Livres
394 999
Comms
1 387 203
Membres
289 659

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Père Goriot



Description ajoutée par newmoon 2010-11-01T19:45:41+01:00

Résumé

Étudiant désargenté, Eugène de Rastignac est monté à Paris pour y faire son droit et y acquérir gloire et pouvoir. Il loge dans une pension miteuse et rencontre le père Goriot. Ancien négociant, il s'est ruiné pour ses filles qui, après leur mariage, ne lui témoignent qu'indifférence et mépris. Rastignac est alors confronté aux calculs sordides et à la noirceur du coeur humain. Il tire de cette expérience un sentiment de fatalité mais aussi une formidable volonté de conquête.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 084 lecteurs

Or
278 lecteurs
PAL
351 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par cam881995 2012-04-29T11:35:00+02:00

[...] il regarda la tombe et y ensevelit sa dernière larme de jeune homme, cette larme arrachée par les saintes émotions d'un coeur pur, un de ces larmes qui, de la terre où elles tombent, rejaillissent jusque dans les cieux.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Commentaire ajouté par myra44
Argent

Bon, je suis partie sur un mauvais appriorit mais j'avais tord. Excepté le fait que ce roman soit un peu long au début du récit et qu'il ne soit pas très très facile à lire, je l'ai trouvé réellement bien. L'histoire, en elle même, est très intéressante. J'aime la façon dont Balzac nous explique la vie de Goriot et de Eugène, car il explique en réalité deux personnes contraires : d'un côté la vieillesse, la connaissance, l'expérience, la fin et de l'autre la jeunesse, l'ignorance, l'innocence, la découverte, le commencement.

Un classique très intéressant et rempli de philosophies humaines.

Afficher en entier
Argent

lu pour le français et malgré un début très difficile à lire la suite a été assez bien car elle montre vraiment les différences et puis j'ai beaucoup aimé comment est tourné les relations entre filles et père. un classique à ne pas raté sous prétexte que le début est difficile même si c'est la vérité

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Laurien 2017-11-30T10:21:13+01:00
Lu aussi

Il faut un peu s'accrocher avec le début et la description de la pension, mais ensuite, on s'aperçoit que le personnage du Père Goriot est quasiment un martyr, dévoué au bonheur de ses filles qui lui jettent à peine un regard. Un personnage très touchant car très pur face à la corruption et aux vices du monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par phiphi92 2017-11-25T11:32:41+01:00
Bronze

Une lecture pour le lycée agréable ! J'ai bien aimé les personnages, et l'histoire en général. A travers ce livre, Balzac fait une véritable critique de l'aristocratie, et c'est très intéressant. Un classique qu'il faut lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LOANDRE 2017-11-23T12:17:04+01:00
Lu aussi

Corvée de lecture au collège et j'ai détesté. Trop long, trop de descriptif, trop.... Balzac, pas pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aureane 2017-11-09T20:50:57+01:00
Lu aussi

Le Père Goriot est un livre que j'ai lu pour le lycée, car il faut avouer que ce n'est pas mon style habituel de roman... J'ai pourtant était plutôt surprise ! Même si le premier chapitre était vraiment long en description et plutôt ennuyant.

Dans les trois chapitres suivants, j'ai été plus facilement emporté. J'ai bien aimé le personnage d'Eugène

Spoiler(cliquez pour révéler)
(même si j'ai vraiment cru qu'il accepterait la proposition de Vautrin, à ce moment-là, j'étais un peu dégoûtée. Mais finalement il se reprend au bon moment)
. Le Père Goriot est aussi émouvant comme personnage. On en voit rarement aussi dévoué que lui...
Spoiler(cliquez pour révéler)
J'ai même pleuré à la fin, à son discours mourant.

Finalement, un roman intéressant, mais pas vraiment ce que je lis habituellement (et quelque peu ennuyant pour moi).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Larry917 2017-11-08T18:45:10+01:00
Argent

Goriot, le mal-aimé

Goriot, un (pauvre) vieillard qui a tout donné pour ses filles, et dont ces dernières l'ont abandonné.

Le Père Goriot fait partie de ces romans qui nous touche, touchant surtout grâce a Goriot, le summum du père aimant...

C'est aussi une peinture realiste, cru, et froide sur la sociétée et les relations humaines.

Puis on a ausisi des personnages intéressants (dans cette pension où chaque personnage a sa propre histoire), voire haut-en-couleur parfois, mais surtout ces personnages réussissent a nous transmettre des émotions (on en vient à haïr untel et à aimer celui-ci etc.).

Ce plat (de résistance) est servi dans un Paris de l'époque où toutes les vanités sont en pleine expansion, tout cela est dépeint avec une telle justesse qu'on se croirait en ce Paris.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Un Paris cruel, il n'y a qu'à voir la dernière page du dernier chapitre, tout le thème du livre y est ici représentés ; l'argent, les vanités, le luxe l'emportent sur l'amour et sur la bonté de l'âme... Goriot meur seul. Cruel ô jamais.

Un très bon roman où humaniste et naturaliste font bon ménage.

Mais surtout, Le Père Goriot c'est avant tout une (très belle) histoire d'amour d'un père pour ses filles.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la_plume_trempee_dans_l_encre_de_la_vie 2017-10-23T16:02:39+02:00
Bronze

Une lecture surprenante. Parce que oui, j'ai été surpris. J'ai entendu tellement de mal, tellement de critiques, tellement de négatif à propos de ce roman que je suis surpris de l'avoir "autant" apprécié.

Il faut reconnaître que Balzac force le respect. Et qu'on aime, qu'on n'aime pas, ou qu'on supporte à petites doses, ses descriptions — qui font l'essence de son style, ou du moins sa marque la plus visible — sont époustouflantes de minutie. Le souci du détail est dans chaque mot, chaque virgule ; sa volonté de raconter l'histoire des mœurs, de faire concurrence à l'état civil, donne une profondeur phénoménale au roman et à l'oeuvre.

L'histoire est presque palpitante. Entre deux longs passages dans lesquels on va se traîner plus ou moins lentement, plus ou moins difficilement, le long des lignes d'encre, une certaine tension arrive à naître, un frémissement qui nous fait anticiper et appréhender la fin dramatique du roman.

Les personnages sont complexes parce qu'ils sont humains. Animés, dotés d'une âme, ils doutent, balancent, hésitent. Tentent et sont tentés. Et qu'ils nous soient agréables ou odieux, on ne peut que rester admiratif devant l'énergie vitale que Balzac a su leur insuffler.

Malgré des lourdeurs, des lenteurs, Le Père Goriot reste pour moi une belle surprise, totalement inattendue. Au fil de ma lecture, j'ai réussi à trouver du plaisir au milieu du travail scolaire, au milieu du tripalium, au milieu de la torture décrite par nombre de mes camarades. Et je suis enchanté d'avoir découvert ça !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RazKiss 2017-10-15T20:52:05+02:00
Lu aussi

Je continue avec les classiques découverts à l'école, il y a presque 10 ans, grâce à des extraits. Ce n'est pas une mauvaise chose que je prenne tant de temps avant de me lancer dans leur lecture. Je me rappelle que les extraits me donnaient envie, mais là, en commençant "Le père Goriot", j'ai eu un peu peur... Je me suis retrouvée face à une description sans fin de la pension de Mme Vauquer, cet endroit miteux dans lequel réside entre autres le père Goriot et le jeune Rastignac. Je craignais que tout le roman soit bourré de longues descriptions du même genre. Heureusement, ce n'est pas le cas.

Autre surprise : je ne sais pas pourquoi j'avais cette idée en tête mais il me semblait que le roman était principalement centré sur l'agonie du père Goriot. Je pensais que sa grave maladie s'étalerait sur des pages et des pages. J'ai dû trop rêvasser en cours, car il n'en est rien. Cela ne survient que dans les cinquante dernières pages du livre.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Au fait, la manière dont il tombe malade est tout sauf réaliste, on ne meurt pas des chamailleries de sa progéniture ! On fait à la limite un petit malaise, mais là c'est vraiment trop dramatique !

On suit surtout le parcours d'Eugène Rastignac, un jeune homme nouvellement arrivé à Paris pour y étudier le droit. A travers ses yeux, on découvre les secrets de la capitale. Eugène est un garçon très ambitieux et plutôt malin, il accède assez vite aux salons des dames les plus riches de la ville. Ce n'est pourtant pas gagné pour un jeune sans le sou, obligé de loger dans un taudis ! Au départ, j'avais du mépris pour Rastignac, qui cherche à s'élever mais ne parvient pas à se faire tout seul. Il gémit auprès de sa famille, quémandant de l'argent. Mon opinion sur lui a changé lorsqu'il a fait plus ample connaissance avec le père Goriot. La sollicitude et le dévouement dont il a fait preuve à l'égard du vieillard m'ont convaincue que Rastignac n'était pas un mauvais bougre.

On ne peut pas dire la même chose des filles du père Goriot. Elles ont mangé toute sa fortune, comme des moustiques lui pompant le sang. Et quand elles se sont rendu compte que leur père détonnait parmi le beau monde de Paris, elles ont eu honte de lui et l'ont quasiment renié. C'est là le drame de ce roman, le lecteur est choqué par le contraste entre l'amour sans limites de ce bon père Goriot et le rejet que lui témoignent ses deux filles.

L'histoire est vraiment parlante. Elle reflète une facette de la société de l'époque, mais aussi de celle d'aujourd'hui : le règne de l'argent, l'importance des apparences, la solitude,... Je comprends pourquoi ce roman est devenu un classique, mais je n'ai malheureusement pas assez accroché au style de Balzac pour que ce soit un coup de cœur. C'est très, très bien écrit, mais ça ne me touche pas spécialement. Ceci dit, j'ai adoré les discours de Vautrin ou du père Goriot, s'étalant parfois sur plusieurs pages ! Il y a parfois un côté si théâtral que j'avais l'impression de lire une pièce.

Je suis heureuse d'avoir enfin lu ce grand roman, mais je ne suis pas certaine de vouloir découvrir d'autres pans de "La comédie humaine".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nyselia 2017-10-07T18:06:31+02:00
Argent

Ce n'est pas évident de rentrer dans l'histoire, car le début est assez long. Le style d'écriture est particulier et n'est pas facile, mais l'histoire est bien, bien racontée même si à certains moments c'est lourd.

Finalement, ce fut quand même une agréable lecture, le côté très réaliste nous fait imaginer facilement comment c'était la vie à cette époque.

Un classique à ne pas louper, car il en vaut la peine, donc il faut s'accrocher!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laywhen 2017-07-03T16:53:23+02:00
Lu aussi

L'histoire en elle même est plutôt bien, l'intrigue n'est pas la plus passionnante que j'ai lu, mais cela reste une bonne histoire et un classique ! Les personnages sont loin d'être parfaits, mais ils sont humains et totalement réalistes et évoluent dans un cadre tout aussi réaliste mais aussi assez sombre, ce qui est un point fort dans ce livre.

Cependant, bien que l'auteur écrive extrêmement bien, les descriptions à outrance ont rendu ma lecture difficile : j'ai eu du mal à rester dans l'histoire après avoir lu des paragraphes énormes qui décrivent des détails qui ne me passionnent malheureusement pas...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julie52 2017-06-26T16:02:29+02:00
Or

Waouh, très agréablement surprise. Je m'attendais à un roman long, chiant, sans réel intérêt. Comme quoi il ne faut jamais croire aux clichés et se faire sa propre opinion.

C'est mon premier Balzac, mais je connaissais assez l'auteur, et notamment sa critique par André Gide (Les faux-monnayeurs, lu et étudié pour le Bac 2017). Même si je reconnais que ces critiques ne sont pas fondements, Balzac est sans conteste un grand romancier.

J'avoue que j'en attendais davantage au niveau de sa plume, qui est assez impersonnelle. Les descriptions ne sont pas très envoûtantes, c'est dommage ! Ca manque un peu de poésie, je trouve.

En revanche, le fond, l'histoire, est génial. J'ai beaucoup aimé cette histoire, avec ces retournements, cet apprentissage au final de Rastignac, la déchéance du Père Goriot. Il m'a énormément touchée, surtout à la fin. Les messages de Balzac sont sans équivoques. La société, que je n'avais pas encore découverte sous cet angle à cette époque, est peinte avec réalisme, pour le coup. Rien ne lui est épargnée. J'ai été révoltée devant tant de cynisme, d'hypocrisie.

J'ai eu un coup de coeur pour Goriot : il a ses faiblesses, mais j'ai été très touchée par son histoire et tous ses malheurs. Bien sûr, on peut lui en vouloir d'avoir fait de ses filles ce qu'elles sont aujourd'hui. Mais en même temps, qui ne rêve pas d'avoir un père comme lui, aimant sans bornes ? Et pourtant, ce père est frappé de plein fouet...

Alors bien sûr il y a des longueurs, bien sûr la description du début est pour le moins assommante. Pourtant, l'histoire, le sens, les personnages (même s'ils ne sont pas ultra attachants !) sont là. A ma plus grande surprise, je crois que ce premier roman que je lis de Balzac a été un petit coup de coeur.

Un pilier de la littérature française à lire absolument, mais pas en étant contraint. Là, c'est clair que le roman n'a plus aucun charme.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Père Goriot

  • France : 2012-08-29 - Poche (Français)

Activité récente

Babwine l'ajoute dans sa biblio or
2017-12-07T19:23:31+01:00
Maymar l'ajoute dans sa biblio or
2017-11-18T19:29:42+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 2 084
Commentaires 213
Extraits 46
Evaluations 394
Note globale 6.61 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode