Livres
515 707
Membres
529 477

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Zone du dehors



Description ajoutée par Lilou 2009-12-14T23:12:14+01:00

Résumé

2084.

Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés ! Le citoyen ne s’opprime plus : il se fabrique. À la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu’on forme, tout simplement. Au cœur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout.

Premier roman ici réécrit, La Zone du Dehors est un livre de combat contre nos sociétés de contrôle. Celle que nos gouvernements, nos multinationales, nos technologies et nos médias nous tissent aux fibres, tranquillement. Avec notre plus complice consentement. Peut-être est-il temps d’apprendre à boxer chaos debout contre le swing de la norme ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 263 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-03-16T17:50:07+01:00

— Les gens qui dirigent le mouvement aujourd'hui — enfin, je ne devrais pas dire diriger... Les gens qui coordonnent si vous voulez, qui impulsent, on a toujours tenu à briser toute hiérarchie, sont, pour trois d'entre eux des intellectuels...

— Quels métiers exercent-ils ? Ce sont des métiers respectables ? Ils sont désencartés ? Quel âge ont-ils en moyenne ?

—Je ne vous répondrai pas. Sachez simplement ceci : ces gens sont des idéalistes, des forcenés de l'idéal. Ils ont complètement perdu le sens de l'humain. Ils vont... Il faut les arrêter. Ils... Ils finiront par tuer. C'est comme, une nouvelle race, si vous voulez, un mélange d'intellectuel et de tueur. Ce sont... Voilà : ce sont des intellectueurs.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Le premier Damasio, injustement méconnu.

C'est vrai que l’on n’y retrouve pas toute la poésie de « La Horde du Contrevent », le style est encore en rodage. L'auteur reconnait d'ailleurs que le livre a le défaut, comme souvent les premiers ouvrages, d'être trop didactique.

Mais si on oublie que l'histoire a pour cadre un astéroïde colonisé, on se trouve en présence d’une vision quasi- prophétique de la société numérique de contrôle que nous édifions aujourd'hui. Dans sa postface, l'auteur se dit d'ailleurs surpris que les choses soient allées à une telle vitesse : il a écrit ce livre dans les années 90 et ne s'attendait pas à ce que la réalité rejoigne si vite la fiction.

La reconnaissance faciale par vidéo de surveillance, la biométrie, les cellulaires pouvant faire office de micros-espions ou de géolocalisateurs en attendant les puces sous-cutanées, les nano-caméras, la dictature des médias, la crainte sécuritaire pour vendre l’illusion de la liberté… Tout ce contre quoi il nous met garde, c’est devenu une science, ce n’est plus de la fiction.

Damasio dissèque les méthodes les plus subtiles de contrôle des masses et expose à nu les rouages d’un système insidieusement fasciste derrière sa façade démocratique. « Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être », disait Goethe. « La Zone du Dehors » nous montre comment cette maxime est mise en pratique à l’aide des outils modernes. A vouloir à tout prix l’ordre, le confort et la sécurité, la société s’ampute de ses libertés et finit par ne plus vivre.

La Volte, la résistance à laquelle appartient le personnage principal, porte bien son nom : c’est un électrochoc appliqué en dernier recours sur une humanité déshumanisée, prête à accepter la mort cérébrale pour peu que des machines maintiennent ses fonctions organique.

Ce livre, ce n’est pas encore « Le meilleur des mondes », mais c’est bel et bien une mise à jour de « 1984 ». En 2084, Big Brother n’est plus votre ennemi, c’est votre ami. Comme Harry, vous savez, celui « qui vous veut du bien ».

A conseiller sans modération.

www.anges-gaiens.com

Afficher en entier
Or

On m'avait prévenue, il y a un avant et un après Damasio. La Zone du Dehors est, selon moi, l'un des romans les plus importants du XXIe siècle. Véritable analyse sociale et psychologique de notre époque, La Zone du Dehors est également une réflexion intense sur les raisons qui poussent des hommes et des femmes à ce battre chaque jours pour changer le monde.

Damasio est connu pour ses idéaux de libertés assez hors normes. Écouter le bonhomme en interview est à ce titre vraiment agréable tant il semble investi corps et âme dans son combat. Mais la Zone du Dehors montre aussi que son auteur n'est pas un bête révolutionnaire et qu'il est également parfaitement au fait du caractère presque vain de toute tentative de combat contre le système dans le monde d'aujourd'hui.

On sentirait revivre dans ce roman la poésie électrique des cyberpunk des 80'. La Zone du Dehors tient toutes ces promesses en tant que livre de SF et se parcoure avec bonheur du début à la fin.

Il faut également noté que Damasio cherche très visiblement à faire évoluer la manière d'écrire une histoire dans la langue française. On peut sentir le mouvement et la rapidité des gestes dans son écriture et ses trouvailles visuels parfois déroutantes. Mention spéciale au chapitre XIX où l'écriture semble aussi perturbée que le personnage lui même.

Une lecture épuisante et intense qui vous laissera des images forte en tête. Une œuvre que respecte autant le genre dans lequel elle s’inscrit que les ambitions qu'elles s'était fixé à la base. (C'est de la SF tout en étant beaucoup plus). Je vous recommande donc chaudement ce livre qui vous ferra vivre une expérience radicalement différente de ce dont ont à l'habitude en littérature.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Jundow 2020-06-07T19:38:02+02:00
Diamant

Terminé "1984" et ses méthodes de nazis. Bienvenue en 2084, sur Cerclon, société dite "démocratique". Ici, pas besoins de forcer les gens à obéir, il le font de leur plein gré. La violence des dictature à fait place au confort tranquillement restrictif. Tout est fait "pour votre sécurité", "pour votre confort". Soyez "un bon citoyen" et votre vie ne connaîtra aucun problème... Mais sera dénuée de toute vie, de toute envie... L'esclavage à prix la forme d'un techno-cocon dont les citoyen s'enchaîne volontairement et laisse le système tout gérer. Souriez, vous êtes gérez ! Mais la Volte, une groupe de "rebelles", va insuffler de la vie dans cette société morne et sans saveur...

Voilà l'ambiance de ce bouquin, sortit pour la première fois fin des années 90. Damasio y décrit une société très proche de celle dans laquelle on vit actuellement.

Dystopie intelligente. Ecriture vivante et vibrante. Personnage atypique et crédible. Ce roman est une perle de la SF qu'il faut avoir lu. Autant pour l'histoire que pour les messages qu'elle apporte ainsi que l'énergie qu'elle délivre.

Traité de militantisme ? Dystopie réaliste ? Essai philosophique sur l'envie de vivre et d'exister ? Il est tout ça à la fois et bien plus encore...

Vous l'aurez compris : ce livre est à mettre entre toutes les mains ! Voltons-nous, ré-insufflons de la vie dans notre quotidien !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Na_nou 2020-05-28T13:03:34+02:00
Diamant

Un excellent roman de SF qui donne à réfléchir sur le monde que nous connaissons actuellement et sur son devenir...

C'est le premier roman de Damasio que j'ai lu, ça m'a vraiment donné envie de continuer à explorer son oeuvre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fantastique27 2020-04-11T17:34:27+02:00
Diamant

Digne héritier du meilleur des Mondes d'Huxley ET de 1984 d'Orwell, la Zone du Dehors est un excellent roman qui revisite avec brio ces classiques de la science fiction et de la dystopie avec philosophie et à la lumière de ce que sont bel et bien devenues nos sociétés occidentales. Il est franchement excellent et éminemment actuel.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fantastique27 2020-04-11T17:32:48+02:00
Diamant

Digne héritier du meilleur des Mondes d'Huxley ET de 1984 d'Orwell, la zone du dehors est un excellent roman qui revisite avec brio ces classiques de la science fiction et de la dystopie avec philosophie et à la lumière de ce que sont bel et bien devenues nos sociétés occidentales. Il est franchement excellent et éminemment actuel.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vampiredelivres 2020-04-03T14:49:52+02:00
Diamant

J’avais déjà lu La Horde du Contrevent, du même auteur, et je savais dans quel genre d’expérience littéraire je m’embarquais… mais cette fois-ci, je n’étais pas préparée au choc psychologique.

Lire du Alain Damasio, c’est une expérience propre à chacun, mais c’est surtout une grande réflexion à chaque phrase, ne serait-ce que pour capter la moitié des jeux de mots et figures de style, sans même parler du fond de la pensée de l’auteur. C’est le genre de roman qui ne se lit pas en une journée, ni en deux, en tout cas, pas pour moi. J’y ai facilement passé un mois et quelque, à petites doses de lecture quotidienne, mais je ne regrette aucune de ces demi-heures quotidiennes passées à Cerclon. Les romans de Damasio ont un charme particulier, une ambiance à la fois exaltante et terrifiante… essentiellement due à l’écriture.

Parlons un instant de la plume, parce que je ne peux pas énormément parler de l’intrigue. La couverture résume, en elle-même, l’essentiel de la poésie de Damasio. Tant de jeux de mots et de petites voltes linguistiques, tant de simplicité et de droiture… pas de circonvolutions inutiles. C’est ça qui me fascine tellement dans son style : les mots ont tous l’air d’être exactement à leur place. Ils sont précis, tranchants, explicites… et pourtant, la prose n’est pas trop coupante ou scientifique. Ça reste profondément humain, joliment narré, plein d’émotions.

Au niveau de la trame, franchement, rien à redire. L’histoire s’enchaîne avec fluidité, on plonge d’emblée dans l’univers si particulier de Cerclon, si froid et impersonnel, si… dividuel, pour reprendre les termes du livre, auquel s’oppose la fougue et le dynamisme de la Volte. C’est beau de voir leurs actions évoluer, parfois frôler (et dépasser) les limites de la morale, essayer de construire dans un univers fragile.

J’ai beaucoup aimé Capt. Rêveur et idéaliste, pourtant réaliste et cynique, porté par ses convictions, prêt à beaucoup pour faire passer ses idées. Idem pour A, tout à l’opposée de Capt, froid et rationnel, le cerveau derrière le Terminor et les lois de Cerclon. Les débats qui les ont opposés étaient très intéressants et dynamiques (ils faisaient limite peur, parfois, en fait XD).

Les autres personnages du Bosquet sont tout aussi intéressants que Capt, même si on les voit un peu moins. J’ai adoré Slift, chez qui j’ai retrouvé un peu du Golgoth de la Horde, j’ai beaucoup aimé Obffs, le père de famille, j’ai été touchée par Kamio. La seule qui m’a malheureusement semblé un peu pâle était évidemment le seul personnage féminin, Boule de Chat.

Au bout du compte, je pense que ce qui m’a tellement touchée dans ce roman, c’est à quel point il tend à se confondre avec la réalité. Ça fait peur. Et pourtant, je dois être une Moltée, parce que je ne me sens pas tout à fait l’âme de lancer une Volution, alors même que, au fond de moi-même, j’en ai envie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-08T21:04:30+01:00
Bronze

Publié initialement en 2001 (donc avant la horde du contrevent) il a fait l'objet d'une nouvelle version en 2007 (après donc), celle lu ici.

2084. Un siècle après le célèbre livre d'Orwell auquel l'auteur fait référence toute les deux pages, nous sommes à Cerclon, une démocratie manipulée sur un satellite de Saturne, mais où tous semblent heureux, protégés de tous et surtout d'eux-mêmes. Tous ? Non, la Volte, emmené par Captp, des « révoltés » de pacotille, jusqu'à ce qu'ils se réveillent et commencent à entreprendre de véritables coups contre le système. Mais là où dans une tyrannie bien identifiée, le mot d'ordre est « Ferme-là », ici, dans cette sociale-démocratie au ventre mou, c'est « cause toujours ».

Leurs actions seront-elles à la hauteur ? Les risques de récupération, de trahison,d 'inefficacité sont là.

Loin de la noirceur de mes souvenirs de 1984, le ton global est ici finalement assez optimiste et léger. Si on accepte de se faire bassiner à toutes les pages par du Deleuze, du Foucault et du Nietzsche, dans le texte ou vu et revisité par l'auteur, on peut passer un bon moment.

Mais Dieu que ce livre est mou et lent. On voit ici et là de l'action et de la flamboyance. J'y ai surtout vu beaucoup, beaucoup trop de parlottes qui pour moi, n'apportaient pas grand-chose au récit. Amputé de 200 pages, il aurait, je pense, été plus vivant.

On passera (ou pas, surtout en ce moment) sur le traitement, limite apologie du terrorisme, mais on appréciera, en tout cas, la dénonciation du traitement médiatique et de la récupération que l'on peut en faire (toujours d'actualité, d'ailleurs) ainsi que la critique assez acerbe du système de nos démocraties modernes et sondagières (autre sujet abordé assez jouissif dans le cynisme et la manipulation).

Au final, un livre au ton léger, mais pas facile à lire, assez optimiste, plus dans le style meilleur des mondes que 1984, trop long et bavard à l'extrême mais qui laisse malgré tout une bonne impression générale (une fois fini).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mister-Lone 2019-10-20T14:51:13+02:00

Un roman intelligent et plein de bonnes idées, de questions finement posées. Le combat mené ici par les personnages et celui de l'après paix sociale, la sécurité est acquise, mais certains luttent pour que cela ne se fasse pas au détriment de la liberté. Certains dialogues sont vraiment très bien écrits et les relations entre les personnages principaux sont très bien retranscrites, même si on pourrait reprocher l'écriture du personnage féminin qui n'existe quasiment que par le désir du héros. Mais Alain Damasio en a conscience et il n'a pas reproduit cette construction de personnage dans son roman suivant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bloodymarie 2019-10-14T11:45:26+02:00
Argent

J'ai lu la nouvelle édition de ce roman , qui pose clairement les enjeux des progrès technologiques de notre temps et la responsabilité de chacun. Avec beaucoup de lucidité , l'auteur nous plonge au coeur de ce que peut être un mouvement contestataire d'envergure, sans en masquer les failles, les débats éthiques , les outrances, mais aussi le courage , la clairvoyance et la capacité d'abnégation de certains membres. Se pose aussi le problème de ce que devient un tel mouvement quand il est perverti par sa croissance et l'effet de masse , finalement beaucoup plus manipulable par le pouvoir. Eternel problème de l'être humain , capable d'une créativité et d'une tolérance absolue à l'échelle individuelle, mais capable aussi de se transformer en troupeau de moutons bêlants en recherche de leader charismatique ou d'une soumission confortable ...A méditer

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jonasbrothers 2019-09-12T18:00:24+02:00
Lu aussi

Nous entrons dans un univers où les hommes se sont installés sur différents points de la galaxie, et nous suivons ici un groupe faisant partie de la communauté saturnienne.

Nous allons suivre plusieurs points de vue, principalement celui de Capt, sorte de leader du mouvement contre le gouvernement. Il n'est pas toujours évident, surtout au début de savoir le point de vue que nous suivons ou qui parle dans certains dialogues, mais au fur et à mesure de la lecture, nous cernons un peu plus les différents protagonistes, nous permettant de déduire le point de vue suivi.

Dans ce roman, il n'y a pas que l'action qui entre en jeu. On a énormément de passages qui porte sur la réflexion sur le gouvernement en jeu dans le roman et sur la liberté, la liberté face à la technologie. Je dois avouer que ces passages m'ont parfois perdue, voire m'ont rebutée pour certains. J'ai peiné à avancer dans le roman du fait de ceux-ci, qui pour une majorité d'entre eux, sont pourtant loin d'être inintéressants, mais m'ont complètement perdue du fait du vocabulaire utilisé ou de la tournure de phrase. Des personnes plus habituées à ce type d'écriture ne devraient pas rencontrer de problèmes, mais n'étant pas une grande lectrice de ce genre de roman, j'ai eu du mal à avancer, et j'avais souvent peu d'envie à retourner dans le bouquin, ma lecture étant rendue ardue durant ces passages.

Hors de ces moments, j'ai été plus ou moins prise dans l'intrigue, dont les idées m'intéressaient. On assiste à un mouvement qui souhaite changer de manière de vivre, afin de retrouver une liberté face à la technologie qui a aliéné les citoyens, par la publicité notamment. On voit ainsi comment des gens peuvent se mobiliser pour donner vie à leurs idées, les difficultés rencontrées, jusqu'où certains peuvent aller pour réussir à avancer ne serait-ce que d'un pouce, mais également les effets de la technologie utilisée pour contrôler la population.

Les propos étaient très intéressants à suivre, et ce malgré la difficulté à comprendre la totalité de ce que l'auteur souhaitait dire par le biais de ses personnages. Je pense n'avoir qu'effleuré tout le propos du livre, et il y a sûrement bien plus à en tirer, mais j'avoue ne pas être allée beaucoup plus loin, souhaitant finir ma lecture dès que possible pour passer à autre chose, et n'ayant, je pense, pas toutes les clés pour le faire de mon côté.

Ce roman a néanmoins de quoi permettre de discuter et faire réfléchir sans aucun doute, puisqu'il pose des questions rien qu'avec la surface du texte.

En revanche, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Je n'ai pas vraiment eu d'empathie pour eux, à part parfois pour Capt, et ce malgré les difficultés qu'ils rencontrent. Leur façon de penser, d'agir ne m'ont pas touchée, sûrement du fait de la plume de l'auteur, ainsi, aucun des protagonistes ne m'a transportée.

Il y a un point qui m'a fait tilté durant ma lecture, c'est la place de la femme. Le roman commence maintenant à dater, peut-être est-ce une raison pour expliquer cela, mais la femme a une part plus que minime dans le bouquin. En effet, le personnage féminin n'a pas de réelle place dans le mouvement, ne fait pas valoir ses idées. On a plutôt l'impression de la voir diminuée, avec pour seul intérêt la concernant, son corps sensuel et gracieux que le personnage a envie de caresser sous toutes les coutures dès qu'il pense à elle (on a d'ailleurs un certain nombre de références à sa poitrine quand le personnage songe à elle, comme si c'était la seule chose qu'il retient de celle qu'il semble aimer), et sans que cela n’entache ma lecture, je n'aie pas été fan de ce point. Les autres femmes du roman n'avaient pas droit à un meilleur traitement, et l'une d'elles fait d'ailleurs à un moment l'objet de pensées particulièrement déplacées et choquantes de la part de l'un des protagonistes.

Pour conclure, je dois dire que j'ai eu du mal à faire cette lecture, malgré les thèmes abordés. Les propos de l'auteur sur ceux-ci étaient intéressants, mais le niveau d'écriture m'a posé problème à plusieurs reprises, me donnant juste l'envie d'en finir. Le livre est donc plein d'intérêt, et je suis sans aucun doute passée à côté, mais quand on n'est pas habitué à ce genre d'écriture, il faut vouloir s'accrocher un peu.

Note de 3,5/5 sur le blog

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kira2000 2019-09-07T13:06:34+02:00
Diamant

Un roman plus long et parfois plus complexe mais pas moins intéressant que la horde du contrevent. La plume de Damasio est toujours un régal à lire et son jeu avec la langue française et la multiplicité des points de vue est sublime. Les seuls aspects qui m'ont dérangée sont la difficulté à reconnaître le narrateur et le bourrage de crâne que Capt peut faire sur certains concepts philosophiques. Le plus intéressant reste le fait que ce n'est pas un univers possible qui est critiqué mais le monde actuel.

Afficher en entier

Date de sortie

La Zone du dehors

  • France : 2015-03-05 - Poche (Français)

Activité récente

Ypsanti l'ajoute dans sa biblio or
2020-06-17T22:23:29+02:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 263
Commentaires 45
Extraits 59
Evaluations 80
Note globale 8.16 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode