Livres
454 767
Membres
403 386

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Part des flammes



Description ajoutée par x-Key 2015-02-05T22:58:31+01:00

Résumé

Tout à la fois porté par un souffle puissant, littéraire et généreux, La Part des flammes, nous entraîne de rebondissements en révélations à la manière d’un roman feuilleton.

4 mai 1897. Le tragique incendie du Bazar de la charité mêle les destins de Sophie d'Alençon, duchesse charismatique qui passe son temps dans les hôpitaux pour tuberculeux, Violaine de Raezal, comtesse devenue veuve trop tôt pour les convenances de l'époque, et Constance d'Estingel, jeune femme tourmentée prête à se sacrifier au nom de la foi.

Afficher en entier

Classement en biblio - 122 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par SARA81 2019-02-26T08:36:42+01:00

Elles jaillirent comme accouchées par les flammes, deux formes titubantes et dansantes, flambant dans leurs vêtements, hurlant le plus vieux hurlement de la terre, torturées jusque dans leur âme. Le feu les étreignit encore pour quelques pas de valses forcée, riant de leur calvaire, avant de les rejeter sur l'herbe, tous leurs cris consumés, leurs faces noirâtres crispées dans un dernier rictus qui n'en finissait pas, bras repliés le long de leurs corps rongés jusqu'à la cendre."

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par NounMangil 2018-03-18T21:56:04+01:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par SARA81 2019-03-09T15:49:01+01:00
Argent

Livre, inspiré d'un fait divers, l'incendie du Bazar de la Charité, à Paris, le 7 mai 1897.

Alors que toutes les femmes de la bourgeoisie se pressent à la vente de bienfaisance , un incendie terrible éclate. Le Bazar est envahie par les flammes et les victimes, surtout des femmes, se comptent par centaines. Parmi elles, il y a la duchesse d'Alençon, la soeur de Sissi....D'autres en sortiront profondément brûlées et traumatisées....

Le récit est centré sur trois femmes atypiques : Sophie, la duchesse d'Alençon , Violaine de Raezal, une jeune veuve , et Constance d'Estingel,

L'incendie du Bazar va réunir leur destin.

A travers ce livre on retrouve une fresque de la noblesse de l 'époque ; la place des femmes dans la société ;la place du religieux, le monde de la presse, le traitement de l'hystérie et bien sûr les soins rudimentaires de la médecine.

Même si ce livre n'a pas ma préférence il est instructif sur une époque ou le rôle de la femme bourgeoise est limité :sois belle,maries toi et enfantes.......

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Calypso2000 2019-02-22T09:35:49+01:00
Lu aussi

Je dois avouer que je m'attendais à autre chose et c'est peut-être pour cela que je n'ai pas accroché

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hortensia 2018-11-17T08:37:06+01:00
Or

Une belle lecture portée par une belle écriture. A partir d'un évènement tragique ( et réel ) à Paris, l'auteure nous fait suivre le destin de personnages à la fois forts et fragiles dont l'incendie va faire se modifier et s'entremêler les vies. C'est bien construit, on y retrouve des extraits des journaux de l'époque et le suspense perdure pour l'un des personnages jusqu'à la dernière page.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lectricehisto 2018-06-07T12:26:00+02:00

J'ai adoré ce livre! Mon avis complet http://gazettelecture.canalblog.com/archives/2017/06/02/35347712.html

Un sujet original et on apprend beaucoup de choses sur un évènement tragique presque oublié

Afficher en entier
Argent

Ce roman se concentre sur un roman bien réel, l’incendie du bazar de la Charité le 4 mai 1897 qui a couté la vie à environ 120 personnes et a fait de nombreux blessés, majoritairement des femmes. Cet incendie conditionne tout le roman.

J’ai aimé être plongée dans cet univers de l’aristocratie de la fin du 19ème siècle. Malgré la catastrophe qui s’est passé dans la capitale, les rumeurs et les coups bas reprennent vite le pas sur le deuil laissant les blessés sur le carreau.

C’est ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, voir l’aristocratie, la condition des femmes mais également la médecine de l’époque. Car avec cet incendie, la médecine va jouer un rôle important aussi bien pour soigner les blessures physiques que morales.

On suit deux personnages qui n’ont rien en commun mais que cet incendie va rapprocher. Violaine de Raezal est une jeune veuve qui est mise à l’écart à cause de ses origines. D’un autre côté il y a la jeune Constance d’Estingel, qui a grandi avec une mère distante qui ne pense qu’à son mariage. Constance a trouvé l’amour manquant auprès de la directrice et mère supérieure du pensionnat dans lequel elle va être éduquée.

L’élement le plus marquant de ce roman c’est ce lien entre Constance et Violaine qui s’est tissé grâce à l’incendie. Elles sont prête à tout l’une pour l’autre quitte à perdre toute crédibilité dans leur milieu.

Mais ce qui m’a le plus marqué, c’est le comportement de la duchesse d’Alençon, petite sœur de Sissi. Elle a tout fait pour sauver la vie des vendeuses du comptoir qu’elle tenait.

En bref, un fait historique méconnu, un lien très fort entre deux victimes et la face sombre de l’aristocratie font de ce livre un excellent roman historique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LaForetDesPage 2018-04-06T19:20:23+02:00
Lu aussi

Je ne pensais pas lire aussi vite ce livre, parce que ce n’est pas vraiment mon genre de prédilection mais l’écriture est fluide et ça se lit super bien. On a toujours envie de connaitre la suite de l’histoire.

On a le point de vue des différents personnages, principalement Violaine et Constance, mais quelques autres également, et ça amène de la richesse au récit et à la psychologie des personnages.

L’ambiance de ce livre représente bien, je pense, l’ambiance de l’époque à laquelle ça se passe. On ressent bien, plus ou moins sous-jacent, la misogynie ambiante, la violence psychologique subie par les femmes. Ca m’a frappé à plusieurs moment, surtout quand Hyacinthe Brunet arrive (vous comprendrez en lisant). Je suis tellement contente de vivre aux XXième siècle où je peux être moi-même, sans être qualifiée d’hystérique à tout bout de champ comme c’était le cas à l’époque ! (Quand je pense à toutes les hystérectomies pratiquées sur des femmes qui étaient simplement elles-mêmes, et pas forcément malades, ça me révolte ! Et l’hystérectomie ne change rien aux maladies mentales, qu’on se le dise.)

Même si cette œuvre est une fiction, c’est très crédible, c’est tout à fait possible que cette histoire ait pu se passer. Les éléments historiques me semblent cohérents, j’ai retrouvé les anecdotes cités dans le livre dans d’autres sources relatives à l’incendie du grand bazar.

Ce livre apporte un questionnement également un questionnement sur les conséquences personnelles de cet incendie. Il y a eu beaucoup de morts, oui. Mais aussi beaucoup de blessées. Dans une société où la femme est jugée sur son apparence (on sait d’où vient le « sois belle et tais-toi »), que sont devenues ces femmes ? Quelles ont été les conséquences sur leur vie (leur mariage, la considération de leur mari ou de la société) ? On en a un exemple avec Pauline qui, même si elle est détestable, est simplement le produit de la société qui l’a créée.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Violaine, qui est forte et indépendante. Elle a été aimée par son mari, il lui a permis de s’épanouir et au début du livre, elle est une jeune veuve en deuil. Mais elle est sûre d’elle et elle va vouloir aider son prochain et aider Constance.

Constance, qui a bien besoin d’aide ! Ses parents cherchent à la marier à tout prix (la plupart de filles sont mariées depuis deux ans, faudrait pas qu’elle soit périmée, après tout qui veut d’une femme vieille et/ou moche ? Et quelle honte d’avoir engendré une vieille fille !). Et malheureusement, alors qu’elle se cherche encore elle-même, elle va devoir affronter d’autres problèmes suite à l’incendie.

Ce livre se lit tellement bien que tout le monde peut le lire, les amateurs du genre comme les non-amateurs comme moi. Et ce livre permet de se rendre compte de ce qu’était le place des femmes il n’y a pas si longtemps et de ce que nous risquons si nous ne sommes pas vigilantes vis-à-vis de nos droits à toutes.

Note : 8/10 https://wp.me/p78wgt-2v

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wonderlili 2018-03-25T09:29:06+02:00
Argent

Avis mitigé en tournant la dernière page de cet ouvrage:

Magnifique écriture fluide, poétique qui nous emmène avec talent au coeur du Paris de la fin du XIXe.

Et pourtant... j'ai trouvé ce livre mal équilibré: long à démarrer et fin bâclée. Pas le temps non plus de creuser la personnalité des nombreux personnages, qui, du coup, frisent la caricature.

J'ai quand même passé un excellent moment à lire La part des flammes. Juste cette petite sensation frustrante que Gaëlle Nohant n'était pas au sommet de son talent en écrivant ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sagweste 2018-02-12T10:43:44+01:00
Or

http://saginlibrio.over-blog.com/2018/02/la-part-des-flammes-de-gaelle-nohant.html

J'ai découvert ce livre par le biais du groupe The Love Book Voyageur. Ce thème ne fait pas parti de ma zone de confort, toutefois je me suis retrouvée à tourner les pages sans m'en rendre compte tellement l'histoire était intense.

Nous allons suivre deux héroïnes, très différentes l'une de l'autre. La Comtesse de Raezal qui vient de perdre son mari mais qui n'est pas intégrée au sein de ses pairs: un parfum de scandale la poursuit sans relâche. De l'autre une jeune fille Constance, délaissée par ses parents hypers mondains depuis sa plus jeune enfance peine à trouver sa place autrement que dans l'affection des Dominicaines qui l'ont accueillie en pensionnat. Elle vont se retrouver à participer au Bazar de la Charité et subir de plein fouet cette tragédie et ses conséquences.

La présentation des personnages est magnifique, l'auteur nous apprend à les aimer, à avoir de l'empathie pour elles. Nous sommes immergés dans ce Paris d'après Commune, à l'aube de toutes les avancées, notamment le cinématographe. Chez les Huppés, les jalousies, les êtres égocentriques au possible tournés vers leurs seuls plaisirs se heurtent au peuple, vivant de peu, subissant les maladies contagieuses, le manque de travail pour faire leur famille. Tout cela est si bien décrit, que j'ai fait une plongée dans cette époque que je ne connaissais pas très bien.

Et puis ce tragique accident, issue d'une histoire vraie, l'incendie du Bazar de la Charité et toutes ces dizaines, ces centaines de femmes brûlées vives, défigurées à vie. L'auteur nous contera presque minutes après minutes toute l'étendue de ce moment apocalyptique, nous faisant ressentir l'horreur de la peur panique, du grésillement du feu, de l'odeur des chairs carbonisées. Les secours avec leur peu de moyens, et l'après, l'ineffable, l'indicible de ces parents, époux, domestiques, venus tenter de reconnaitre un corps, un jupon, un bout de mâchoire, une jambe, un corset.

Quelle plume ! Cette histoire est poignante et très forte, elle chamboule les ressentis plutôt pondérés que l'on peut avoir à la lecture d'un roman historique lambda. Nos deux héroïnes ne vont pas être épargnées, malmenées, elles vont se prendre en mains pour faire valoir leurs désirs. Elle refusent de se laisser imposer des diktats qu'elles n'approuvent pas. C'est un combat de femmes dans l'horreur de l'après tragédie.

Superbe livre que Gaëlle Nohant nous a présenté, une auteure dont je compte bien suivre les écrits.

Enjoy!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par valdtl 2018-01-30T16:36:23+01:00
Bronze

Ce livre est un bijoux historique. Il a tout d'abord un intérêt pour son écriture qui est très belle et très poignante. Les pages s'enchaînent sans problème et certains passages sont très inspirants. Puis, il est très instructif sur une époque qui n'est pas si connue et sur un événement aussi peu connu. Enfin l'histoire est très bien menée, et on n'a qu'une envie : savoir la suite! Les personnages ont des personnalités à la fois très différentes, mais qui se rejoignent en point qui est le centre de l'histoire. On se retrouve un peu dans leurs caractères, et on s'attache très rapidement à eux.

Voilà, c'est une excellente lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cacoethes-scribendi 2017-10-11T18:56:21+02:00
Argent

Cela fait plus d’un an que j’ai envie de découvrir ce roman historique. Maintenant que c’est chose faite, j’ai très envie de découvrir d’autres romans de Gaëlle Nohant !

Paris, 1897. Pendant que la comtesse de Raezal tente désespérément de participer au fameux Bazar de la Charité, événement majeur de la noblesse parisienne, la jeune Constance d'Estingel se dépêtre entre son attirance pour Laszlo de Nérac, son fiancé, et sa profonde piété qui la pousse à se tourner vers Dieu. Les destins des deux femmes se croisent grâce à la duchesse d'Alençon, sœur de Sissi, qui les prend à son comptoir au Bazar, et deviennent inextricablement liés lorsqu'un terrible incendie survient et brûle des centaines de femmes...

Ce roman historique est bien rythmé et remarquablement écrit, le style de l'auteure est très visuel, un peu cinématographique : c’est un régal à lire à tous points de vue !

Ce roman nous fait déambuler dans le Paris de la Révolution industrielle, ce fut très sympathique ! L’auteure s’attache dans la narration à nous décrire les lieux tels qu’ils ont été et ne sont plus, avec une jolie maestria.

Aux deux-tiers de l’histoire, l'aventure prend le pas sur le côté historique. Cela ne m'a pas dérangée, mais j'aurais apprécié plus de profondeur, plus d'explications... car l’action tombe finalement presque comme un cheveu sur la soupe, tout se met en place très rapidement et on n’est pas certain qu’un réel danger est couru (en particulier compte tenu des connaissances de l’époque…).

J'ai beaucoup aimé tous les personnages, mais je regrette peut-être deux choses : presque aucun protagoniste important ne provient pas de l'aristocratie et certains sont trop manichéens...

En revanche, j'ai adoré Joseph, le cocher à la fois humain et héroïque, c’était une dose de légèreté tout à fait bienvenue !

Même si ce n'est pas un coup cœur, j'ai tout simplement dévoré ce chouette roman historique !

Afficher en entier

Dates de sortie

La Part des flammes

  • France : 2015-03-19 (Français)
  • France : 2016-03-09 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 122
Commentaires 26
Extraits 17
Evaluations 52
Note globale 7.83 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode