Livres
462 291
Membres
419 467

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Si c'est pour l'éternité



Description ajoutée par Armenia 2018-01-19T12:50:38+01:00

Résumé

Et si vous tombiez amoureux d’une immortelle ?

Parker Santé ne parvient plus à parler depuis la mort de son père, il y a cinq ans. Tandis que ses camarades de classe postulent pour l'université, lui préfère sécher le lycée et traîner dans les halls des hôtels de San Francisco pour voler les riches voyageurs.

Un jour, il rencontre Zelda Toth, une étrange jeune fille aux cheveux argentés qui prétend avoir plus de 200 ans. Lorsqu'elle lui dit vouloir se suicider, Parker fait un pacte avec elle : Zelda dépensera toute sa fortune avec lui s'il s'engage à poursuivre ses études pour devenir écrivain.

Mais Parker, qui est tombé amoureux, a un autre objectif : essayer par tous les moyens de lui redonner goût à la vie.

Afficher en entier

Classement en biblio - 52 lecteurs

Extrait

There's a word in Portuguese that my dad wrote about in one of his books: saudade. It's the sadness you feel for something that isn't gone yet, but will be. The sadness of lost causes. The sadness of being alive.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Maximousse24 2018-04-14T12:23:05+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par LaGuerta 2019-01-11T12:27:13+01:00
Diamant

Mon commentaire complet : https://leslecturesdetiph.blogspot.com/2019/01/si-cest-pour-leternite-tommy-wallach.html

Ce livre est une petite pépite qui trainait dans ma PAL depuis un bout de temps, la seule question est "Pourquoi je ne l'ai pas lu plus tôt?????"

Ce roman nous raconte 3 jours dans la vie de Parker Santé. C'est un jeune homme plein de sarcasmes qui a un peu lâché prise : il sèche les cours, il n'a pas plus prononcé un seul mot suite au décès de son père et il s'enferme dans les histoires un peu glauques qu'il écrit. Il pense n'avoir aucun avenir et aucun ami. Sa rencontre avec Zelda va tout changer pour lui. J'ai adoré le lire et le voir changer.

Parlons de Zelda maintenant. C'est une femme cultivée, qui a subi et connu les pires choses mais qui arrive à prendre du recul sur tout son passé. Si l'on en croit ses dires, elle a plus de 200 ans et forcément, après tant d'années passées à vivre, elle ne se sent plus vraiment de continuer. Malgré le fait qu'elle cherche à se suicider, elle est la bouffée d'air frais de ce livre. Tout le temps joyeuse et toujours optimiste, elle est extrêmement attachante, je l'ai adorée.

Je ne connaissais pas Tommy Wallach et je dois dire que j'ai mis beaucoup de temps à me lancer dans cette lecture. Je pense que le résumé n'est pas à la hauteur du récit. Ce livre est tout à la fois : poétique mais moderne et parfois grossier, beau et lumineux mais aussi dark et glauque, drôle mais déprimant.... C'est une pure réussite. On enchaîne les évènements qui nous donnent chaque fois une leçon de vie et une bonne dose de culture générale. Les sujets abordés sont durs, mais l'auteur les a rendus tout à fait abordables en les traitant à travers le cynisme de Parker et la gaîté de Zelda. Malgré les sujets déprimants, j'ai refermé ce livre avec le sourire.

En Bref : Tommy Wallach nous donne une très belle leçon de vie dans ce livre qui sort totalement de l'ordinaire. Il est tout et son contraire, à la fois poétique et rempli de grossièretés, une bouffée de joie et pourtant, dans le fond, tellement glauque... Ce livre vous en apprendra également énormément sur l'Histoire, l'art et les voyages. Il vous fera rire et pleurer, je l'ai adoré. Je vous conseille vraiment cette lecture déroutante et qui m'a touchée au plus profond de moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2018-10-11T08:34:12+02:00
Or

Ou quand une fille vraiment pas comme les autres débarque dans votre vie pour tout y chambouler...

Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour cet envoi, ainsi que pour tous les autres reçus ces derniers temps. C'est tellement merveilleux que je me crois être une gamine ouvrant ses cadeaux de Noël à chaque fois. Cette confiance que placent en moi diverses maisons d'édition m'émeut au plus profond et m'honore grandement, je tenais à le rappeler une fois de plus.

Mais cessons cette sentimentalité dégoulinante de bons sentiments (qui n'en restent pas moins sincères) pour nous concentrer sur le vif du sujet. Cependant (comment je détourne votre attention en cinq secondes chrono), dans un premier temps, regardez moi cette couverture : n'est-elle pas d'une beauté sans pareille ? Pour une fille comme moi qui a le regard accroché dès qu'elle voit quelque chose de délicieusement rétro, c'était une sacrée aubaine.

Si cette tapisserie en arrière-plan vous rappelle celle détestable et old-fashioned de l'intérieur de vos grands-parents, moi, elle m'a directement happée dans cet univers d'hôtels californiens (Non, ne vous mettez pas cette chanson dans la tête à cause de moi !) datant du début vingtième qui ont l'air de receler de mystères ; façon American Horror Story - Hotel mais sans les meurtres et les fantômes ; et qui ont su conserver leur charme d'antan imparable.

Et cette grande élégance presque majestueuse se dégage également fortement du personnage principal de cette histoire improbable, mais à laquelle j'ai cru jusqu'au bout des ongles et du parcours, à savoir : Zelda Toth, qui se prétend immortelle depuis presque deux cent cinquante ans. Non, non, je n'invente rien. Cette fille, cette nana super géniale que j'adore du plus profond de mon petit cœur pour son côté bizarroïde et toutes les anecdotes passionnantes qui sortent de sa bouche dès qu'elle parle, est vraisemblablement celle qui crève l'écran d'encre et de papier au cours de cette virée, au savant goût d'adolescence et donc d'âge ingrat, rocambolesque, qui n'aura duré qu'une poignée de jours.

On a beau nous le remettre en mémoire au cours du découpage des chapitres en grosses lettres bien grasses et bien évidentes à remarquer, moi, en lisant ce roman, j'avais plus l'impression de connaître Zelda, l'immortelle sans qu'on sache véritablement comment (pour ceux qui crissent les dents à l'idée de "vampire", pas d'inquiétude donc), depuis des années et de l'avoir suivie jusqu'au bout du monde dans sa cavalcade depuis bien plus longtemps que la durée d'un "simple" long week-end.

Car ici, ce sont bien quatre jours de pure folie que nous fait vivre l'auteur. Et quel tourbillon de décadence et de bonheur éphémère et délicieux au sein de la si belle ville de San Francisco, elle aussi personnage-clé de l'histoire, vibrante de vie et qui va prendre les personnages par la main et les accompagner jusqu'à la fin inéluctable de cette incroyable virée shopping, cinéma avec bagarre en prime à la machine à pop-corn pour pimenter votre séance, Golden Gate Bridge (lieu incontournable bien entendu) ou encore préparation de dossiers de fac à la bibliothèque du lycée même un dimanche !

Oui, on se demande ce que cette activité saugrenue vient faire dans le programme de rêve de nos deux ados paumés et en quête de LA chose qui donnerait envie de vivre pour toujours, sans jamais lasser. C'est ça qu'est capable de pondre Zelda de son esprit si cultivé et altruiste, profondément humain après tout ce qu'elle a traversé, vécu intensément, l'amour comme les guerres et le chagrin.

C'est un personnage au lourd passif et à l'expérience de vie qui impressionne et qui enrichit votre réflexion sur le sens de votre existence et ce que vous souhaitez en faire. Zelda vous fait reprendre votre vie en main et y apporte couleurs, exubérance et gaité sans en attendre la pareille car elle en a assez vu et c'est la touche finale, la cerise sur le gâteau au spectacle théâtral de son existence, digne du personnage qu'elle s'est forgé, avec sa longue chevelure argentée, sa façon de s'exprimer et d'être à la Zelda Fitzgerald, née Sayre, son accent sudiste qui sonne de façon exquise à mes oreilles dès que je l'entends et la façon dont ses yeux et tout ce qui la constitue brillent et vibrent à l'idée de vivre une adolescence 2.0., bien loin de l'année 1770 où elle est née.

Et Parker Santé (belle trouvaille pour le nom de famille !) n'est pas en reste non plus. Nous aussi, simples mortels, nous pouvons nous révéler intéressants. Ce garçon nonchalant, je-m'en-foutiste à l'extrême et voleur à ses heures perdues peut vous sembler très antipathique et fade face à la magnifique Zelda qui rayonne sur chaque personnage qu'elle rencontre (le lecteur y compris) de prime abord mais, pour ma part, je me suis instantanément attachée à lui, dès les premières pages, lors de cet instant mémorable et gravé dans les annales où, assis seul comme un imbécile à une table d'hôtel en buvant un café noir sans sucre, car la vie est déjà bien assez mièvre et édulcorée comme ça sans en devoir en rajouter, il vit une fille de son âge incarnant la tristesse parfaite, l'exprimant de tout son être, tous ses pores la laissant transparaître, sortir une liasse de billets verts avec Benjamin Franklin dessiné dessus et vous narguant de loin.

Et elle arrive à oublier la fameuse liasse sur sa table. Si ce n'est pas une invitation à profiter de cet argent avec elle, alors je ne sais pas ce que c'est. Cette scène d'intro et tout ce qui va en découler peut sembler digne d'un film, complètement fictif de bout en bout, mais le fait d'avoir vécu tout cela avec ces deux personnages si bien assortis, si étonnamment complémentaires, deux personnalités bien trempées et si uniques, dans le contraste saisissant entre eux, qui s'apportent énormément de soutien l'un à l'autre, ça m'a fait d'autant plus adhérer à cette histoire qui, sous son apparence fantastique qui peut sembler assez incongrue, mais en réalité parfaitement justifiée, traite de sujets très sérieux et qu'il est toujours difficile d'aborder, et ce à n'importe quel âge : la dépression, celle de la mère alcoolique de Parker, qui vit continuellement dans les souvenirs heureux du passé, et de ce dernier, enfermé dans l'action d'écrire, qui le relie à feu son père écrivain de profession ; le suicide, cette envie qui pousse Zelda à quitter ce monde une fois que sera mort son second mari, Nathaniel, qui, lui, est mortel, je le précise ; et enfin bien sûr le deuil de ceux qui nous sont chers.

J'ai trouvé que Tommy Wallach a réussi à faire cela de façon remarquable, incroyablement ingénieuse et originale. D'une part, il fait parler directement son jeune héros à travers la narration, qui nous immerge dans le dernier carnet en date de Parker, aligneur de mots professionnel depuis qu'il a pris la décision de ne plus parler, qui décide de nous faire part de l'événement le plus marquant de sa vie (et quel événement !). S'ajoute à cela des récits, des petites nouvelles nées de l'imagination épatante de Parker, qui sous-estime beaucoup trop son talent.

Avec Zelda pour muse et mécène, il invente des courtes histoires des temps anciens des chevaliers, des royaumes lointains et des créatures magiques peuplant les bois dignes des contes de fées de notre enfance. D'ailleurs, à bien y réfléchir, ce roman a clairement l'apparence d'un conte, à la saveur douce-amère splendide et qui nous balance notre cœur en boule dans un coin, empli de sentiments différents à la fin de ce voyage presque hors du temps. Néanmoins, tout cela est fait avec une grande douceur à la texture de cocon douillet. Je peux donc sans conteste qualifier cette parution de lecture doudou, de livre de chevet dont je ne veux pas me séparer.

Qui plus est, la plume de ce jeune écrivain en herbe est mordante, cynique à souhait, très humoristique et pleine d'auto-dérision, agréable à lire et amusante, vu que Parker ne cesse d'insérer son ressenti direct sur ce qu'il nous raconte entre parenthèses, presque comme des didascalies de pièce de théâtre, ce qui nous donne un récit extrêmement dynamique, vivant et captivant, où le personnage laisse bel et bien sa propre empreinte. « All the world's a stage / And all the men and women merely players, [...] » comme le disait si bien l'ami Shakespeare, et je suis sûre que Zelda et Parker auraient approuvé cette citation. Oui, oui.

Quant aux paroles de sagesse et de réflexion sur la vie et la mort et les "désagréments" encourus entre les deux, là, c'est Zelda qui s'en charge. Dès que ses somptueuses lèvres (c'est pas moi qui le dis !) s'entrouvrent, que ce soit face à Parker et à ses camarades de classe, que j'ai adorés eux aussi et qui vont apprendre à mieux connaître ce dernier et à devenir ses amis grâce à cette drôle de fille au charisme dingue et qui est la classe incarnée, ou bien encore face à la mère de notre chouchou, complètement à la dérive au vu de sa façon de percevoir le monde (on est tous un peu largués à ce niveau-là je pense), ce sont des propos lucides et percutants qui en sortent, qu'on se prend en pleine figure tel un enfant qui se ferait sermonner par sa maman et dont on tire de sacrées leçons.

En bref, je ne peux que vous encourager à ouvrir ce roman et à laisser ses pages vous emporter. La plume accrocheuse et inventive de Tommy Wallach fera opérer sa magie. Moi qui n'ai pas lu son premier roman, dont les avis dithyrambiques à son propos sont très alléchants, Si c'est la fin du monde, maintenant que j'ai découvert la plume et l'imagination foisonnante et excitante de cet auteur, j'en veux encore !

En attendant impatiemment le troisième roman qui naîtra de sa tête regorgeant de jolies surprises, je vais me rassasier avec ce premier best-seller, qui me fait encore plus de l'œil qu'avant. En tout cas, pour parler de ce avec quoi je suis déjà familière, je vous recommande mille fois Si c'est pour l'éternité ou Thanks for the trouble en anglais.

Effectivement, ça valait bien la peine de se déranger pour lire cet ouvrage, d'accorder du temps à cette pépite d'or qui m'a rendu le cœur plus léger avec cette plume explosive et cet humour qui m'a définitivement conquise, et plus lourd tout à la fois, avec cette histoire d'amour, cette rencontre incroyable de deux destins de personnages extraordinaires, qui va bien au-delà du romantisme bafouillant et mignon dans ses imperfections flagrantes des adolescents, qui nous dépasse et qui nous fend le cœur en deux tout comme elle nous éblouit grâce à sa sincérité touchante et ses confidences désarmantes. Et je peux vous l'assurer, mon histoire d'amour avec ce livre durera pour l'éternité, c'est certain !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zaviassa 2018-10-04T21:54:00+02:00
Diamant

J'ai dévoré ce livre! Il était tellement...généralissime!

A la fin de ma lecture, je me suis sentie déphasée par rapport à la réalité, bouleversée par cette histoire qui est une vraie pépite à mes yeux.

Même si cela peut paraître étrange, je me suis beaucoup identifiée dans les personnages de Zelda et Parker.

Ce livre est puissant, il m'a prit aux tripes du début jusqu'à la fin, toujours avec humour mais aussi des moments profondément vrais et tristes.

Un énorme coup de coeur qui fait parti maintenant de mes livres préférés tant je l'ai aimé!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lebbdragon 2018-08-18T23:52:04+02:00
Argent

"Si c’est pour l’éternité" m’a fait passer un moment très doux, au cours duquel je me suis sentie à ma place. J’ai adoré les personnalités de Zelda et de Parker, et ai frissonné lorsque leurs vies prenaient des chemins difficiles… Un livre qui questionne l’existence avec une belle simplicité, à mettre entre toutes les mains! ♡

☞ http://babydragonbooks.wordpress.com/2018/04/24/si-cest-pour-leternite-tommy-wallach/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par unxfandelivres 2018-08-09T11:46:25+02:00
Or

J'ai vraiment apprécié ce roman, tout d'abord la façon de raconter cette histoire, je trouve Parker vraiment très intéressant! Chaque personnage est atypique, chacun à sa façon va changer durant la rencontre avec Zelda ! Un superbe roman plein de vie, original ! Je le conseilc

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LivreSansFin 2018-05-26T19:44:15+02:00
Bronze

Une histoire débordante d'imagination et qui sort de l'ordinaire ! La plume particulière m'a plu tout comme l'histoire. J'ai passé un très bon moment sans avoir été subjugué.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Madamerrance 2018-05-07T22:39:36+02:00
Lu aussi

Une très belle histoire avec un message touchant. J'ai adoré ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Deesse49 2018-05-02T16:34:26+02:00
Argent

Belle leçon de vie dans ce roman.

A quoi nous servirait l’éternité ? Que ferions-nous si nous étions immortels ?

Les personnages sont attachants, Zelda est atypique, mais elle va rendre la vie de Parker moins fade.

Chacun va faire découvrir ce qu’il aime à l’autre.

Elle souhaite mettre fin à ces jours, Parker fera tout pour l’en empêcher.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par melicia 2018-04-18T10:05:04+02:00
Lu aussi

Une littérature jeunesse accessible dès 14 ans qui parle de sujet très dure et profond, on y voit le deuil, la tristesse, le suicide mais aussi la romance et l'adolescence sous un petit fond de fantastique. Une histoire originale mais trop sombre à mon goût, je suis plus fans de Feel Good, mais je lui reconnais de toucher à un vrai thème profond et touchant qui plaira aux fans du genre, il est ancré dans une atmosphère étrange accompagnant 2 personnages atypiques.

http://books-story.wixsite.com/books-story/single-post/2018/03/01/SI-C-EST-POUR-L-ETERNITE

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kesciana 2018-04-11T09:13:36+02:00
Bronze

https://aliceneverland.com/2018/04/10/si-cest-pour-leternite-tommy-wallach/

J’avais découvert l’auteur avec son premier roman, Si c’est pour l’éternité, qui m’avait, somme toute, laissée perplexe. Tommy Wallach avait un style tellement réaliste qu’il apportait ainsi toute l’originalité de son histoire. J’étais donc curieuse de le retrouver dans une nouvelle histoire.

Ma chronique va être assez décousue, un peu comme à l’image de ce livre. D’ailleurs, le résumé montrait déjà toute l’originalité de ce roman. A mi-chemin entre problème sociétal et fantastique, Tommy Wallach aborde des thématiques aussi diverses que profondes tout en apportant une touche de fantastique qui n’a eu de cesse de me faire douter de ce que je découvrais. Est-ce que tout ceci était réel ou n’était-ce que le fruit de l’imagination de Parker, un jeune garçon en pleine dépression depuis la mort de son père ?

Il est ainsi très difficile de faire rentrer Si c’est pour l’éternité dans une case, dans un genre. Tommy Wallach explore de nombreux sujets (suicide, deuil…) dans ce style qui lui est propre, sans fards ni artifices, en choisissant le parfait équilibre entre les mots qu’il lie entre eux. Il va droit au but, quitte à déranger, mais c’est ce qui rend ses écrits aussi authentiques.

Pour tout vous dire, ce nouveau roman me laisse tout aussi perplexe que le premier. Pleine de poésie, l’histoire est à la fois simple et complexe. Plus les pages se tournent, plus on saisit toute la délicatesse et l’entremêlement que l’auteur opère, à la fois à travers les genres que les thèmes. Il y a ce je-ne-sais-quoi dans ce roman qui captive le lecteur, une sorte de lumière que l’on cherche à atteindre. Et, en refermant ce roman, j’avais l’impression d’avoir pu la toucher du bout des doigts…

Afficher en entier

Dates de sortie

Si c'est pour l'éternité

  • France : 2018-02-08 (Français)
  • USA : 2016-02-23 (English)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 52
Commentaires 17
Extraits 20
Evaluations 24
Note globale 8.35 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Thanks for the Trouble - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode