Livres
485 891
Membres
475 642

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Anna Karénine



Description ajoutée par newmoon 2010-12-12T17:11:45+01:00

Résumé

Anna n'est pas qu'une femme, qu'un splendide spécimen du sexe féminin, c'est une femme dotée d'un sens moral entier, tout d'un bloc, prédominant : tout ce qui fait partie de sa personne est important, a une intensité dramatique, et cela s'applique aussi bien à son amour. Elle n'est pas, comme Emma Bovary, une rêveuse de province, une femme désenchantée qui court en rasant des murs croulants vers les lits d'amants interchangeables. Anna donne à Vronski toute sa vie. Elle part vivre avec lui d'abord en Italie, puis dans les terres de la Russie centrale, bien que cette liaison 'notoire' la stigmatise, aux yeux du monde immoral dans lequel elle évolue, comme une femme immorale. Anna scandalise la société hypocrite moins par sa liaison amoureuse que par son mépris affiché des conventions sociales.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 332 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Titouan 2010-12-21T14:42:44+01:00

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Anna Karénine... C'est sans doute le meilleur roman que j'aie jamais lu. Il porte pourtant mal son titre, car, en mettant au premier plan l'histoire tragique d'Anna, il nous fait négliger l'histoire d'amour de Kitty et Levine, et plus généralement tous les autres couples. Pourtant, la beauté de l'oeuvre réside dans ces comparaisons, ces mises en parallèle. On peut ainsi à nouveau constater la triste condition des femmes à l'époque, l'effet délétère de la société et des "convenances", le poids des remords sur une existence, entre autres choses. Le génie de Tolstoï est de rendre les humains infiniment bons, parfois trop cependant. Mais ici, l'histoire de Kitty et de Levine est contrebalancée par celle d'Anna et de Vronski, ce qui donne un équilibre parfait au roman.

Je dois avouer: j'ai eu les larmes aux yeux trois fois en lisant Anna Karénine. Les deux premières fois, c'était de joie. Et la troisième fois, j'ai fondu en larmes, bouleversée, abattue, comme si l'événement qui avait lieu dans le roman s'était déroulé sous mes yeux.

J'ai pu cependant me remettre de mes émotions car ce livre, contrairement à ce que l'on croit souvent, et malgré un certain drame que je ne dévoilerai pas, finit bien, et c'est sans doute ce qui rend le roman encore meilleur.

Afficher en entier
Diamant

Je suis tombée amoureuse de la Russie il y a un peu plus d’un an, en commençant les cours de Russe.

J’ai simplement lu une trilogie pour la jeunesse, « Nina Volkovitch « »de Carole Trébor qui m’a appris quelques nouvelles choses sur le monde russe. Cependant, je n’avais pas encore lu de livres traduits du russe, et encore moins un classique. Prochain objectif : le lire en russe !

Anna Karénine a été pour moi un coup de cœur, un roman inoubliable. J’avais déjà vu le film de Joe Wright mais je n’ai pas regretté d’avoir lu le roman ensuite (d’habitude, je ne lis pas le roman si j’ai vu le film avant car j’ai le visage des acteurs dans la tête et je ne peux pas m’imaginer autre chose que ce que j’ai vu dans le film). Il y a une puissance incroyable dans ce roman, tant par son universalité que par certaines de ses descriptions (je pense notamment à l’accouchement de Kitty).

J’ai beaucoup apprécié la description du travail au champ, parce que j’ai une maison à la campagne et sans être une travailleuse, je m’adonne parfois aux travaux des cultures, bien que les outils que j’utilise soient moins rudimentaires que ceux qu’utilise Levine. Je comprends mieux son point de vue que si je n’allais pas souvent à la campagne et ne connaissais pas certaines des choses décrites.

La théorie de Levine sur le paysan russe, très différent du paysan européen, et à qui par conséquent on ne peut pas demander de travailler de façon « européenne » est très intéressante. Je ne m’étais jamais posé ce genre de question et cela m’a invité à réfléchir.

J’adore le moment où Levine part travailler dans les champs, il est d’une beauté pure et simple et la scène était tellement bien décrite que j’ai cru que j’y étais. Je l’ai trouvé tellement plus belle que celle de son mariage avec Kitty bizarrement.

De manière générale, les débats entre les personnages m’ont plu, leurs confrontations de points de vue également, même si j’avoue que je n’ai pas forcément tout compris, surtout quand il s’agissait de politique.

Tolstoï décrit l’administration russe comme poussiéreuse et incompétente, il fait une véritable critique à travers notamment Serge Ivanovitch et Alexis Karénine. Il montre aussi qu’on parvient à tout grâce à ses relations : Oblonski est un exemple typique : aimable et sympathique, il se fait des amis partout où il passe et réussit à obtenir un poste où en ne faisant pas grand-chose il gagne des mille et des cents.

Dans ce livre, le début fait écho à la fin, et j’ai aimé retrouver des éléments ou des notions symboliques vers la fin. En effet, dès la première page, Tolstoï mentionne une liaison entre Oblonski et une institutrice française, et on retrouvera une liaison une centaine de pages plus loin avec Anna et Vronski. Ensuite, il y a le train. La gare, le lieu où se rencontrent Anna et Vronski et là où tout finit avec le suicide de la première mais aussi justement le lieu où un cheminot (ou en tout cas quelqu’un travaillant à la gare, je ne me souviens plus de son métier) est écrasé sous les roues d’un train, et ce même train sera le moyen qu’utilisera Anna pour se suicider.

A propos, c’est une excellente idée d’avoir appelé le mari et l’amant d’Anna du même prénom, comme pour montrer que malgré toutes leurs différences, quelque chose les lie. Cette chose c’est Anna.

J’ai pensé que ce roman était un peu moralisateur, ce qui est vrai en partie ( Levine et Kitty, sauvée du péché, vivent heureux tandis qu’Anna qui a trompé son mari se suicide, malheureuse et torturée).

Mais finalement, Tolstoï ne juge pas tant que ça ses personnages, il leur prête à tous des sentiments compréhensibles en faisant le tour des points de vue de chacun. Je m’explique : au début, Karénine apparait comme froid et antipathique mais quand Tolstoï passe au point de vue interne, le lecteur plaint cet homme, mieux que ça, il le comprend.

Les personnages appartiennent tous à une sorte de catégorie, mais sans pour autant être stéréotypés.

Mon préféré est Stépane Arcadiévitch car c’est un homme qui aime la vie, et qui cherche à la vivre pleinement mais sans gêner les autres, voire aider et faciliter le confort de ceux qui l’entourent. Preuve en est au début du roman, où il est malheureux : il ne se repent pas d’avoir trompé sa femme non mais il se repent de l’avoir rendu malheureuse.

Dolly est quant à elle un peu tourmentée et j’ai eu plusieurs fois l’impression qu’elle ne vivait que pour ses enfants. Elle est cependant douce, qualité qu’on retrouvera chez sa jeune sœur Kitty.

Kitty justement. Là, beaucoup plus à dire. C’est selon moi le personnage qui évolue le plus dans le roman, qui gagne en maturité et en qualité, le contraire d’Anna en fait. On retrouve encore une fois ce jeu d’oppositions entre les jeunes femmes. Elle passe d’une jeune fille capricieuse et gâtée à une jeune femme plus raisonnable et ce grâce à Anna finalement, qui en séduisant involontairement Vronski le détourne d’elle. Son séjour à l’étranger y est certainement pour beaucoup, car c’est là qu’elle rencontre Varinka. Après, je dirais qu’elle est sublimée par le regard de Levine ; la plupart des passages où elle apparaît étant narrés du point de vue de Levine.

Levine, son mari, est quant à lui très attachant, tant par son amour, au début non partagé (le pauvre) pour Catherine mais aussi par sa droiture morale, qui reste extrêmement ferme, bien qu’un peu agaçante parfois. J’ai eu du mal à me détacher du visage de l’acteur du film. Les passages où il est à la chasse m’ont un peu ennuyé.

Le comte Vronski. Au départ, il m’a paru bon vivant, comme Stépane Arcadiévitch mais au fil du roman j’ai découvert qu’il n’est pas aussi insouciant. Je ne m’attendais pas à une torture pareille après la mort d’Anna ! Son amour est cependant étrange ; il aime Anna car elle est riche, jeune et qu’elle n’a pas su lui résister ( cela le renvoie à sa propre fierté) mais aussi il ressent profondément l’aura qu’émet Anna.

Je m’attendais à ce qu’Anna soit le personnage central du roman, puisque le titre est Anna Karénine mais finalement non. Je confesse que mon admiration pour elle a baissé au cours du roman. Au début je la pensais courageuse. Elle avoue à son mari qu’elle a une liaison. Mais finalement, elle le dit car elle n’en puis plus d’être avec Karénine, parce qu’elle veut passer le restant de sa vie avec Vronski et non par honnêteté et bravoure. Elle a fait son choix entre regret et remords soit. Mais après, elle n’a pas à se conduire en gamine avec Vronski notamment. Et franchement, à quoi cela lui a servi d’aller à l’opéra se faire remarquer ? De plus, elle m’énerve : je suis dans l’incompréhension complète ; comment peut-on aimer son fils plus que sa fille ? Préférer un de ses enfants à un autre ? Surtout qu’en plus, Serge est l’enfant de Karénine alors qu’Annie est l’enfant de Vronsky. Alors s’il existe une logique en terme d’amour, je dirais qu’il semble beaucoup plus logique qu’Anna soit plus attentionnée envers la fille de l’homme qu’elle aime. Sa destruction magistrale est tout de même un des piliers sur lequel repose le roman, et sa descente vers la folie est tout simplement merveilleusement bien décrite. Le noir de la robe qu’elle choisit pour le bal chez les Schterbatski est caractéristique, cette couleur annonce sa déchéance.

Un passage qui ne m’a pas trop emballé : celui de la course de chevaux. Je ne saurais exactement expliquer pourquoi mais je l’ai trouvé trop long.

Un petit regret : Koznitchev ne demande pas la main de Varinka finalement. Je trouvais qu’ils allaient bien ensemble et que ça faisait mignon this « proposal »champêtre.

Comme je l’ai dit, certains passages sont marquants par leur puissance, mais je n’inclurais certainement pas la mort de Nicolas dans ceux-là. En effet, je n’ai ni trouvé cette partie émouvante ni prenante ; selon moi il sert juste à montrer la femme qu’est devenue Kitty et marque le début du questionnement de Levine.

En parlant de ce questionnement, j’aime beaucoup la fin. Curieusement, cela me fait penser à « Avec vue sur l’Arno » de E.M Forster avec le questionnement de George qui se résout par un oui, un grand oui, la certitude de vivre pour quelque chose.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Marie-Pier-2 2019-10-06T16:27:08+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Clarisseay 2020-02-12T15:49:20+01:00
Bronze

Une bonne lecture. Lire un classique romanesque et dramatique fair toujours du bien surtout quand il est aussi bien écris que celui-ci !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CPeriollat 2020-02-05T13:43:33+01:00
Commentaire ajouté par YvesP 2020-02-01T10:18:10+01:00
Or

Roman plus facile à lire, on est entrainé par le flot romanesque...Tolstoi scrute l'être des divers personnages en s'interrogeant sur leur quête d'identité vis à vis d'eux-mêmes. Anna Karénine nous emmène loin dans cette quête qui reste une quête de vérité en interrogation. Elle a sans doute trouvé la Réponse. Levine, autre personnage marquant, trouve un espace de sérénité en découvrant la richesse d'une vie intérieure qui n'est plus asservie par les événements...

J'ai aimé ...( je ne lirai pas tous les jours des romans de ce genre) mais heureux de 'avoir découvert !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SamuelSpiralli 2020-01-24T23:35:49+01:00
Or

Tolstoi scrute l'être des divers personnages en s'interrogeant sur leur quête d'identité vis à vis d'eux-mêmes. Anna Karénine nous emmène loin dans cette quête qui reste une quête de vérité en interrogation. Elle a sans doute trouvé la Réponse. Levine, autre personnage marquant, trouve un espace de sérénité en découvrant la richesse d'une vie intérieure qui n'est plus asservie par les évenements..."Anna Karénine" est un modèle de structure romanesque. Les scènes sont d'une réalité si ordinaire qu'on a l'impression d'y participer soi-même: la chasse aux premières lueurs du jour, la moisson sous la fournaise des champs à perte de vue, le bal sous l'éclat d'un faste princier, les banquets plantureux des réunions politiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alahelo 2019-11-23T08:04:10+01:00
Lu aussi

Je suis déçue de ne pas l'avoir aimé autant que je le voulais avant de commencer ma lecture. J'ai profondément détesté le personnage d'Anna. En revanche, d'autres personnages comme Levine, l'écriture ou encore l'univers d'une manière générale m'ont totalement emportée, et rien que pour ça j'en garderai un bon souvenir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JuSE 2019-11-11T11:26:06+01:00
Bronze

J'avais beaucoup apprécié guerre et paix de Tosltoi une grosse brique également, cependant Anna Karenine m'a un peu déçu. Agréable à lire mais des gros passages sont tres lent et laborieux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lalectricecompulsive 2019-10-29T23:31:44+01:00
Commentaire ajouté par lafeelivresque 2019-10-27T16:13:04+01:00
Or

Anna Karénine est un personnage attachant à sa manière et, comme son auteur, un grand monsieur. Malgré quelques longueurs et passages inutiles, l’histoire a su me happer, le style de l’auteur me toucher et l’univers tsariste me plaire énormément. Ce premier classique russe est donc une agréable surprise et une belle découverte.

Si vous souhaitez en savoir plus sur mon avis, voici le lien de ma chronique : https://lafeelivresque.home.blog/2019/07/29/anna-karenine/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Idril57 2019-09-10T17:36:53+02:00
Or

Une histoire magnifique, à l'écriture encore plus époustouflante. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants que les principaux, la beauté de l'intrigue n'en relève que la triste de fond.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wyvern 2019-08-24T01:09:06+02:00
Lu aussi

Plongée saisissante dans la haute noblesse russe du XIXe, Anna Karénine est l'un de ces livres contemplatifs, qui prend son temps pour placer et définir chacun de ses personnages en profondeur. De ce fait, l'histoire présente des longueurs. En lisant le livre en anglais, il était notamment difficile de ne pas être rebuté par moments par les nombreux passages descriptifs, pointus, et le fond politique omniprésent. Heureusement, des "moments forts", procurant de réels chocs émotionnels, ponctuent la lecture. En outre, certaines des longueurs sont bienvenues, notamment les louanges des vertus des travaux agricoles par le biais du personnage de Lévine, jouant le rôle de porte-parole des pensées de l'auteur.

Ce sont probablement les cent dernières pages, avec la lente évolution de la relation amoureuse d'Anna, si criante de réalisme comme le sont toutes les intrigues sentimentales écrites par Tolstoï, qui ont achevé de me convaincre des bienfaits de cette longue lecture.

Afficher en entier

Dates de sortie

Anna Karénine

  • France : 2012-12-06 (Français)
  • France : 2018-06-07 - Poche (Français)

Activité récente

YvesP l'ajoute dans sa biblio or
2020-02-01T10:15:34+01:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 1332
Commentaires 126
Extraits 40
Evaluations 263
Note globale 7.86 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode