Livres
615 537
Membres
713 796

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Zone du dehors



Description ajoutée par Lilou 2009-12-14T23:12:14+01:00

Résumé

2084.

Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés ! Le citoyen ne s’opprime plus : il se fabrique. À la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu’on forme, tout simplement. Au cœur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout.

Premier roman ici réécrit, La Zone du Dehors est un livre de combat contre nos sociétés de contrôle. Celle que nos gouvernements, nos multinationales, nos technologies et nos médias nous tissent aux fibres, tranquillement. Avec notre plus complice consentement. Peut-être est-il temps d’apprendre à boxer chaos debout contre le swing de la norme ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 334 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-03-16T17:50:07+01:00

— Les gens qui dirigent le mouvement aujourd'hui — enfin, je ne devrais pas dire diriger... Les gens qui coordonnent si vous voulez, qui impulsent, on a toujours tenu à briser toute hiérarchie, sont, pour trois d'entre eux des intellectuels...

— Quels métiers exercent-ils ? Ce sont des métiers respectables ? Ils sont désencartés ? Quel âge ont-ils en moyenne ?

—Je ne vous répondrai pas. Sachez simplement ceci : ces gens sont des idéalistes, des forcenés de l'idéal. Ils ont complètement perdu le sens de l'humain. Ils vont... Il faut les arrêter. Ils... Ils finiront par tuer. C'est comme, une nouvelle race, si vous voulez, un mélange d'intellectuel et de tueur. Ce sont... Voilà : ce sont des intellectueurs.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Le premier Damasio, injustement méconnu.

C'est vrai que l’on n’y retrouve pas toute la poésie de « La Horde du Contrevent », le style est encore en rodage. L'auteur reconnait d'ailleurs que le livre a le défaut, comme souvent les premiers ouvrages, d'être trop didactique.

Mais si on oublie que l'histoire a pour cadre un astéroïde colonisé, on se trouve en présence d’une vision quasi- prophétique de la société numérique de contrôle que nous édifions aujourd'hui. Dans sa postface, l'auteur se dit d'ailleurs surpris que les choses soient allées à une telle vitesse : il a écrit ce livre dans les années 90 et ne s'attendait pas à ce que la réalité rejoigne si vite la fiction.

La reconnaissance faciale par vidéo de surveillance, la biométrie, les cellulaires pouvant faire office de micros-espions ou de géolocalisateurs en attendant les puces sous-cutanées, les nano-caméras, la dictature des médias, la crainte sécuritaire pour vendre l’illusion de la liberté… Tout ce contre quoi il nous met garde, c’est devenu une science, ce n’est plus de la fiction.

Damasio dissèque les méthodes les plus subtiles de contrôle des masses et expose à nu les rouages d’un système insidieusement fasciste derrière sa façade démocratique. « Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être », disait Goethe. « La Zone du Dehors » nous montre comment cette maxime est mise en pratique à l’aide des outils modernes. A vouloir à tout prix l’ordre, le confort et la sécurité, la société s’ampute de ses libertés et finit par ne plus vivre.

La Volte, la résistance à laquelle appartient le personnage principal, porte bien son nom : c’est un électrochoc appliqué en dernier recours sur une humanité déshumanisée, prête à accepter la mort cérébrale pour peu que des machines maintiennent ses fonctions organique.

Ce livre, ce n’est pas encore « Le meilleur des mondes », mais c’est bel et bien une mise à jour de « 1984 ». En 2084, Big Brother n’est plus votre ennemi, c’est votre ami. Comme Harry, vous savez, celui « qui vous veut du bien ».

A conseiller sans modération.

www.anges-gaiens.com

Afficher en entier
Or

On m'avait prévenue, il y a un avant et un après Damasio. La Zone du Dehors est, selon moi, l'un des romans les plus importants du XXIe siècle. Véritable analyse sociale et psychologique de notre époque, La Zone du Dehors est également une réflexion intense sur les raisons qui poussent des hommes et des femmes à ce battre chaque jours pour changer le monde.

Damasio est connu pour ses idéaux de libertés assez hors normes. Écouter le bonhomme en interview est à ce titre vraiment agréable tant il semble investi corps et âme dans son combat. Mais la Zone du Dehors montre aussi que son auteur n'est pas un bête révolutionnaire et qu'il est également parfaitement au fait du caractère presque vain de toute tentative de combat contre le système dans le monde d'aujourd'hui.

On sentirait revivre dans ce roman la poésie électrique des cyberpunk des 80'. La Zone du Dehors tient toutes ces promesses en tant que livre de SF et se parcoure avec bonheur du début à la fin.

Il faut également noté que Damasio cherche très visiblement à faire évoluer la manière d'écrire une histoire dans la langue française. On peut sentir le mouvement et la rapidité des gestes dans son écriture et ses trouvailles visuels parfois déroutantes. Mention spéciale au chapitre XIX où l'écriture semble aussi perturbée que le personnage lui même.

Une lecture épuisante et intense qui vous laissera des images forte en tête. Une œuvre que respecte autant le genre dans lequel elle s’inscrit que les ambitions qu'elles s'était fixé à la base. (C'est de la SF tout en étant beaucoup plus). Je vous recommande donc chaudement ce livre qui vous ferra vivre une expérience radicalement différente de ce dont ont à l'habitude en littérature.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Mensonges 2022-09-25T19:30:31+02:00
Or

J'ai lu ce livre parce que j'ai adoré lire la Horde du Contrevent et Aucun souvenir assez solide. J'ai entendu parler de Damasio il y a peu, alors je me suis dit que c'était l'occasion de sortir ce livre de ma pile à lire. Je n'arrive pas exactement à déterminer si j'ai aimé ou beaucoup aimé cette lecture, j'ai beaucoup aimé tout le déroulement de l'action, mais certains aspects m'ont un peu moins plu.

Je n'ai pas été hyper enjouée sur le début du roman je l'avoue, tout se lisait très bien avec ce langage et ce style si caractéristique, mais il manquait un peu de matière scénaristique selon moi. J'ai aimé cette idée de norme qui apparaît au fur et à mesure de l'histoire, on ressent beaucoup la gradation au fur et à mesure que l'univers se découvre. J'ai été plutôt impressionnée par la société futuriste qu'on nous décrit, qui résonne pas mal avec celle d'aujourd'hui au final, en sachant que le livre a plus de vingt ans. Ça a donné un goût un peu amer à ma lecture, ce qui m'a plu. J'ai bien aimé les scènes qui tournaient autour du fonctionnement de la Volte, son organisation, je crois ne pas avoir déjà rencontré un point de vue semblable à propos d'un mouvement révolutionnaire. J'ai trouvé cependant que la critique était parfois un peu faible de la part des personnages, les arguments étaient surtout centrés sur le style et le langage selon moi. J'ai aussi été embêtée par les rares mentions au féminisme et à l'homosexualité, maladroites et trop romancées à mon goût. Il était un peu difficile pour moi de m'identifier aux personnages, malgré tous les évènements, il arrivait que leurs émotions ne transparaissent pas assez à mes yeux. Aussi, la polyphonie n'avait pas trop d'intérêt à mon goût. Sans marqueur d'identification pour chacun des narrateurs, j'ai souvent confondu Capt, Kamio et Obffs, ce qui aurait pu être évité s'ils avaient un style vraiment propre à eux. Quitte à exagérer comme dans la Horde.

Malgré tout, à partir d'à peu près la seconde partie du roman, l'action se fait beaucoup plus dynamique. Il y a plus de focus sur Capt, ce qui permet de s'accrocher au récit sans interruption. Un vrai enjeu dystopie/utopie se crée, même si les arguments deviennent répétitifs. Sans être forcément d'accord avec les idées de l'auteur, La zone du dehors a le mérite de nous faire rêver à une société meilleure, une société un peu plus folle, une société insouciante, et c'est quelque chose qui est plutôt rare, non ?

Au final, j'ai toujours du mal à placer ce livre sur une des listes Booknode. C'est marrant, il résiste à la norme en quelque sorte. Il est dur de ne pas comparer la Zone du Dehors à la Horde du Contrevent, ou du moins du souvenir que j'en ai parce que je me rends bien compte que je n'avais sans doute pas les mêmes exigences en termes de lecture qu'aujourd'hui. Si c'était mon premier roman de Damasio, je l'aurais sans doute placé en liste Or ou plus. Mais là, me voilà bien embêtée. Oh, et puis zut.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LN-12 2022-06-15T22:55:59+02:00
Argent

J'avoue avoir eu du mal à rentrer dans ce type d'écriture recherché à l'extrême. Mais les thèmes abordés et le lieu où l'histoire nous mène sont extrêmement intéressants. J'aimerais tant qu'existe un dehors où s'installer vraiment...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Coriakin 2022-05-05T11:27:04+02:00
Argent

Je ne sais que dire devant ce livre, je suis assez mitigé. L'histoire est prenante, le décor futuriste bien conçu, cohérent et très détaillé compensant l'aspect politique parfois longuet des discours. On se prend vite au jeu et l'auteur sait faire sentir le poids du régime sur les consciences. L'écriture est fluide, les personnages un peu pâles mais notre regard est souvent tourné ailleurs donc ce n'est pas si grave.

Alain Damasio s'écoute souvent parler, et là j'ai eu plus de mal. On sent qu'il a lu les auteurs qu'il cite, mais il force parfois leur utilisation dans d'audacieuses tirades lyriques dont je n'ai pas vu l'utilité. Certains passages sont lourds, et il m'est arrivé d'en passer (sans regret, c'est rare).

L'auteur a néanmoins le grand mérite d'avoir essayé d'être le plus créatif possible, et d'avoir écrit une œuvre qui reste pour moi un bon moment de lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nodel 2021-12-02T14:16:49+01:00
Or

Un meilleur des mondes, vu par un contemporain. Le style littéraire, très touffu et pas forcément facile de premier a bord, sert bien cet essai socio-politique romancé. L'analyse fine de ce vers quoi nous tendons à l'heure actuelle, nous amène à nous remettre en question quant à nos récriminations socio-politiques naturelles de citoyens responsables. Le tout-sécuritaire, le tout-confort nous conduisent tout droit à une zone du "dedans" (socialement correcte), où la perte de la liberté de penser, d'agir et de créer n'est pas imposée mais fruit intrinsèque de la volonté citoyenne. Cette perte de la créativité des masses entraine une stabilité sociale bienvenue dans ce microcosme imaginaire extra-terrestre, en regard de la guerre omniprésente sur la planète Terre, devenue invivable.

Un regard terrible que l'auteur porte sur nos orientations sociales actuelles, propres mais fades.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par StElia 2021-09-02T14:57:52+02:00
Bronze

Je vais avoir un mal fou à commenter ce premier livre (écrit et lu) de Damasio. D'un côté, énormément d'éléments sont brillants, de l'autre, et c'est un avis purement personnel, je n'arrive plus à fermer les yeux sur certains points.

Ma plus grande frustration, en lisant ce roman, a été d'en être exclue, en tant que femme. L'auteur le reconnaît lui-même dans une interview, il l'a écrit avec la vision d'un jeune homme, et le seul personnage féminin du livre, Boule de chat, sert majoritairement à l'intrigue amoureuse de Capt, à lui donner une humanité et des sentiments que l'on peut tous partager. Boule de chat, qui prend de l'ampleur dans l'intrigue, n'est parfois résumée qu'à son corps. Et les femmes, à du vide, à un idéal de beauté qui ne devrait plus exister, ni en 2084, ni en 2021. Être exclue de l'intrigue, de cette volution, m'a presque enragé par moment. C'est pour moi le principal défaut de ce roman, qui s'explique par sa date d'écriture et pour lequel l'auteur s'est justifié, mais je me dois de le mentionner.

Passé ce point, l'intrigue est tout à la fois délicieuse et glaçante. Cette société, dont la nôtre se rapproche dangereusement, est décrite avec brio par Damasio. Son analyse des tours qui surplombent la ville (et la ville qui s'espionne elle-même), ses discours sur le corps, sur le confort, sur l'ennemi, tout est très bien pensé. Certains paragraphes font parfois penser à des essais de philosophie ou de sociologie, ce qui ne m'a pas pour autant sortie de l'histoire. Au contraire, cela m'a fait réfléchir, j'ai posé mon livre, j'ai soufflé un peu, j'ai cogité dans ma tête, et je suis replongée dans l'histoire.

De tous les personnages, c'est Kamio dont je me suis sentie le plus proche. Capt a des défauts, et il en faut, cela n'en fait pas moins un personnage efficace. Slift aussi mérite d'être mentionné, il incarne à lui seul l'image de la Volte. Du corps libre et du réflexe ultime.

La fin enfin, les 60 dernières pages, m'a tout à la fois émerveillée et bouleversée. Que de beauté, que de violence, avec ce final grandiose dont je ne dirais rien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Thomas-155 2021-06-17T19:10:04+02:00
Diamant

Je ne cesse d'être impressionné par la plume de Damasio. La zone du dehors, bien qu'en avance sur son temps est presque dépassé malheureusement. Mais son message lui, est à prendre de suite à bras le corps, et il faut le transmettre. Il nous faut nous réveiller pour ne pas sombrer dans un avenir qui pourrait ressembler à Cerclon 1. Vivement les clameurs! Tout en poésie, il souffle un vent révolutionnaire. Ce vent m'a ébouriffé, en fait m'a complètement décoiffé. Je change au fil de ses romans.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2021-05-31T12:33:46+02:00
Argent

Que voilà un bouquin difficile à commenter ! Tout est dans les intentions de l'auteur, dans la postface de la première édition. On est ici clairement face à un essai politique plus qu'à un roman et cela s'en ressent fortement dans la narration. L'intrigue est lente et maladroite, il est difficile de s'attacher aux personnages, et surtout au personnage principal, assez peu sympathique et imbu de lui-même.

A côté de cela, il y a les idées. Et là, on a une œuvre véritablement novatrice, percutante et très fine dans l'observation du système politique que nous subissons. Au-delà d'un simple décryptage des méthodes d'oppression utilisées par un gouvernement très semblable à ceux que nous connaissons, Damasio propose des moyens de le combattre, de s'en affranchir, de le modifier. Il n'est pas dans une logique nihiliste de pure dénonciation, il amène des solutions, nous propose des pistes pour améliorer le monde qui nous entoure. Et pour cet aspect-là, le livre vaut plus que le détour. Il faudra donc faire l'effort de surmonter un récit maladroit pour accéder à un manifeste politique fondateur.

Damasio n'est d'ailleurs pas parvenu à s'affranchir de ce travers dans son troisième roman, "Les furtifs", qui a les mêmes défauts et les mêmes qualités. "La horde du Contrevent" constitue une exception dans sa bibliographie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bob1945 2021-02-28T18:18:13+01:00
Bronze

Auteur que je découvre et qui mêle à son roman une grande part de réflexion personnelle et politique. A suivre.

Synopsis : Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés ! ....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Idril57 2021-02-17T18:50:48+01:00
Argent

J'ai eu parfois du mal à tout suivre et à tout comprendre, l'histoire a certaines longueur, mais l'auteur a développé un sacré univers, comme on en trouve de moins en moins actuellement. Il porte une réflexion très intéressante et actuelle sur la révolte. A l'heure actuelle, je trouve que lire ce genre de livre permet de mieux comprendre certains évènement sociaux contemporain. Je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jundow 2020-06-07T19:38:02+02:00
Diamant

Terminé "1984" et ses méthodes de nazis. Bienvenue en 2084, sur Cerclon, société dite "démocratique". Ici, pas besoins de forcer les gens à obéir, il le font de leur plein gré. La violence des dictature à fait place au confort tranquillement restrictif. Tout est fait "pour votre sécurité", "pour votre confort". Soyez "un bon citoyen" et votre vie ne connaîtra aucun problème... Mais sera dénuée de toute vie, de toute envie... L'esclavage à prix la forme d'un techno-cocon dont les citoyen s'enchaîne volontairement et laisse le système tout gérer. Souriez, vous êtes gérez ! Mais la Volte, une groupe de "rebelles", va insuffler de la vie dans cette société morne et sans saveur...

Voilà l'ambiance de ce bouquin, sortit pour la première fois fin des années 90. Damasio y décrit une société très proche de celle dans laquelle on vit actuellement.

Dystopie intelligente. Ecriture vivante et vibrante. Personnage atypique et crédible. Ce roman est une perle de la SF qu'il faut avoir lu. Autant pour l'histoire que pour les messages qu'elle apporte ainsi que l'énergie qu'elle délivre.

Traité de militantisme ? Dystopie réaliste ? Essai philosophique sur l'envie de vivre et d'exister ? Il est tout ça à la fois et bien plus encore...

Vous l'aurez compris : ce livre est à mettre entre toutes les mains ! Voltons-nous, ré-insufflons de la vie dans notre quotidien !

Afficher en entier

Date de sortie

La Zone du dehors

  • France : 2015-03-05 - Poche (Français)

Activité récente

LN-12 le place en liste or
2022-06-15T22:53:17+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 334
Commentaires 54
extraits 66
Evaluations 100
Note globale 8.11 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode