Livres
568 643
Membres
623 724

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Chronique du tueur de Roi - Première Journée : Le Nom du vent



Résumé

J'ai libéré des princesses, j'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.

J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires.

Je voulais apprendre le nom du vent.

Mon nom est Kvothe.

Vous avez du entendre parler de moi.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 589 lecteurs

extrait

Les mots sont les ombres pâlies de noms oubliés. De même que les noms, les mots ont aussi un pouvoir. Les mots peuvent allumer des incendies dans l'esprit des hommes. Les mots peuvent tirer les larmes des cœurs les plus endurcis. Il y a les sept mots qui rendront une femme amoureuse de toi. Il y a les dix mots qui réduiront à néant la volonté d'un homme fort. Mais un mot n'est rien d'autre que la peinture d'un feu. Un nom, c'est le feu lui-même.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.

A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.

J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

Afficher en entier
Or

Le Nom du Vent... rien que le titre est cool, hein ? Ce roman de fantasy écrit par Patrick Rothuss et qui constitue le premier tome de la saga chronique du tueur de roi squatte ma table de chevet depuis maintenant plus d'un an. Il y a bien une raison, non ? Eh bien, ce livre, pour moi, c'est un peu une bouteille d'oxygène : lorsque je suis stressé, épuisé, ou que je vis quelque chose d'un peu difficile, je m'y replonge le temps de quelques chapitres. J'ai terminé cette semaine ma troisième relecture complète et je me sens d'humeur à vous en parler !

Je pourrais parler du Nom du Vent pendant des heures, mais ici, je vais me contenir.

Le roman présente l'histoire de Kvothe, vivant sous un autre nom dans un village reculé, son passé est entouré de légendes et le personnage va alors nous narrer ce que fut sa vie. Nous avons dans ce roman deux "phases" de narration : la principale correspond au récit que mène Kvothe à la première personne et dont il assure lui même le rôle du narrateur, et une deuxième (la première que nous rencontrons) qui raconte à la troisième personne ce qui se passe dans cette auberge, entre le récit oral de Kvothe. Cette construction en elle-même est très intéressante, puis-ce qu'elle permet une mise en scène, dans la succession de ces deux phases, qui met en relief le récit. De plus, la nature du narrateur dans les phases à la première personne permet des effets de style et un point de vue très intéressant.

Le thème de la mystification et de ce qui fait d'un individu un héro est évidement au centre du roman, et voir se former des commencements de légendes est particulièrement prenant.

Le style d'écriture est véritablement merveilleux, sans rire. Il m'arrive souvent de dire qu'un style d'écriture est bon lorsqu'il marche bien, mais lorsque je dis qu'il est merveilleux... c'est que c'est vraiment passionnant ! Un mix subtile entre précision, ambiance et dynamisme. C'est dans les phases de narration 1ère personne qu'on s'en rends le plus compte : le récit coule à un rythme parfait, ni trop rapide, ni trop lent.

Que dire d'autre ? Les thèmes explorés sont vastes, tout comme l'univers. Le Nom du Vent est l'exemple parfait. C'est riche, empli de légendes, de chansons, de mythes, de régions lointaines, de langues, de peuples... Véritablement, voilà un univers de fantasy bien dosé ! Profond, mystique, intelligent. Cet univers tisse une toile de fond proprement soufflante et terriblement prenante. (je rêve du jour où je pourrais afficher dans ma chambre un poster de la carte de cet univers T-T) Même un univers comme celui de Fils des Brume ne tient pas la comparaison. C'est bien simple, les seuls univers qui le peuvent sont celui du trône de fer et du seigneur des anneaux (oui, à ce niveau là)

La magie qui nous est présentée est ici traitée de manière très académique, un peu à la manière d'Harry Potter, mais elle est précise, fruit plus des connaissances que de l'instinct. Le sympathisme : où comment lier deux éléments par sa volonté et se servir de l'un pour influencer l'autre (par le système de liaison sympathique) Cette art est original et logique à la fois, et c'est un plaisir de s'y plonger. Mais ce n'est pas la seule forme de "magie", puis-ce que nous allons étudier également des formes d'alchimie, de liaisons par les runes, mais aussi pratiquer de la chimie, des mathématiques... et c'est cela le sens de la fantasy : un univers où la magie est un élément naturel, presque commun, et qui est donc traité avec autant de rigueur et de précision que les autres domaines. Bon, je dois avouer que je simplifie un peu, puis-ce qu'il y a une forme de magie qui échappe à cela : la magie des Noms, qui est l'élément de mystère et la source des légendes, qui va donc constituer en quelque sorte l'objectif de l'apprentissage du personnage. Et on retrouve le grand point fort du Nom du Vent : mêler légende et réalité dans son univers avec une virtuosité rare.

Vous voulez connaitre la chose qui m'a le plus marqué dans ce tome ? Le prologue. J'ai du le relire plus d'une quinzaine de fois... Qu'a-t-il de particulier ? Je ne pourrais pas le dire précisément en si peu de ligne, il faudrait que je me plonge dans une analyse complète. Mais c'est bien simple : je considère que c'est là le meilleur prologue que j'ai pu lire, en toute sincérité.

Le roman n'est pas disponible en poche : ce qui veut dire qu'il est cher, très cher même... (mais quand on voit la magnifique couverture...)

Comparé à la virtuosité des phases de récit de première personne, les phases de troisième personne dans l'auberge pourront vous paraitre lentes et molles. Pour ma part, je considère que cela fait partie intégrante de l'ambiance du lieu et du moment, et je préfèrerais l'adjectif "englué" à celui de mou (comprendront ceux qui l'ont lu)

Le seul élément qui me fait ne pas dire que ce livre est un chef d'œuvre absolue est... le dragon. Ou plutôt le Dracus. Même si je sais que ça réponds à la volonté de rationalisation de l'univers et à la démystification qu'entreprend Kvothe, je... Rah ! C'est un dragon, merde ! Un dragon, c'est grand, c'est fort, c'est soit l'horreur absolue soit la perfection incarnée, c'est pas juste un gros lézard ! Ouais, ce livre réduit le dragon à un gros lézard qui crache du feu. Et comme si c'était pas suffisant, il le rend complètement drogué pour expliqué qu'il soit une menace (sinon il serait tout gentil). Je suis vraiment désolé, mais s'il y a une chose qui ne se démystifie pas, c'est bien le dragon. Donc voilà, c'était le seul vrai reproche au Nom du Vent !

Ce livre est le rêve de tout fan de fantasy : ni plus, ni moins. Un Graal. L'histoire de Kvothe que l'ont suit de son enfance à son adolescence est proprement passionnante tout en étant sublimé par un univers et une écriture sublime, avec un sens de la mise en scène et du dosage proprement époustouflant.

Je ne saurais quoi vous dire de plus pour vous persuader d'aller lire ce livre !

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par natruc 2018-04-10T23:41:57+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Ce premier tome nous fait une entrée en la matière spectaculaire.

L’auteur prend tout son temps pour installer l’intrigue, ce qui plonge difficilement dans l’histoire. On sent un souci du détail admirable, bien que parfois peu utile. Mais une fois lancée, l’histoire devient passionnante. On s’attache aux personnages, on est habillement invité à éprouver une flopée d’émotions, et on prend plaisir à découvrir les pérégrinations d’un gamin trop vite grandi. J’ai particulièrement aimé toutes les scènes liées à la musique.

Deux points ont cependant rendu ma lecture moins agréable.

L’histoire manque cruellement de réels périls. Une tragédie sert banalement l’intrigue, mais le reste du temps, seul le caractère de Kvothe lui met des bâtons dans les roues. Tout s’arrange toujours pour lui, parce qu’il est doué en tout. Le héros devient alors moins crédible. Les rares scènes qui m’ont inquiété m’ont déçu par leur résolution.

Mais je croise les doigts pour une révélation qui pourrait expliquer le côté incroyable du personnage.

Le second point est l’avant-dernière partie du roman. Pendant près d’une centaine de pages, il ne se passe rien. Le récit se perd en développement d’une relation et en enquête, pour se conclure sans nous avoir appris grand-chose. L’auteur aurait pu nous en dire autant en deux fois moins de chapitres.

Je peux paraître négatif, mais j’ai vraiment adoré. Et je compte bien poursuivre l’aventure.

Afficher en entier
Or

J'ai énormément aimé ma lecture. J'ai parfois souffert de l'histoire, parce que je suis une petite nature et que Kvothe n'a pas eu une enfance facile, mais malgré les passages tristes j'ai complétement accrochée et me suis immergée dans le récit. Le monde inventé par l'auteur est très riche, j'ai un peu l'impression de me retrouver dans un univers médiéval entourée de légende, de musique, de langues, de théâtre et de mythes. Les thèmes abordés comme la magie, l'alchimie, l'étude des runes et du sympathisme sont très intéressant et super bien menés, ces différentes disciplines enseignées à l'université me plongent un peu dans un Poudlard plus mature et plus sombre.

La narration du récit est intéressante et la façon dont s'est écrit est pleine de justesse, un rythme sans longueur, ni trop lent, ni trop rapide qui entraine le lecteur avec souplesse et subtilité dans l'histoire. Je conseille vraiment cette lecture à tous les adeptes de la Fantasy.

Afficher en entier
Or

Très bonne histoire, je suis heureux que l'auteur ne soit pas tombé dans le piège manichéen de ce genre d'aventure. Le jeune âge du héros ne m'a finalement pas posé les soucis que je pensais. L'aventure est pleine de rebondissement, et c'est avec un grand plaisir que je vais de ce pas m'attaquer au tome 2!

Afficher en entier
Bronze

Alors je suis mitigée face à ce livre.

L'histoire générale est pour moi très originale, et je compte bien me procurer la suite pour connaître l'histoire de Kvothe, mais je suis insatisfaite de ce premier tome.

L'introduction à l'univers n'a, pour moi, pas été aussi longue que ce à quoi je m'attendais, mais c'est une fois que nous sommes dans le vif du sujet que j'ai eu l'impression de faire souvent du sur-place.

Malgré cela il y a tellement de zones d'ombres que j'ai envie de tout comprendre en poursuivant cette aventure pour savoir comment il s'est débrouillé pour finir aubergiste.

Afficher en entier
Or

(Lecture commune)

Une lecture incroyable et incroyablement addictive. 700 pages que j’ai dévoré sans tarder malgré un début assez peu prometteur. En effet, je n’étais ni emballé par la couverture ni par le résumé du livre. J’ai pourtant décidé de donner une chance à l’histoire, les deux trois premiers chapitres durant lesquels je ne comprenais rien et ou j’avais même du mal à déterminer le personnage principal ne m’ont pas découragé heureusement, sinon je serais passée à côté d’un récit magnifique.

Je ne m’attendais pas à ce qu’on nous raconte une histoire du passé mais je m’en suis facilement accommodé, avide de découvrir ce que recelait l’histoire de Kvothe. Personnage auquel d’ailleurs je me suis tôt fait de m’attacher et que j’ai adoré suivre durant ses péripéties on ne peut plus nombreuses.

Spoiler(cliquez pour révéler)J’ai tout particulièrement aimé la partie ou il a été question de l’enseignement avec Ben, du fait que l’univers riche ne cessait de m’intriguer et que j’avais envie d’en savoir plus sur la magie. La vie de comédien itinérant, les chansons, l’ambiance ne m’ont pas charmé plus que ça en revanche, malheureusement.

Spoiler(cliquez pour révéler)J’ai de nouveaux été très captivée par les aventures de Kvothe à Tarbean, par les histoires et les légendes qu’il s’y racontait et notamment par les histoires de Skarpi, que je lisais avec presque autant d’attention que les enfants à ses pieds l’écoutaient.

Spoiler(cliquez pour révéler)Le passage à l’université est la partie qui m’a le moins intéressée, j’ai trouvé qu’il n’y avait plus grand-chose qui se passait. Kvothe n’apprenait plus, puisqu’il connaissait déjà tout, et il se montrait doué dans tout ce qu’il faisait. C’est d’ailleurs aussi la partie ou j’ai le moins aimé Kvothe, il commençait à apparaitre comme un grand prodige, intelligent, génie de la musique, savant manier les mots comme personne. Oui, bon, c’est trop à un moment toute cette perfection.

Spoiler(cliquez pour révéler)Le passage à l’Eolian a failli avoir raison de mon enthousiasme quant à cette partie, et je me suis dit que si Kvothe réussissait sans se fouler et décrochait son trophée dès son premier essais j’allais revoir mon jugement sur ce personnage principal. Heureusement, la corde cassée m’a fait penser que si Kvothe arrivait à continuer à jouer aussi bien c’est qu’il est vraiment doué. ça a tout de même été une partie assez ennuyante à lire, sans émotion de mon côté qui ai beaucoup plus apprécié la partie ou il achetait son luth. J'ai trouvé que c'était habilement mené et que même avec très peu d'argent en poche, Kvothe arrivait finalement à ne pas trop mal s'en sortir.

Spoiler(cliquez pour révéler)Cependant, quid des années écoulées sans toucher un instrument. On est en droit de se dire qu’après autant de temps sans avoir joué du Luth, les compétences et les doigts ne sont plus aussi agiles que quand il était enfant. Mais bon, un détail qui ne m’a dérangé plus que ça.

Spoiler(cliquez pour révéler)J’ai retrouvé tout mon intérêt pour le récit quand Kvothe a quitté aussi précipitamment qu’il est possible de le faire et en s’endettant jusqu’au cou, l’université dont il avait rêvé toute sa vie pour partir à la poursuite d’une rumeur à 110 Km d’Imre. Bon comme ça, c’est vrai que ça ne paie pas de mine et on pourrais croire que je suis sarcastique mais non. Au bout de plus de la moitié du livre, j’en suis venue à la conclusion que malgré toute ses qualités et son indéniable intelligence Kvothe est un idiot, têtu et irréfléchi. Et voila précisément ce qui a fait que j’ai fini par m’attacher à ce personnage et par la même lui pardonner toutes ses conneries.

Kvothe a l’occasion de rencontrer plusieurs personnes au cours de son aventure, Spoiler(cliquez pour révéler)notamment Denna, une première fois sur sa route vers l’université. Et pensant qu’il ne la reverra jamais finit tout de même par tomber sur elle à Imre, par hasard. Enfin, c’est qu’on pourrait croire mais je reste intimement persuadée que ce personnage cache beaucoup de choses qu'on aura l’occasion, je l’espère, de découvrir dans les prochains tomes. Au début je ne l’aimais vraiment pas, trop mystérieuse, trop secrète, trop joueuse, trop fuyante et puis à partir de cet incident à la ferme des Mauthen, j’ai commencé à l’aimer un peu plus jusqu’à ce qu’elle me devienne franchement sympathique. Au final, j’ai hâte d’en savoir plus sur elle.

Spoiler(cliquez pour révéler)Ensuite, on fait la connaissance d’Auri. Je l’ai aimé dès la première apparition. Elle a cette façon de parler et de se comporter qui m’ont fait l’apprécier sans plus tarder. Et c’est mignon de voir la complicité qu’elle a développé avec Kvothe. Je me demande si on aura l’occasion d’en savoir plus sur elle également. Je soupçonne qu’elle a beaucoup de choses à nous raconter sur son passé et sur la raison pourquoi elle vit dans le sous monde.

Spoiler(cliquez pour révéler)Le maitre que j’ai préféré reste Elodin, avec son caractère tout à fait hors norme, ses conduites imprévisibles et ses manières qui ne manquent pas de me faire sourire à chaque fois.

Spoiler(cliquez pour révéler)N’oublions pas Bast qui apporte lui aussi son lot de secrets, mais que je n’apprécie pas plus que ça. Oui en particulier à cause de ce dernier chapitre ou il menace chroniqueur de toutes sortes de tortures, assez ingénieuses c’est vrai, mais barbares toutefois. Est-ce vraiment pour le bien de Kvothe de passer outre les mauvais moments de son passé ?

Je crois que j’ai fait le tour, en résumé j’ai adoré et je me ferais une grande joie de lire le deuxième tome.

Afficher en entier
Or

Une fois n’est pas coutume, c’est le titre et la couverture qui m’ont fait acheter le livre. Tout était prometteur, même la quatrième de couverture.

J’ai eu un peu de mal avec les premiers chapitres : je ne m’attendais tout simplement pas à suivre l’histoire d’un homme d’âge mûr. Puis j’ai compris qu’il y avait une mise en abîme : on démarre le roman à la troisième personne, puis le protagoniste, Kvothe, commence à raconter sa propre histoire à la première personne, et c’est là que commence le véritable récit. Quelques « interludes » viennent ponctuer le récit et apportent un certain nombre d’éléments. Au final, j’ai beaucoup apprécié à la fois le récit de la vie de Kvothe, et le récit à la troisième personnage du Kvothe adulte qui raconte, car mine de rien, même à l’issue de ses aventures de jeunesse, son environnement ne semble pas calme et paisible pour autant. J’ai hâte de découvrir le lien entre lson passé et la situation au moment où il raconte, car j’imagine qu’on va y arriver progressivement. Qui sait, peut-être même que la fin du dernier livre portera uniquement sur le temps du Kvothe adulte ?

Je trouve donc les deux récits très bien racontés. J’ai également beaucoup apprécié d’avoir « des récits dans le récit » : entre les chansons, les pièces de théâtre, les légendes sur les héros tombés, et les récits religieux sur les dieux et les démons, on a de quoi s’immerger dans les croyances du monde du Nom du Vent.

L’intrigue principale devient rapidement assez évidente, mais le cheminement pour arriver à la conclusion de la série est bien mystérieux. Je pense avoir établi plusieurs théories sur la suite à chaque nouveau chapitre, surtout passé la première moitié du livre.

J’ai bien aimé les personnages également, sauf le personnage de Denna que je trouve carrément suspect et très… changeant. Kvothe est bien géré, alors que c’est typiquement le genre de personnage que l’on pourrait facilement détester : trop doué, trop intelligent, trop talentueux, du coup ses défauts, comme l’impatience, la curiosité, ainsi que ses mauvais choix, sont bienvenus et apportent beaucoup au personnage. Sa relation avec sa famille est très tendre, celle avec Simmon et Willem m’a émue, celle avec Auri également, et celle, privilégiée, avec son luth, encore plus. Les mésaventures de ce personnage m’ont fait pleurer au moins 5 fois (j’ai arrêté de compter après). D’ailleurs, si je devais nommer des personnages qui m’ont marqué hormis Kvothe, ce ne serait ni Denna, ni Ambrose, mais Auri et Elodin. Ces deux personnages ont un rapport très particulier aux mots et aux fameux « noms », je les trouve terriblement intéressants.

Quant aux méchants, er je ne parle pas d’Ambrose, ils font vraiment froid dans le dos. Je suis impatiente d’en apprendre plus sur eux.

J’ai également apprécié les divers thèmes abordés dans ce livre : la pauvreté, la portée et le pouvoir des mots et des noms, le théâtre et le rôle de l’acteur…

A l’issue de ce premier tome, je me pose nombre de questions. Qui est Maître Frêne et quel est son lien avec les Chandrians/Amyrs ? Que veut vraiment Denna ? Quelles étaient les paroles de la chanson du père de Kvothe ? Les pierres levées ont-elles un intérêt magique ? Quels sont les noms des Chandrians ? Quel pouvoir ont ces noms et la relique de Trebon sur les Chandirans ? Comment Kvothe a-t-il rencontré Bast ? Les interludes soulèvent également pas mal de questions.

Je lirai la suite avec plaisir, et j’espère que le tome 3, apparemment très attendu, sortira prochainement.

Afficher en entier
Argent

J'ai eu un peu de mal à me lancer dans l'histoire. Mais en se forçant un peu j'ai pu en retirer la substantifique moelle. Et quant Kvothe commence enfin à nous conter sa vie, l'intérêt est à son maximum. Les tomes suivants devraient donc être meilleur..Un style inimitable, un melange parfait entre richesse du contenu et une histoire palpitante. 20h de lecture a savourer a chaque instant.

Afficher en entier
Diamant

Sans doute une des mes séries littéraires préférées. L'univers que nous offre l'auteur est tout simplement incroyable, on est happés dés les premiers chapitres. C'est clairement des livres à avoir lu pour tous les amateurs de fantasy.

Afficher en entier
Diamant

Conseiller par un ami il y a de cela un moment, j'ai décidé de franchir el pas sur un coup de tête et quelle excellente idée. L'auteur du livre nous livre un monde vivant, plain de détails et sans en faire de trop. Un scénario prenant ainsi qu'un rythme qui rendent le livre plus qu'addictif. Vraiment à recommander à tout amateur de fantasy de bonne qualité.

Afficher en entier

Date de sortie

Chronique du tueur de Roi - Première Journée : Le Nom du vent

  • France : 2009-04-30 (Français)

Activité récente

TJAC l'ajoute dans sa biblio or
2021-10-18T15:43:10+02:00

Titres alternatifs

  • The Name of the Wind (The Kingkiller Chronicle #1) - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 1589
Commentaires 214
extraits 80
Evaluations 458
Note globale 8.84 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode