Livres
381 293
Comms
1 334 082
Membres
266 494

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Aliss



Description ajoutée par Isilmawen 2010-05-29T00:34:59+02:00

Résumé

Il était une fois ...

... Alice, une jeune fille curieuse, délurée, fonceuse et intelligente de Brossard. À dix-huit ans, poussée par son besoin d'affirmation de soi, elle décide qu'il est temps de quitter le cégep et le cocon familial pour aller vivre sa vie là où tout est possible, c'est-à-dire dans la métropole.

À la suite d'une rencontre fortuite dans le métro, Alice aboutit dans un quartier dont elle n'a jamais entendu parler et où les gens sont extrêmement bizarres. Mais c'est normal, non ? Elle est à Montréal et dans toute grande ville qui se respecte, il y a plein d'excentriques, comme Charles ou Verrue, d'illuminés, comme Andromaque ou Chess, et d'êtres encore plus inquiétants, comme Bone et Chair ...

Alice s'installe donc et mord à pleines dents dans la vie, prête à tout pour se tailler une place. Or, elle ne peut savoir que là où elle a élu domicile, l'expression être « prêt à tout » revêt un sens très particulier ...

Afficher en entier

Classement en biblio - 450 lecteurs

Or
129 lecteurs
PAL
77 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par EveBirmingam 2015-05-10T23:48:32+02:00

- Tu es une fille intelligente, une fille qui a des idées, qui réfléchit, qui pose un regard sur ce qui l'entoure, qui s'interroge, qui cherche pis qui réagit. Mais les gens comme toi sont prévus pour la société de là-bas. Ils sont, si on veut, le parti de l'opposition qui contribue au fonctionnement du système, parce que, tout en brassant de la marde, il s'intègrent, les gens comme toi veulent changer la formule. Pourtant ils font partie de l'équation, les gens comme toi rasent les maisons, mais ils laissent toujours les fondations intactes.

Chaque mot me rentre dans la tête comme une longue et douloureuse épingle, la Reine garde le clou de neuf pouces pour la fin. Lentement, d'une lenteur insupportable, elle conclut:

- Tu es donc... parfaitement... normale.

Je ferme les yeux. La lucidité. La pire des souffrances.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Un conte, des fous-psychopathes, un quartier inconnu, de la drogue, du sexe, de la torture, une question inconnue...

J'ai rarement lu un ouvrage aussi dingue (parce qu'il n'existe pas d'autre mot pour le décrire). Si Lewis Caroll était parti loin dans le roman original, ce n'est rien par rapport à ce qu'a réussi à faire Senécal.

Qu'est-ce qu'un monde sans morale ?

J'ai rarement vu des personnages dont la psychologie est aussi bien travaillée. Car si tout le monde est fou, il ne s'agit pas du tout d'une folie désorganisée. Tout ce que font les personnages ont un sens mais encore, faut-il le saisir !

En réalité, il est très difficile d'analyser ce roman initiatique, tant il est complexe et parfois dérangeant. Lu en moins de 24h, je n'ai pas pu le lâcher. Je me suis laissée complètement embarquer. À tel point qu'en arrivant vers la fin lorsqu'un ami m'a demandé « combien faut-il de bébé(s) pour peindre un mur ? » (pensant me faire une blague), il ne m'est même pas venu à l'esprit que le(s) bébé(s) pouvai(en)t repeindre ce mur autrement qu'avec leur sang !

Je n'ai pas regretté du tout d'avoir lu auparavant « 5150 rue des Ormes » car il m'a permis de pouvoir donner plus de profondeur au personnage de la Reine Rouge qui n'est autre que la Michelle de l'autre ouvrage.

Le seul bémol pour moi dans ce roman est l'écriture... Ce n'est pas mal écrit pourtant, mais simplement québécois. C'est souvent très amusant mais comme j'aime les phrases bien construites, je n'ai pu m'empêcher de tiquer. On fini par faire moins attention mais cela reste quelque peu dérangeant. Après, en même temps... le langage québécois n'est-il pas le plus adapté pour la narration d'un livre qui décrit un monde qui semble au premier abord ne pas avoir de règles ?

En conclusion, c'est dérangeant, c'est fortement déconseillé aux âmes sensibles mais il s'agit d'un livre absolument incroyable comme j'en ai peu vu et qui en plus a le mérite de faire réfléchir. Vous l'aurez compris, je vous le recommande très fortement !

Note en plus : il est également très intéressant de voir le parallèle entre le personnage de Charles qui représente le Lapin Blanc et celui de l'auteur d'Alice au pays des merveilles. En effet, le vrai nom de ce dernier est Charles Lutwidge Dodgson (Je remarque d'ailleurs à l'instant que le nom de famille coincide avec deux des rues du roman Aliss).

Spoiler(cliquez pour révéler)
Les agissements de Charles et son penchant pour les petites filles ne sont pas sans rappeler ceux de Carroll.

Afficher en entier
Diamant

Ce livre nous emmène dans un univers irréel et attirant. Bon livre.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par darkness 2017-07-31T11:58:35+02:00
Argent

Au début, tout est calme, c’est très tranquille. On remarque quelques bizarreries sans pour autant en être choqué. Et au fil de la lecture, on est surpris, ébranlé, dégoûté, choqué, horrifié, consterné, pour tout dire chamboulé. Ami lecteur, si tu as le cœur fragile, passe ton chemin. Ce n’est pas au pays des Merveilles qu’Alice est tombée, c’est au royaume des Cauchemars.

Je ne sais pas comment je pourrais vous décrire cette histoire. Seulement qu’il est impossible d’en ressortir sans émotion, positive ou négative. Dans l’histoire, nous suivons les aventures d’Alice, qui quitte le cocon familiale, pour « aller jusqu’au bout ». La demoiselle veut vivre tout, à fond et sans regret. Mais tout le long du récit, on sent le paradoxe, elle ne connaît pas la limite qui la fera vivre à 100% sa jeunesse.

Jeune fille de bonne famille, elle va suivre Charles (à comparer au lapin blanc) dans la rue et dans le métro pour tomber une station de métro inconnue. A partir de là, sa nouvelle vie commence… Elle veut vivre et son installation dans ce quartier sera le début de sa descente aux enfers. Elle commence tranquillement à commencer de la drogue, elle se fait embaucher à un club de strip-tease (et pas que !) et s’envoie en l’air autant de fois que cela l’éclate. Alice devient obsédée par une mystérieuse reine, la Reine Rouge, qui vit au Palais (immeuble rouge vif) et souhaite la rencontrer. Alice, groupie de Nietsche, voit en la Reine Rouge une image de la surfemme, surfemme qu’elle veut elle-même devenir. C’est ça son but ultime. Et pour cela elle doit répondre à une question. Mais elle ne se pose jamais la bonne. Ce livre suit les étapes d’Alice, les frontières que l’homme est capable d’accepter ou non, pour devenir autre. Alice passe des épreuves de plus en plus difficiles mais sa détermination l’a fait tenir malgré les horreurs dont elle est témoin. Je me retrouve à la fois admirative devant sa volonté et aussi consternée. Elle se veut être quelqu’un de supérieur mais elle se laisse aller au plus bas instinct de l’homme, je la trouve hypocrite ou naïve de se laisser entraîner par le courant, plutôt que de trouver d’autres moyens.

C’est un livre complètement dérangé, il faut avoir le cœur accroché. Il est clairement pour un public averti, rien n’est nuancé, rien n’est caché, c’est la vérité crue. On retrouve tous les personnages de l’histoire d’Alice aux pays des merveilles mais détrompe-toi en croyant que le livre est un conte pour enfant ! Tu risques d’être surpris, ami lecteur. Tu vas y rencontrer des drogués, de la mafia, de la prostitution, du viol, du sadomaso, de la torture, des psychopathes, etc… Je peux encore en énumérer mais je ne voudrais pas gâcher le plaisir de la lecture.

Car oui, malgré cet aspect écœurant du quartier d’Alice, le récit est complètement addictif. Alice a une quête et nous avons besoin d’avoir le point final, la réponse et… la question. Le roman est mené d’une main experte, l’auteur ne nous cache rien, ce n’est pas édulcoré, ça fait mal. Ça prend aux tripes et met l’estomac à l’envers.

A mon avis, ce livre est fait pour des adultes aguerries et au mental solide. Adolescente, si j’avais lu ça, j’aurais été mal comme tout. C’est très violent, la réécriture d’Alice aux Pays des Merveilles a été complètement réussie à mes yeux. Si tu veux t’y essayer, Ami lecteur, c’est à tes risques et périls. Mais attention à ne pas franchir tes frontières.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coeurdechristal 2017-04-19T20:06:04+02:00
Argent

À couper de souffle !!

Dans cette nouvelle version d'Alice aux pays des merveilles on prend plaisir à identifier les personnages du véritable conte dans celui-ci. Les détails ne sont pas toujours agréables à lire, mais comme il s'agit du style de Patrick Sénécal, on ne peut pas du tout passer à côté. Ce livre est tout autant fou. J'aime le fait qu'il y est beaucoup de descriptions ( quoique parfois c'était un peu trop) car je peux mieux m'imaginer les scènes.

Les découvertes que fait Aliss en découvrant Montréal sont tout simplement incroyable.

Pour ceux qui ne sont jamais venus à Montréal mai qui ont lu ce livre, rassurez-vous c'est loin d'être ainsi partout ;)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Safredly 2017-04-17T04:33:15+02:00
Or

Une aventure captivante, mais, disons, assez spéciale attend Aliss, lorsqu'elle quitte Brossard pour Montréal. Pensant avoir trouvé un quartier adéquat, Aliss s’installe dans le premier appartement trouvé, sans faire de recherche sur cet endroit. Alors qu'elle commence sa nouvelle vie, elle se rend compte que le quartier est loin d'être normal, quartier où drogue, sexe et Rock and Roll l'attendent avec impatience...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RickN 2017-02-23T17:14:08+01:00
Argent

Quel coup de génie de Patrick Sénécal : déjà avec "Hell;com", "5150, rue des Ormes" et "Le vide", il enrichit la littérature d'œuvres tenant à la fois du trhriller et/ou du récit d'horreur. La pauvre "Aliss" (de son vrai nom : Alice Rivard", poussée par son besoin d'affirmation de soi, décide de quitter le milieu parental et familial pour expérimenter autre chose. Et dans le quartier déjanté" de Montréal où elle va se retrouver, en matière "d'autre chose", elle va être servie jusqu'à être toute prête à perdre la vie. C'est vrai que entre des individus aussi bizarres que dangereux (Bone et Chair), Verrue, Charles, Mme Letendre et surtout la "Reine rouge", elle va peu à peu se rendre compte qu'elle devient dépendante de la drogue, du sexe à outrance et d'une espèce d'apathie que seules les "micros" et les "macros" (drogues dures qui donnent la "pêche") secouent par intermittence. Il est d'ailleurs souhaitable de lire "5150, rue des Ormes" auparavant, où l'on fait connaissance pour le 1ère fois de Michelle Baulieu (qui incarne dans "Aliss", la Reine rouge)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LunaFreya 2017-01-18T16:56:03+01:00
Argent

Je ne saurais pas décrire ce livre...

J'ai adoré ce livre, et j'ai ressenti toutes sortes d'émotions en le lisant. C'est parfois déroutant. Et retrouvez dans tout ça l'univers d'Alice aux pays des merveilles... Ce livre fut une agréable surprise.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Therousse23 2016-12-10T05:36:30+01:00
Or

Nous avons tous vécu ce moment ou on a envie de partir de quitter tout ce qu'on connait et de refaire notre vie, Alice c'est ce qu'elle à fait et les mésaventure qu'elle vit sont époustouflantes.

Idéal pour les jeunes adultes (selon moi) plusieurs sujet sont abordés ( sexe, drogues, personnes louches, débrouillardise, liberté) l'imagination nous amène dans un monde bien particulier.

( à lire comme suite de 5150 rue des ormes, ce n'est pas tout a fait le même style, mais on y retrouve un personnage important et en ayant lu 5150 on peut comprendre un peu d'ou elle vient.)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MissDupont 2016-10-13T19:06:34+02:00
Argent

http://bookivores.over-blog.com/2015/12/aliss.html

Lecture pour adultes avertis!

16 ans en retard, je peux maintenant mettre un crochet à côté de "Lu le roman Aliss de Patrick Senécal".

Je sais que plusieurs sont de grands fans de cet auteur, mais - pour des raisons obscures qui ne concernent que moi - je n'ai jamais été portée vers les romans de cet auteur.

Mais voilà, vous avez voté en grande majorité pour cette lecture et je suis heureuse de l'avoir lu.

Il n'y aucun doute possible, M. Senécal est très créatif et sait captiver le lecteur! J'étais totalement scotchée à l'histoire, me demandant ce qu'il allait nous sortir de loufoque et comment il allait interpréter l'intégralité de mon œuvre chouchou de Lewis Carroll.

Dans la première moitié du roman, je me suis demandée pourquoi les lecteurs donnait se livre-ci en référence quand on leur demandait de citer un roman d'horreur.

Éléments d'horreur relevés:

- Des gens empaillés vivent dans le bloc d'appartements où réside Aliss

- Les gens et les animaux se font trucider dans les ruelles

- Charles possède une sculpture à base d'organes humains

- Les gens se font charcuter car deux écervelés sont à la recherche de leur âme

À la lecture de ceci, oui je dois admettre que c'est quelque peu tordu, voir même dérangeant par moment, mais je n'avais pas du mal à fermer les yeux et me laisser aller dans les bras de Morphée le soir venu

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eelie75 2016-06-28T04:33:39+02:00
Or

Un livre perturbant, cru, violent et étrangement fascinant qui ne vous laissera pas le lâcher avant de l'avoir fini. Les personnages sont illogiquement logiques et l'histoire prend de nombreux tours et détours alors qu'Aliss est à la recherche de LA question.

Cette réécriture d'«Alice aux pays des merveilles» est très intelligente et presque chaque détail de l'histoire peut être relié a l'œuvre originale, d'une façon glauque et originale. Une possible relecture? Je n'en sait rien, mais probablement un des romans marquants de mon adolescence qui m'a fait poser moi-même la question: jusqu'où serais-je prête à m'enfoncer afin d'obtenir la réponse à ma question existentielle..?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jorkane 2016-06-23T18:20:42+02:00
Or

Wow !

Je ne m'attendais pas du tout à ça. J'en avais beaucoup entendu parler, je savais à quoi m'attendre au niveau de l'horreur, du sexe, de la drogue... mais je ne m'attendais pas à accrocher autant à ce roman ! Je l'ai tout simplement dévoré !

Puisque on m'en avait beaucoup parlé, et qu'on avait décrit le récit comme tordu et pas destiné aux cœurs sensibles, comme toujours je me suis attendue à pire que la réalité. Attention, par là je ne veux pas dire que le livre n'est pas, effectivement, tordu, ou que n'importe qui peut y trouver son compte, parce que ce serait complètement faux. Des scènes dérangeantes, il y en a en quantité plus que suffisante. J'appréhendais justement leur nombre et leur intensité en commençant le livre ; heureusement, ça n'a pas dépassé mes propres limites en la matière, et j'ai apprécié ma lecture (il fallait bien que je parle de frontières !)

Les personnages sont, pour leur part, superbement construits. Peu importe à quel point ils sont dégénérés ou répugnants, ils n'en sont que plus fascinants. Il n'y a qu'à prendre Verrue, dont la présence m'a manqué vers la fin du roman, Andromaque, qui malgré ses instincts maternelles inexistants reste bizarrement attachante, Charles, avec ses désirs non-assumés, ou Chess, dont les motifs sont assez obscures. Le meilleur exemple reste tout de même, pour ma part, Chair et Bone, qui sont complètement disjonctés et qui, pourtant, sont horriblement fascinants.

Quant à la quête d'Aliss, à sa fameuse question, il faut dire qu'avec le contexte, deux pages m'auraient suffi à la découvrir. Une adolescente qui veut expérimenter, qui veut dépasser ses limites, qui veut défier tout le monde incluant elle-même... pas besoin d'être un génie pour comprendre ce qu'elle cherche (comme il est dit à la fin... Aliss est parfaitement normale). En ce sens, la fin m'a un peu déçue, d'autant plus qu'elle m'a semblé incongru dans l'univers qui a été finement travaillé dès le départ.

Pour ce qui est de l'écriture en elle-même, le style québécois ne m'a pas dérangé, je me suis vite habituée. Les sacres qui sortent de la bouche de personnages de contes (parce que, malgré tout, la référence à Alice au pays des merveilles est conservée) sont un peu surprenant, mais on s'y fait.

En somme, je recommande pour les fans du genre, évidemment, mais aussi à ceux qui ne sont pas nécessairement des habitués et qui ont le cœur bien accrochés. J'ai adoré ma lecture, et je n'ai pas pu lâcher le livre avant d'avoir lu les derniers paragraphes. Les personnages, l'univers, le récit, tout est finement travaillé et bien conduit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dianelangevin 2016-04-07T17:46:35+02:00
Argent

Un roman qui se lit bien. Je n'ai jamais apprécié l'horreur et la déchéance d'Aliss m'a pertutbée.

Afficher en entier

Dates de sortie

Aliss

  • France : 2005-09-01 - Poche (Français)
  • Canada : 2000-11-16 - Poche (Français)

Activité récente

Clopp l'ajoute dans sa biblio or
2017-08-08T05:24:48+02:00
sabi8m l'ajoute dans sa biblio or
2017-06-28T21:17:47+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 450
Commentaires 54
Extraits 27
Evaluations 94
Note globale 8.54 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode