Livres
594 899
Membres
672 602

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le jour où Kennedy n'est pas mort



Description ajoutée par Stephanelefort 2020-01-18T18:35:25+01:00

Résumé

La vérité est plus forte que tout.

C'est l'une des histoires les plus connues au monde – et l'une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain...

Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là.

En revanche, peu après, Mitch Newman, photojournaliste installé à Washington, apprend une très mauvaise nouvelle. La mère de Jean, son ex-fiancée, lui annonce que celle-ci a mis fin à ses jours.

Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s'est passé. Il découvre alors que Jean enquêtait sur la famille Kennedy. Peu à peu, le photographe va s'avancer dans un monde aussi dangereux que sophistiqué : le cœur sombre de la politique américaine.

Sexe et manipulations, mensonges et assassinats... Dans cette histoire alternative où l'on retrouve le clan Kennedy au complet ainsi qu'un certain Lee Harvey Oswald, JFK semble avoir échappé à son destin. Pour combien de temps ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 47 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par lelette1610 2020-11-04T13:17:07+01:00

... "JFK défie le statu quo. Il défie les grosses huiles de l'armée. Il est le seul à dire que nous ne devons pas ravager Cuba à coups de bombes. ça n'arrête jamais. Il est imprévisible. Pour le moment, sa popularité est basse, et il y a certaines personnes très importantes qui craignent que les démocrates se fassent éjecter de la Maison Blanche à la fin de l'année".

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Henrxy 2022-03-19T13:02:23+01:00
Or

Une uchronie digne des thrillers paranoïaques des années 70.

Il s'agit d'une histoire alternative, basée sur la prémisse que JFK n'est pas mort en novembre 1963 lors lors de sa campagne de réélection! Aurait-il été assez en forme physiquement et mentalement, pendant encore quatre ans ? Les démocrates seraient-ils restés fidèles à lui s'il avait perdu le glamour de "Camelot "qui avait tant inspiré cette génération ? Jackie aura-t-elle été capable de le tolérer encore quatre ans dans sa course maladive des femmes ? Toutes les questions intéressantes, et les recherches d'Ellory me semblaient solides, de sorte que, bien qu'il pousse peut-être certains aspects un peu plus loin que ce que ma crédibilité était disposée à suivre, cela me semblait bien intéressant!

De vraies personnes nous sont présentés – ​​Jack Ruby, Lee Oswald, etc. – et Ellory trace une ligne entre le récit officiel et les différentes grandes théories du complot.

Tout cela mène à une fin de thriller satisfaisante, qui vacille à nouveau précairement au bord de la crédibilité mais ne tombe pas tout à fait. L'ensemble présente une image sombre et même plus du clan Kennedy, exagérée par endroits (je suppose) pour obtenir un effet de thriller.

Une petite histoire dans la grande Histoire. Une journaliste qui enquête sur l'homme le plus puissant du Monde, forcément ça peut entraîner des ennuis. Et Jean Boyd, journaliste d'investigation pour le Washington Tribune, ne va pas faire exception. Son suicide pour le moins étonnant va pousser son amour de jeunesse, le journaliste Mitch Newman, à enquêter sur les causes de celui-ci et à tirer la ficelle d'une pelote de laine qui va s'avérer bien noueuse…

Au-delà de la pression liée à l'enquête de Newman en elle-même, le lecteur entre dans une pression plus intime, liée à Newman et aux difficultés qu'il rencontre dans sa vie personnelle et professionnelle. Vie à demie vécue, vie gâchée par des choix passés, par un égoïsme ponctuel qui a tout bouleversé et dont les conséquences se ressentent encore quinze ans plus tard… Est-il possible pour lui de se racheter une conduite? Toute rédemption est-elle encore possible ? Quelle sera l'issue de ce purgatoire dans lequel il vit? Difficile d'en dire davantage sans spolier le lecteur..

Finalement l'assassinat et Oswald et Ruby sont bien là mais là ou on ne les attends pas.. C'est malgré les longueurs de la partie enquête un livre magnifiquement écrit, basé sur les faits de l'affaire, l'époque et la personnalité des personnages non fictifs. Pas de découverte finale explosive ,, j'ai été absolument surpris par un livre magnifiquement, puissant, bien écrit et fascinant.

Afficher en entier
Lu aussi

Beaucoup de longueurs

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vivie10 2021-02-26T15:28:19+01:00
Diamant

Il m'a fallut presque 1 journée pour "digérer" ma lecture, tellement je gambergeais.

N'ayant pas connu la période Kennedy, et n'ayant lu que très peu de livres sur le jour de sa mort, je peux vous dire qu'on en apprends des belles et des pas mûres sur le clan Kennedy.

Le seul livre que j'ai lu sur sa mort est "22/11/63", de Stephen King.

Pour ce qui est du livre, il est vraiment très bien tournée, on entre dans l'histoire, on s'attends aux meurtre de Kennedy en 1963, mais il n'a pas lieux, alors on se demande comment l'auteur va réussir à nous happer.

Je peux vous dire qu'il arrive très bien à nous embarquer.

Pour ceux qui ont lu le livre de Stephen King, on attends de voir Lee Harvey Ostwald arriver, et une fois chose faite, on pense savoir la suite, mais pas du tout.

Je ne m'attendais pas du tout à une fin comme celle-là !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zile03 2021-02-23T07:26:55+01:00
Lu aussi

J'ai bien aimé le début, mais au fur et à mesure de ma lecture j'ai commencé à trouver le temps long.

Et la fin bof... Dommage parce que j'avais beaucoup de retour très positif dessus, moi je suis passée à côté..

Afficher en entier
Lu aussi

L’histoire politique américaine est un sujet qui m’intéresse beaucoup. Cette année, j’ai déjà été bien gâtée. La vie et la fin tragique de John Fitzgerald Kennedy est un sujet qui a déjà été abordé de nombreuses fois en livres et même en séries ou films. Pourtant, je ne m’en lasse jamais. Le dernier livre de R.J. Ellory a l’originalité d’imaginer que Lee Harvey Oswald n’aurait pas assassiné le 35ème président des Etats-Unis lors de sa visite à Dallas, le 22 novembre 1963.

Cette idée constitue le point de départ d’une enquête qui semble ne pas avoir de lien direct avec la dynastie des Kennedy. On accompagne Mitch Newman, un photo-reporter qui ne peut croire au suicide de son ancienne fiancée, Jean. Ceci étant la plus grande déception de sa vie, ce trentenaire ne peut expliquer que cet amour de jeunesse ait décidé de mettre fin à ses jours. Mais alors qu’il cherche la vérité, il va se retrouver projeter au sein d’un milieu où l’on ne fait pas de cadeau : la politique américaine.

Dans ce thriller politique, les personnages de fiction côtoient les Grands de ce monde. L’auteur parvient à donner corps à cette ribambelle de protagonistes comme s’ils avaient tous réellement existés. Il est souvent étonnant comme les dialogues, pourtant imaginés, auraient très bien pu s’échanger entre les Kennedy eux-mêmes par exemple, comme si R.J. Ellory y avait lui-même assisté. Tant les descriptions semblent réalistes, j’ai moi-même eu l’impression de me trouver dans le bureau ovale en compagnie des hauts-dignitaires américains ou dans les couloirs de la Maison Blanche en compagnie de John et de son frère Bobby Kennedy.

Je n’ai pas l’occasion de souvent lire des thrillers politiques mais celui-ci m’a vraiment transportée au cours de la décennie des sixties qui a vu la crise des missiles soviétiques à Cuba, la construction du mur de Berlin, la course à la lune, … Même si je suis loin de l’avoir connue vu que je ne suis née plus de 20 ans après ! On y apprend plein de choses quant à la géopolitique mondiale et cela n’est pas pour me déplaire.

C’est toute une atmosphère qui entoure cette enquête originale tant par ses sujets que dans le milieu où elle se déroule, intelligemment construit par l’auteur. Il est aisé de faire des parallèles avec certains événements et ce n’est qu’à la toute fin, quand le puzzle est terminé, que le lecteur pourra se forger son propre avis quant aux sous-entendus mis en place, quant à certaines conjonctures qui découlent alors comme des évidences.

Un petit conseil est que, dès le début, il est important de bien garder à l’esprit les différents personnages et leur rôle afin de ne pas en perdre le fil. Ensuite, vous ne pourrez que vous immerger dans cette histoire inventée mais qui finalement n’est peut-être pas si éloignée que ça de la réalité….

Je remercie les éditions Sonatine ainsi que Muriel Poletti-Arlès pour leur confiance.

Afficher en entier
Pas apprécié

Quel dommage, je me faisais une joie de lire cet auteur que j'apprécie tout particulièrement... et puis non au final. Autant S. King m'a plu avec son remake autant là je suis resté de marbre. Ce n'était pas folichon, sans doute parce que les personnages que l'on suit font tous parti de l'histoire américaine. C'est mon explication qui vaut ce qu'elle vaut, bref je n'ai pas été au bout.

Afficher en entier
Diamant

R.J Ellory aime à nous faire découvrir l'Amérique des années 50 à 70, à gratter sous la surface pour nous montrer que les choses ne sont jamais aussi simples qu'elles le paraissent.

Ici, il s'attaque au mythique président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy.

Que de livres, de films et de séries ont eu pour sujet Kennedy et son entourage.

Les premières fois que j'ai entendu parler de lui c'était le héros de l'Amérique (seul Lincoln devait être devant lui dans le coeur des américains ) mais petit à petit la belle image s'est fissurée de partout.

Qui était vraiment cet homme charismatique, issu d'une famille au passé trouble, qui semble maudite sur au moins trois générations ? Serait-il aussi célèbre s'il n'était pas mort aussi jeune ?

Dans ce roman R. J. Ellory part du postulat selon lequel Kennedy n'aurait pas été tué à Dallas en novembre 63. L'occasion pour le lecteur de pénétrer dans les coulisses du pouvoir. Passionnant.

Parallèlement, un journaliste va se replonger dans son passé suite au "suicide" de son ancienne fiancée. Plongée douloureuse qui va l'obliger à se poser des questions sur elle, leur relation, ses regrets, qui l'ont hanté toute sa vie, jusqu'à la révélation finale qui fera tout exploser.

L'auteur mélange avec virtuosité les heures sombres de ce début des années 60 avec un président à la tête du plus puissant pays du monde mais de plus en plus controversé dans ses choix politiques comme dans sa vie privée , une enquête très prenante et un homme aux prises avec ses démons.

J'ai trouvé l'enquête passionnante et j'essayais de recoller des petits bouts de ce qu'il me restait de souvenirs sur Kennedy. Nous avons tous notre propre idée sur l'histoire des Kennedy, une image s'est forgée, celle d'un homme dont on ne connaitra jamais toutes les zones d'ombres et dont l'assassinat restera toujours entouré de mystères. Celle d'une Amérique économiquement puissante mais en pleine guerre froide.

Mais ce que met aussi en avant l'auteur c'est l'ambiguïté qui est en chacun de nous, Kennedy mais aussi les autres personnages. Il a toujours ce don pour nous montrer le côté sombre des choses et ici celui des hommes et des femmes.

Le jour où Kennedy n'est pas mort est un livre passionnant qui mêle grande histoire et démons personnels, qui vous en apprendra plus sur Kennedy et son entourage et qui se clôt par un final intense et très très perturbant.

Afficher en entier
Argent

RJ Ellory a écrit une uchronie tout-à-fait crédible.

L'écrivain a créé des personnages charismatiques comme Mitch, un journaliste free-lance dont l’ancienne petite amie Jean s’est suicidée. Pour lui, il est impossible qu'elle se soit donné la mort. Il va donc mettre ses pas dans les siens et essayer de trouver la vérité. Au cours de son enquête, il va découvrir que Jean s’intéressait de très près à Kennedy, alors en campagne pour un second mandat.

L'auteur n'a pas hésité à écorner le mythe de JFK en décrivant les dessous de la politique et ses travers ainsi que ce ceux de la famille Kennedy. Tout y est : sexe, manipulations, mensonges et assassinats... Et là, on voit bien que rien n'a changé.

Il s'agit de poser la question de la vérité. JFK, assassiné, est devenu intouchable mais on se rend compte que ce n'était pas le personnage que l'on montre. Aurait-il été réélu ? Quel aurait été le bilan de son second mandat ? Certains pensent que Bobby aurait fait un bien meilleur président. Des questions qui n'auront malheureusement jamais de réponses.

Afficher en entier
Argent

C'est avec une date essentielle de l'histoire américaine que R.J. Ellory plante le décor de son nouveau roman.

Avec ce roman, il nous livre une uchronie où le fameux cortège de Kennedy, à Dallas, ne se termine pas avec l'assassinat du Président John F. Kennedy.

L'auteur nous projette dans un passé où Kennedy a échappé à son destin, possibilité plusieurs fois traitée dans le passé, notamment par Stephen King, dans son excellent, 22.11.63.

Mais ici, pas de fantastique ou de voyage dans le temps, juste une uchronie où l'auteur nous dresse un portrait peu flatteur de l'homme, notamment par ses addictions diverses : médicamenteuses et sexuelles... Un homme qui n'est ni un bon mari, ni un bon père et qui se lance dans sa nouvelle campagne pour sa réélection...

Parallèlement, et principalement, on va suivre le personnage de Mitch Newman, qui en apprenant le suicide de son ex-fiancée Jean Boyd va se lancer dans une enquête personnelle car il ne croit pas à cette version officielle, tout comme la mère de Jean.

Apprenant qu'elle enquêtait sur la famille Kennedy, il va suivre ses pas, quitte à déranger et risquer sa vie, comme Jean?

J'ai bien aimé cette uchronie, que j'ai trouvée très intéressante et captivante. Cependant, je préfère lorsque l'auteur nous sert un roman noir dans l'Amérique profonde comme dans Seul le silence ou Le chant de l'assassin.

Le jour où Kennedy n'est pas mort ne fait pas partie des meilleurs romans d'Ellory pour moi, mais demeure un roman noir efficace et de très bonne facture.

Afficher en entier
Diamant

Cela était un pari risqué d'écrire sur JFK, pari tenu et superbement réussi. Du grand art. Une connaissance plus qu'approfondie du sujet et un tableau de fond avec des personnages auxquels ils est quasi impossible de ne pas adhérer sur le plan émotionnel font de ce roman, encore une fois, une belle réussite et des heures de lecture plus qu'agréables.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le jour où Kennedy n'est pas mort

  • France : 2020-06-04 (Français)
  • France : 2021-06-02 - Poche (Français)

Activité récente

Henrxy l'ajoute dans sa biblio or
2022-03-19T13:01:19+01:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 47
Commentaires 14
extraits 9
Evaluations 25
Note globale 7.48 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode