place à plus de détails historique. La galerie de personnage est sympathique mais peu fouillée et donc peu crédible. La romance prends un tout petit peu trop de place au vu de l'intrigue qui elle est passionnante et aurait méritée un traitement de fond.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elsa_Moon 2020-07-05T22:49:38+02:00
Diamant

Avec Le Sel de nos Larmes, Ruta Sepetys s'était hissée parmi mes auteurs préférés, j'ai acheté son dernier livre, Hôtel Castellana et je ne suis pas du tout déçue. Le livre retranscrit très bien l'ambiance qui règne en Espagne lors de la dictature de Franco. Les personnages sont particulièrement attachants et le lien qu'elle fait entre l'Espagne et les États-Unis, c'est-à-dire qu'elle raconte l'histoire au travers les yeux d'un touriste américain et donc d'un point de vue extérieur (pour rester humble face à une Histoire qui ne lui appartient pas) est touchant, adéquat et intéressant. Elle réussit à aborder de nombreux crimes et tensions qui eurent lieu à cette époque. Un vrai chef-d’œuvre!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2020-06-24T09:42:43+02:00
Or

Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'Hôtel Castellana signé Ruta Sepetys. Cette autrice faisant assurément partie de mes valeurs sûres, il me tardait de retrouver sa somptueuse plume avec ce roman paru une fois de plus aux éditions Gallimard Jeunesse. Et ces retrouvailles tant espérées furent des plus émouvantes, je puis vous le garantir...

Ce livre, c'est tout d'abord l'authentique chaleur de l'Espagne, qui se décline d'ores et déjà dans les séduisants tons jaunes et bruns de sa splendide couverture. C'est aussi l'indéniable beauté de sa langue, de sa culture, de son architecture. Bien que je ne sois jamais allée à l'Hôtel Castellana et que je ne pourrai malheureusement jamais m'y rendre "pour de vrai", Ruta Sepetys a rendu ce fastueux vestige du passé tout ce qu'il y a de plus vivant à mes yeux. En lisant cet ouvrage, je voyais en effet devant moi toute la magnificence de cet établissement de luxe des années cinquante mêlant habilement dans ses fondations folklore madrilène et volupté américaine. Je me sentais irrésistiblement attirée par cet endroit autant que j'en étais profondément dégoûtée. L'Hôtel Castellana, aussi beau et grandiose soit-il, était avant tout le symbole d'une politique américaine fermant les yeux face à la cruauté d'un régime totalitaire injuste et injustifié qu'elle a aidé à sa manière à perpétrer par le biais d'un soutien économique considérable qui se traduisait notamment en une mise en tourisme toute particulière de l'Espagne par les grands magnats de l'hôtellerie américaine - l'Hôtel Castellana ne se prénommait pas le Castellana Hilton pour rien. L'American Dream a donné naissance au Spanish Dream, à l'envie impérieuse de "s'acheter un château en Espagne" comme le dit l'expression bien connue. Un rêve qui s'est bâti sur les os enfouis et le sang d'un peuple oppressé et dont la souffrance a été passée pendant des décennies sous silence, jusqu'à la mort du bourreau, du plus redouté et ignoble de tous les matadors.

Hôtel Castellana, ce sont aussi des personnages inoubliables. Daniel, Ana. Rafa, Fuga. Ben, Nick. Carlitos, Miguel. Julia, Antonio, Puri. Leur petite histoire extrêmement sombre et éprouvante rejoint la grande, d'autant plus sanglante, violente et ténébreuse, avec un brio tel que j'ai senti ma présence de ces formidables protagonistes à mes côtés au fil des pages comme s'ils étaient littéralement extirpés de leurs chapitres d'encre et de papier pour prendre véritablement chaire. Pour ma part, j'ai été particulièrement émue par la relation qui se tisse petit à petit entre Daniel et Ana, deux êtres exceptionnels qui ne sont résolument pas à leur place et dont les âmes et les cœurs se répondent d'instinct. J'ai été immensément touchée par la sensibilité de Daniel, sa gentillesse, sa vision du monde indéniablement singulière et mature. En tant que photographe amateur et passionné de grand talent, il parvient à transcender les apparences, à percevoir la véritable nature des choses et des êtres, à laisser transparaître leur identité, leur essence intrinsèque sur papier glacé. Il m'a purement et simplement fascinée, je suis tombée folle amoureuse de son ouverture d'esprit, de son sincère respect envers la vie et les opinions des autres, de son sens de la justice, de sa générosité, de sa sagesse. Quant à Ana, cette toute jeune femme m'a tout bonnement éblouie. Elle fait preuve tout au long de l'intrigue d'un courage et d'une résilience à toute épreuve. Lumineuse, audacieuse, d'une intelligence éblouissante, sa fraîcheur et sa franchise m'ont indubitablement transportée. Ces deux-là sont sans conteste les deux soleils du récit, les astres autour desquels les personnages et les événements évoluent. Pour être tout à fait honnête, chaque personnage de ce livre aura su me subjuguer et me marquer de façon indélébile - mention spéciale à Rafael, mon petit rayon de soleil personnel (il est à moi, PAS TOUCHE, haha), ainsi qu'à Fuga dont le destin et les motivations m'ont ébranlée plus que mesure.

Enfin, Hôtel Castellana, c'est avant toute chose un arrière-plan historique soigneusement élaboré qui ne manquera pas de faire bouillir le sang dans vos veines. Personnellement, je ne connaissais de la guerre civile espagnole et de la dictature de Franco que ce que le déchirant tableau Guernica de Picasso a bien voulu nous en dévoiler, et ce que cette peinture nous apprend était déjà bien assez lourd à encaisser. Avec Hôtel Castellana, j'ai pu considérablement m'enrichir à ce sujet fort douloureux et toutes les informations que j'ai pu assimiler m'ont tout bonnement assommée. S'il y a bien un sentiment que vous ressentirez au cours de votre lecture de cet ouvrage, et qui ne cessera de croître au fur et à mesure que les pages se tournent, ce sera de l'indignation, une colère sourde qui prendra de plus en plus d'ampleur à la façon des exclamations tonitruantes que l'on peut entendre à la fin d'une corrida. Je ne vous cache pas que cela me démangeait parfois de balancer le bouquin à l'autre bout de la pièce tant ce que j'y apprenais m'horrifiait. La position de la femme dans l'Espagne de Franco, la façon dont l'on honore les morts au combat des deux camps au cours de la guerre civile, l'enlèvement et le trafic d'enfants de républicains, tout cela me donnait la nausée et me mettait hors de moi. Comment a-t-on l'idée de faire souffrir son peuple à ce point, d'ainsi le torturer physiquement et psychologiquement, par seul souci de détenir le pouvoir ? Et de cautionner cela pour ce qui est des pays collaborateurs... ? Franchement, cela dépasse tout simplement mon entendement. Vous l'aurez compris, si jamais vous prenez une chambre à l'Hôtel Castellana à l'instar de la famille Matheson, préparez vous à en repartir le cœur serré et l'estomac sur les talons.

Pour conclure, je ne peux que chaudement vous recommander Hôtel Castellana. Encore une fois, Ruta Sepetys a frappé fort avec un roman poignant, désarmant, qui nous dresse un portrait tout ce qu'il y a de plus complet et passionnant de l'Espagne sous la dictature de Franco par le biais de photographies, de déclarations diplomatiques et d'une intrigue rondement bien menée et tout bonnement captivante qui ne manquera pas de vous soulever le cœur et de vous transpercer l'âme. Le seul petit bémol que j'ai pu relever, c'est la conclusion du roman, assez abrupte à mon goût. Après, cela équivaut carrément à du pinaillage dans le sens où j'aurais simplement voulu rester plus longtemps avec mes chouchous Daniel et Ana et recroiser sur ma route d'autres personnages bien aimés. En réalité, je comprends tout à fait pourquoi l'autrice a décidé de s'en arrêter là et surtout sur ces mots profondément marquants, d'une justesse infinie. Au fond, le roman ne pouvait pas finir autrement, je le reconnais. En clair, un livre intense qui témoigne bien de tout l'amour que l'autrice porte pour l'Espagne et l'importance que cette dernière accorde à la véracité historique, à ce colossal héritage du passé qui se transmet de génération en génération et qui ne doit certainement pas être ignoré et encore moins oublié. Moi en tout cas, je ne suis assurément pas prête d'oublier ce roman et je continuerai à suivre les parutions de Ruta Sepetys de très près, n'en doutez point.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emma-14 2020-06-19T17:26:49+02:00
Diamant

Un roman à la Ruta Sepetys comme on les aimes. Je ne connaissais pas du tout l'Espagne de Franco et je trouve ça dommage qu'on n'ait pas de cours dessus au lycée alors qu'il s'agit de notre pays voisin et que c'est assez récent. J'ai appris beaucoup de choses avec ce roman, plus que je n'aurais pu l'apprendre dans un cours d'Histoire. Je savais que la dictature de franco était dur, mais pas à ce point. Spoiler(cliquez pour révéler)Notamment les bébés volés. Mais QUEL HORREUR! j'ai beaucoup aimé parce que malgré l'ambiance sombre du roman, nous gardons espoir avec le personnage d'Ana et Daniel. L'histoire est logique, les lieux sont décris si parfaitement qu'on s'y croirait. les personnages sont vivants et touchants. C'est une leçon, une leçon d'histoire et une leçon de vie, il nous montre les erreurs à ne pas reproduire, les horreurs que la guerre a pu causer même des années plus tard. C'est un véritable coup de cœur. Toutefois je reste sur ma faim, je ne suis pas vraiment satisfaite de la fin que je trouve arrivé trop vite. On ne pense pas tout de suite qu'il s'agit du dernier chapitre quand on le lit. On se dit "mais? Il manque une page" certes elle est satisfaisante, mais pas suffisante. J'aurais aimé en apprendre un peu plus Spoiler(cliquez pour révéler)comment christina gère la découverte de son histoire notament cela reste en tout cas un excellent roman, ruta sepetys a une plume hors paire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Olcay 2020-06-16T16:35:51+02:00
Diamant

Un histoire superbe avec pleins de rebondissement. J’ai appris pas mal sur l’histoire de L’Espagne pendant la dictature, j’ai beaucoup aimé livre ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NoEtJess 2020-06-14T18:56:17+02:00
Diamant

Bon alors ce n'est surement pas le sujet qui m'a convaincu de lire ce livre. Ma prof d'espagnol m'a traumatisée pendant 4 ans avec l'histoire de l'Espagne et sa quantité astronomique de dates que j'ai appris par coeur (et que j'ai quand même fini pas oublier ^^').

Mais bon ça reste un livre de Ruta Sepetys et connaissant la qualité de ses romans historiques, je n'ai pas hésité longtemps avant de le mettre dans ma liste d'envie puis, juste après, de le lire.

Et mon dieu, c'est surement mon livre préféré de cet auteure !

L'ambiance est tellement bien dépeinte que l'on se croirait en Espagne il y a une soixantaine d'années. Je m'attendais à un peu plus de rebondissements tout au long du récit mais finalement j'ai préféré comme ça. C'est la vie de tout les jours sous la dictature de Franco qui est décrite et c'était vraiment immersif (c'est le mot !). Après attention, ce n'est pas qu'il y a peu de rebondissements que le livre était ennuyant, pas du tout. Au contraire, l'Espagne franquiste regorge de secrets que l'on découvre petit à petit en allant de révélation en révélation.

C'est le personnage de Daniel (un jeune américain qui ne connait de l'Espagne que le côté plage, soleil et bar) qui découvre Madrid à cette époque. Et le fait qu'il ne connaisse rien de cette ambiance de secrets et de peur nous aide à nous identifier à lui car nous découvrons tout ça en même temps que lui. En plus, le fait qu'il soit passionné de photographie donne un gros plus à l'histoire et découvrir la vérité sur l'Espagne à travers ses photos rend le tout encore plus passionnant.

J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié les personnages. J'ai d'abord été un peu perturbée par tous les différents points de vue qu'on a au départ du roman mais finalement chaque personnage et son histoire ont leur importance dans le récit et nous montre à chaque fois un visage différent de l'Espagne franquiste.

La romance entre Ana et Daniel était vraiment très belle. Ni trop exagérée, ni trop rapide, juste comme il faut.

Aussi un autre très bon point : la lecture est très fluide, sans prise de tête et le texte se laisse lire tout seul.

Par contre, j'ai trouvé la fin d'abord brutale et ensuite très peu réaliste. Spoiler(cliquez pour révéler)Déjà je ne m'attendais pas à ce que tout se passe aussi vitre et à faire un bond dans le temps de 18 ans. Ça m'a fait un choc et m'a un peu déçue de ne pas savoir comment se terminent les choses à la fin de la première partie. Ensuite j'ai trouvé très peu réaliste le fait que Daniel et Ana, qui ne se sont connues seulement pendant un mois, se retrouvent comme si de rien était 18 ans plus tard, s'aimant encore plus fort qu'avant. Surtout que s'ils étaient tellement amoureux l'un de l'autre, pourquoi auraient-ils attendus autant de temps pour se recontacter ? Je n'ai pas trop compris et j'ai donc été frustrée par la fin.

Mais bon sinon c'est une très belle lecture que je recommande à fond, presque un coup de coeur. J'ai redécouvert l'histoire de l'Espagne du siècle dernier autrement que par toute ces dates assommantes. J'ai même eu très envie de relire ce roman juste après l'avoir terminé (ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps). Même si pour la relecture je pense quand même attendre de l'avoir un peu oublié :).

Afficher en entier

Date de sortie

Hôtel Castellana

  • France : 2020-03-05 (Français)

Activité récente

acsjg le place en liste or
2020-08-24T14:07:23+02:00

Titres alternatifs

  • The Fountains of Silence - Anglais
  • The Fountains of Silence - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 102
Commentaires 29
extraits 28
Evaluations 54
Note globale 8.72 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode