Livres
458 643
Membres
412 317

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 1 : La Princesse de la Nuit



Résumé

Après le meurtre de ses parents, Emma Carstairs rejoint l'Institut des Blackthorn pour devenir une redoutable Chasseuse d'Ombres. Et quand des crimes similaires sont découverts, elle est décidée à retrouver l'assassin et à se venger.

Mais dans sa quête de vérité émergent de nombreuses questions : que veulent dire ces étranges inscriptions sur les corps ? Pourquoi l'Enclave leur a-t-elle interdit de chercher le coupable ? Et surtout, pourquoi ses pouvoirs de parabatai deviennent-ils aussi puissants en présence de Julian ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 229 lecteurs

Extrait

- Tu as une lourde responsabilité maintenant, dit Jace à Julian. Tu dois t'assurer qu'Emma finira avec un mec qui la mérite.

Julian était étonnamment pâle. Peut-être ressentait-il encore les effets de la cérémonie, pensa Emma. C'était de la magie puissante ; elle sentait encore un pétillement dans son sang comme des bulles de champagne. Mais Jules avait plutôt l'air de quelqu'un qui venait d'être giflé.

- Et moi alors? reprit Emma. Ne dois-je pas aussi m'assurer que Jules termine avec quelqu'un qui le mérite?

- Absolument. Je l'ai fait avec Alec et Alec l'a fait pour moi également... Bien que, en fait, il détestait Clary au début, mais il s'y est fait.

- Je parie que tu n'aimais pas Magnus non plus, reprit Julian, toujours avec cet étrange air sévère sur le visage.

- Peut-être pas, dit Jace. Mais je ne lui aurais jamais dit.

- Parce que cela aurait blessé Alec? demanda Emma.

- Non, répondit Jace, parce que Magnus m'aurait transformé en porte-manteau.

Source : - See more at: http://www.lacitedestenebres.com/2011/04/dark-artifices-la-prochaine-saga-de.html#sthash.1IptxLRU.dpuf

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Wahouuuuuuu. J'ai finis ma lecture hier soir, mais j'avais besoin d'une bonne nuit de sommeil pour mettre mes idées au clair. J'en ressort complètement chamboulée.

Je n'ai pas de mots pour décrire ma lecture. Pour moi, ce livre est un pur produit de Cassie Clare. La patte de l'auteure est totalement indéniable.

Déjà le livre est gros (tant mieux): il faut bien une petite vingtaine d’heures pour le lire. L’histoire se déroule comme une histoire type de Cassie Clare. Le début met du temps à démarrer: ce livre étant le premier tome d’une nouvelle série, l’auteure doit créer le décor avant de rentrer dans le vif: il faut le temps que l’intrigue et les personnages se mettent en place, que le lecteur s’imprègne de Los Angeles et de ses plages, si différent de New-York. J’ai mis une bonne centaines de pages avant de littéralement plonger dans le bouquin.

Puis, petit à petit, nos Chasseurs d'Ombre enquêtent, découvrent des indices les menant à différents endroits et sur différentes pistes. Ils ne comprennent pas toujours ce que ceci ou cela vient faire là, tandis que des histoires d’amour et de profondes amitiés se développent en parallèle. Et puis d'un coup, tout s'éclaire. Les indices s'assemblent tous ensemble et voilà que débarque le chapitre de « la bataille finale, la résolution, le pourquoi du comment, le ‘ahhh mais je comprend maintenant’ » , peut importe comment vous voulez l'appeler. Et après ça ? Cassie nous fait le plaisir de nous laisser encore une petite centaine de pages pour qu'on se remette de nos émotions et qu'on anticipe la suite. Elle termine son livre sur des ouvertures, de nouveaux indices éparpillés ça et là, des doutes et des questions, des moments qui nous déchirent le coeur et on adore la détester pour ça, parce que ce sentiment d'inachevé et d’incomplet fait que nous mettre l'eau à la bouche pour le prochain tome.

Je commencerait pas dire que ce qui m’a le plus dérangé dans ce livre est une impression de "déjà-vu":

Bien que les personnages, le décor et l'intrigue soient différents, on se retrouve plongés dans le monde des Chasseurs d'Ombres. Alors certes l’héroïne en fait partie depuis sa plus tendre enfance, et donc par conséquent on découvre des faces cachées de ce monde, mais au fil de ma lecture, j'ai retrouvé des scènes qui me faisait penser à d'autres: des conversations qui me rappelait certaines de TMI et TID; une scène où l'un des personnages est blessé et un autre reste a son chevet, comme Will & Jem l'ont fait si souvent; une scène de bal…

Cependant, cela ne m’a pas tant dérangé que ça, même si j’aurais aimé encore plus de nouveautés. (Ne vous inquiétez pas, il y en a plein!).

Le point fort du livre ? LES PERSONNAGES !!!

En lisant certaines critiques, j’ai vu que beaucoup disent que ce livre est différent des autres Chroniques, et dans un sens, c'est vrai. Les personnages n'ont rien à voir avec ceux de TMI & TID, et ils paraissent beaucoup plus mûrs et vieux. Ils ne sont pas choqués par le mot "sexe", possèdent leur permis de conduire, et ne sont pas naïfs face aux personnes et au danger autour. Ils sont suspicieux, n'hésitent pas à mal agir volontairement. Ils font des erreurs, gardent beaucoup de secret et ils mentent en toute connaissance de cause. Ils assument les conséquences de leur acte, et ne se demandent pas si et comment ils auraient pu faire autrement. Ils ont pris une décision et ne reviennent pas dessus. J'ai aimé cet aspect plus âgés des personnages.

Emma, tout d'abord, se distingue beaucoup de Tessa et de Clary. On a pas cette impression qu'elle est l'Élue, celle qu'on attend pour sauver le monde. C'est une Chasseuse d’Ombre comme les autres, bien qu'elle se démène pour devenir meilleure. Elle prend beaucoup de risques pour s’améliorer. Elle est badass, a une répartie mordante, est super drôle, mais pourtant elle n'a pas un coeur de pierre, un coeur de guerrière féroce. A certains moments, elle reste une adolescente comme les autres, un peu fifille sur les bords, et c'est ça qu'on aime.

J'ai mis du temps à cerner Julian. C'est un personnage très énigmatique. Il n'a rien a voir avec Will & Jace, qui sont plutôt sarcastiques et sûrs d'eux. Ils est beaucoup plus calme et responsable. Cependant, Julian possède aussi cet aspect "d'homme brisé" qu'émane de Will & Jace. Il ne faut surtout pas le sous-estimer, il est tout aussi féroce. Je me souviens de lui du haut de ses douze ans, tenant l'épée mortelle dans sa main, ou encore de son visage paniqué lors de sa cérémonie de parabatai avec Emma (dans The Shadowhunters Academy). Eh bien il a bien changé. Étant obligé de prendre soin de sa famille après la mort de ses parents, le pauvre doit porter le lourd fardeau de "papa" lorsqu’il a à peine douze ans. Je crois que c'est le personnage le plus humain que Cassie Clare ai créé. Il ne fait pas héros comme les autres, inaccessible, super-puissant ou quoi. Il fait beaucoup d'erreurs, doit prendre des décisions vraiment très difficiles et il nous rappelle constamment que l'humain n'est pas parfait.

Au début, je comprenais pas comment on pouvait l’imaginer meilleur ami avec Emma tant ils sont différents. La première fois qu'on les voit ensemble il est comme distant, garde des secrets. Pas du tout comme ça que je les avait imaginé. Cependant, vous inquiétez pas, ce sentiment s'est évaporé au fil des pages, et je suis devenue complètement gaga de Jules & Em.

La tribu des Blackthorn est juste géniale.

J'ai complètement craqué pour Mark, pour tout ce qui lui ai arrivé, pour la façon dont Cassie la transformé en autre chose, quelque chose d'attendrissant et de féroce.

J'adore les jumeaux: Ty est juste mon petit chouchou. J'aime l’idée que Cassie est décidé de créer un personnage décalé, pas facile à comprendre. Les réflexions de Ty sont pleines de bon sens, candides mais à la fois complètement réalistes. Ce personnage remet vraiment tout ce qu’on pense de l’être humain et la normalité en perspective et c’était comme une bouffée d’air frais.

Dru, Livvy & Tavvy sont cools aussi, mais encore un peu trop jeunes et en retrait pour vraiment se démarquer dans le livre.

Du coté des nouveaux personnages, j'ai adoré Kieran, Diego, et Cristina. Kieran est juste parfait, et son histoire et ce qui lui arrive m’a juste brisé le coeur. Diego, j'ai encore du mal à cerner sa personnalité et ce qu’il vient faire là, mais c'est un personnage intriguant qu'on a hâte de découvrir. Cristina est juste la meilleure amie parfaite pour Emma. J’ai aimé leur relation, car Emma n'est pas ce genre d’héroïne qui garde tout pour elle pour sois-disant protéger les autres. Elle confie ses secrets à Cristina et c'est juste ce qu'on voulait. Cristina est droite et respectable, et donne les meilleurs conseils du monde. Ce sont ses répliques que j’ai relu plusieurs fois tellement la vérité et la sagesse émanaient de ses paroles.

Comme d’habitude, tous les personnages sont liés entre eux. De belles amitiés naissent, et de belles histoires d’amour aussi. Cristina et Emma, Mark et Emma, Diego et Cristina, Kieran et Mark, Julian et Emma, Cristina et Mark, Ty et Mark et j’en passe ! Ils sont tous liés, et chaque relation est différente. Du Cassandra Clare tout craché!

Petite parenthèse, revoir les personnages de TMI et TID, c'était juste magique ! Magnus, Clary, Jace, Tessa, Jem... J'ai aimé les voir décrit par des personnes qui ne sont pas leurs amis proches. Ca donne une autre dimension à leur personnage. Ici, Jace & Clary sont des héros, leur histoire d'amour est la plus splendide de tout le monde des Chasseurs d'Ombre. "Les meilleurs Chasseurs d'Ombre de leur génération". Alors que pour nous ils sont juste... Jace et Clary. Jace, ce Chasseur d'Ombre brisé par son père qui pense qu'aimer c'est détruire, et Clary, cette petite rouquine maladroite prête à tout pour sauver sa mère. Quand on a été dans leur tête pendant 6 tomes, c'est difficile de les imaginer comme les grandes stars qu’ils sont.

Et la fin... Lors d'une interview Cassie avait lâcher la bombe de ce que serait la dernière phrase et en finissant le livre je me suis dit "Nannnn mais sérieux ??? MAIS QUELLE TORTURE! Pourquoi????!"

Je sais pas comment je vais faire pour attendre un an.

Au final, j'ai complètement adoré ce livre: les personnages sont juste magiques, l'intrigue aussi, et on sent que la suite promet d’être fabuleuse. A partir du milieu du livre, le rythme s'accélère, tout s'enchaine et c'est impossible de le lâcher. Cependant, je ne saurais vous dire si j'ai adoré le livre pour lui même, ou si c'est parce que j'était comblée de joie de replonger dans le monde des Chasseurs d'Ombre.

Ps: si vous comptez le lire en anglais, prenez un dictionnaire à coté, car le style de Cassie Clare est assez soutenu! ;)

Afficher en entier
Bronze

Un tome plutôt pas mal même si il y a certains éléments qui me dérangent un peu.

Spoiler(cliquez pour révéler)1. Toutes les 30 secondes, nos héros ont une pensée pour Jace ou Clary. Tout le temps "oh lala qu'est ce qu'ils sont célèbreeeeees! Qu'est ce qu'ils sont géniaux!!!!" Ça va on a pigé qu'ils étaient les héros. On a suivi leurs aventures (oui je pense que 95% des gens ici on déjà lu les TMI) Un petit clin d'oeil je dis pas mais la c'est trop!. Par exemple le petit passage sur la moto avec Mark et Emma qui pense à Jace qui a fait la même chose. Ils ont tellement de détails sur leur vie et ce qu'ils leur sont arrivés que je me suis demandée tout le long du livre si Clary et Jace avaient un magazine people sur eux ou si les héros de de TDA avaient lu les TMI. Pareil pour leur amis (Simon et son groupe de rock, ses fiançailles, Magnus, Alec et leur bébé.). Et c'est pas comme s'ils étaient amis. A chaque fois qu'ils pensent à eux ils disent dans leur tête Jace Herondal, Clary Fairchild/Fray. Personnellement quand je pense à des amis je ne pense pas à leur nom de famille. Quand tu es proche tu dis le prénom. Si ils étaient proches pourquoi ne pas les mettre au courant pour Arthur ? C'est pas comme si Clary et Jace avaient peur de briser les règles. Le truc c'est que le livre est fait pour ceux qui ont déjà lu les TMI, ceux qui commencent se sentent un peu mis hors-jeux par ces clins d'oeil super lourd et pas discret du tout. Ça manque de subtilité, c'était mieux géré dans TID. Le livre a les fesses entre deux chaises: d'un côté il détaille le monde des chasseurs d'ombres pour ceux qui viennent de découvrir la saga et de l'autre il fait des PETITS clins d'oeil pour ceux qui le connait déjà. Mais il échoue car ou il détaille trop ou pas assez.

2. Même si j'adore Magnus sa petite apparition au début du livre (et à la fin) ne sert à rien. C'est juste pour faire un clin d'oeil.

3. Perfect Diego (en vf c'est le gendre idéal)! Pas le personnage juste son nom! Les personnages de Clare ont toujours eu un côté un peu parfait. Mais là il y a vraiment un personnage qu'ils appellent Parfait! Le personnage est peu/beaucoup semblable à Jordan. Mais ça c'est pour l'instant attendons un peu. Ne jugeons pas trop vite.

4. Mark au centre de 3 intrigues amoureuses. Triangle entre lui Cristina et Diego, Lui-Cristina-Kieran-et Lui-Emma-Julian. Celle avec Cristina aurait suffit là c'est un peu tout much! On a l'impression que bisexuel ça veut dire polygame!

5. Le plan d'Emma. Sérieux ? Mark vient juste de revenir, il a été séparé de sa famille pendant des années, il a horriblement manqué à sa famille surtout Julian, il a eu des disputes avec Julian sur son rôle de grand frère et son plan c'est : je vais faire genre de sortir avec lui pour dégouter Julian! Et dire à Julian que c'est dangereux d'être ensemble ? Que ça peut les tuer ? Pourquoi ne pas le lui dire! Ou même si c'est dur demander son transfert de l'institut! Partir à Iris à l'académie! Partir vivre avec Clary! Pourquoi séparer deux frères ? Une famille aussi car ça va affecter tout le monde! C'est assez monstrueux! Et c'est pas de l'égoïsme, c'est de la débilité.

6. Le fait que Julian soit un peintre est un beaucoup trop réminiscent de Clary. La preuve: dans les 2 cas, ils sont artistes comme leur mère.

7. Ah ce faux clifhanger sur la demande en mariage de Jace ? Sérieux ? Évidement qu'elle va dire oui! ll faut arrêter de mettre des faux obstacles dans la relation Clary-Jace, le coup des amants maudits dure depuis le tome 1. Je me demande: ça va être quoi l'explication: elle est enceinte ? Elle a des doutes ? Elle est anti-mariage ? (J'aime cette explication pas besoin d'un mariage pour vivre une relation épanouie, c'est un peu trop religieux comme vision) Ce serait assez neuf aussi.

8. La scène du fouet. Là encore c'est tout much. On va frapper Mark mais Kieran se propose et puis ensuite Julian et puis ensuite Emma. STOP. Ça aurait rendue la scène plus forte: Julian le fait par amour pour son frère même si ils ont eu des disputes précédemment, même si ils ont été séparés. Mais non! Il faut forcément que cette scène serve la romance! Merde, il y a autre chose dans la vie! Ils jouent en plus à qui sera le plus grand martyr! Ça aurait vraiment du s'arrêter à Julian. C'est très mal dosé. Et le résultat aurai été le même! Jamais Mark n'aurait pardonné à Kieran et Emma aurait souffert de voir son parabataï/amour souffrir!

9.La pièce secrète de Julian. Sérieusement ? Il ne peint jamais Emma et il a une pièce secrète où personne même Emma n'a le droit d'aller. Faut pas s'appeler Shrelock pour deviner.

10. Jace qui fait un grand discours en disant qu'il a veillé sur Alec etc.. Euh si c'est vrai c'est pas hyper visible. Enfin pas dans TMI. J'ai toujours trouvé que le parapatai le plus dévoué c'était Alec. Parce que Jace à part Clary, il s'est jamais soucié de grand chose. Par exemple dans le tome 1, Alec est en train de mourir, Clary retrouve Jace avec Valentin est ce qu'il demande comment va son parapataï ? Non. Dans le tome 2, est ce qu'il respecte son parapataï en le laissant accompagner Clary chez la reine des Fées ? Non, il n'a pas confiance, pas CONFIANCE en un mec qui est "plus qu'un frère". Dans le tome 3, est ce qu'il trouve un moyen de dire au revoir à son frère (et à sa soeur) ? Non. Dans le tome 5, est-ce qu'il demande à Clary comment va Alec ? Non. Il dit vaguement à la fin que son parapataï lui manquait mais, il n'en a jamais parlé avant. J'ai jamais eu l'impression même qu'il respectait son parapataï. Il ne le défend pas (il laisse Clary l'insulter, laisse Max et Izzy s'en prendre à lui) , n'a pas confiance en lui (le coup des fées, il ne lui dit pas qu'il est mort (ça le concerne non ?), que Valentin est son père, de prendre les devant et de lui dire que c'est pas du tout mal d'être gay (au début je croyais qu'il savait pas mais le T2 et T3 infirme). Citez moi une scène en dehors du tome T6 et du moment où Alec va chercher Jace dans sa chambre (à la fin Alec se fait envoyer chier d'ailleurs sans jamais que Jace s'excuse (respect ?)), où quand il libère Jace dans le T2 (je déconne pas il ne lui dit même pas merci pour avoir apporter à manger ou pour avoir trouvé la solution, vérifiez! et il laisse Izzy et Max s'en prendre à lui quand ils pensent encore qu'il a trahit Jace alors qu'il n'a rien fait au contraire tous ça juste pour faire une entrée à la cool) et dans le T3 où Jace agresse Alec pour lui faire avouer ses sentiments et se passer les nerfs (scène qui m'a toujours mis très mal à l'aise, Jace parait super cruel de manière général et plus quand on se place dans une société aussi homophobe que celle des chasseurs d'ombres et avec Alec si timide et amoureux de lui), UNE SCÈNE où ils se retrouvent seul à seul pour discuter tranquillement. Il y a pas UNE scène, où ils parlent de leur relation, de leur couples respectifs, de leurs peurs, de leurs angoisses. Jace passe plus de temps à se passer les nerfs sur Alec et à l'utiliser pour détourner l'attention de lui qu'à être gentil avec lui (à chaque fois qu'on lui pose une question embarrassante ou génante hop! C'est quoi cette marque sur ton cou Alec ? Alec a passé la nuit dehors! Pourquoi t'assume pas ta relation avec Magnus Alec ? )

Si Alec ne disait pas de temps en temps dans le T5 qu'il ne ressentait rien vis à vis de sa rune de parabataï, on oublie carrément qu'ils le sont!

Dans le 6 on essaie de montrer qu'il tient beaucoup à Alec mais c'est le dernier tome sur 6. 1 sur 6 c'est pas terrible et ça m'a toujours semblé comme "ah ouai c'est vrai qu'ils sont comme même parapatai, ça serait intéressant de creuser un peu ça avant la fin!"

Autre preuve: quand on est du point de vue de Jace est que vous l'avez vu (enfin lu) UNE seule fois avoir une pensée positive pour son parabataï ? Pas un "ah si Alec était là", "j'espère qu'Alec va bien", "ça me rappelle quand Alec (Izzy!) et moi sommes allés...", "un jour son parabataï avait ...."

Je sais que Jace est le héros et que du coup il fait tout bien et qu'il fait des grands discours et qu'il passe le flambeau aux nouveaux héros... Mais justement ça aurait donné une plus grande dimension à Alec, un rôle plus important et une vrai reconnaissance plutôt que Je Suis le Gay du livre et le sidekick du héros.

C'est un des GROS problème de Clare. Elle se centre trop sur les 2 héros et pas sur les personnages secondaires. Oui les persos principaux doivent être plus traités que les autres. Mais ils ne doivent pas être le centre du monde pour tout! Par exemple: Harry Potter n'est pas le meilleur de la classe ou le plus puissant ou le plus intelligent. Eragon non plus, il doit énormément apprendre avant. Percy n'est pas le plus malin du monde et sans Annabeth il serait mort depuis longtemps.

Ici le meilleur chasseur d'ombre du monde ? Jace (logique car sang d'ange). Le plus beau du monde ? Jace (encore ce sang d'ange!). Qui est le meilleur pianiste/lecteur/linguiste/intelligent/poli/sarcastique/drôle/frère préféré/ami/parabataï/spécial/histoire tragique/je sais réciter des bouquin entiers par coeur/flan aux prunes (nan je déconne) ? Jace (euhhh le sang d'ange ?). Il est le préféré de tout le monde, (Max le préfère à Alec parce que selon le livre "Jace tolère mieux sa présence". Mais pour moi d'un point de vue cohérence c'est plus logique que se soit Alec le plus calme, doux et timide qui tolère mieux son frère que Jace le sarcastique, solitaire, orphelin. D'ailleurs, on nous le dit dans le 3 qu'avant Clary, Jace mettait toujours une distance entre lui et les gens. La Reine des fées le préfère car elle le trouvait "poli" euh Jace poli dans quel monde ?) tout le monde l'admire et se souvient de lui (par exemple Mark se souvient de Jace mais pas de Simon). Pour Clary c'est un peu moins (bon elle a des pouvoirs spéciaux et c'est une grande artiste, mais ce n'est pas aussi insistant, sa mère lui fait plusieurs remarques sur son comportement "rien à foutre je fais ce que je veux peut importe les conséquences").

Mais zut! Laissez les autres respirer! C'est pas grave si le héros n'est pas le meilleur en tout! Pourquoi pas Izzy bonne linguiste ? Pourquoi pas Alec bon pianiste ou bon lecteur ou bon quelque chose ? (archer ça fonctionne pas il y a Simon qui tire bien à l'arc aussi). Ça va bien avec son caractère renfermé la lecture ou la musique ?

Le plus drôle (enfin bizarre) c'est Jace a passé 10 ans ? avec Valentin mais en 10 ans, Valentin a eu le temps de lui apprendre:

-cinq langues

-à se battre mieux que tout le monde

-pleins de runes mieux que tout le monde

-à naviguer

-à jouer du piano

-à "dresser" un aigle

Même en faisant un effort je trouve pas ça très crédible (surtout le coup des cinq langues, c'est un peu extrême pour un gamin de 10 ans). Le bateau, le piano OK pas de problèmes.

Comprenez bien j'aime beaucoup Jace mais je déteste qu'on prétende qu'un personnage est parfait alors que le livre montre bien que ce n'est pas vrai. Ou tu fait un personnage parfait de chez parfait ou tu fais un personnage avec des défauts mais tu traites de ses défauts et de leur conséquences. Ici on ne traite pas du tout de la méchanceté de Jace vis à vis de ses proches. C'est comme si ça n'avait jamais existé, où alors c'est traité "oh lala vous avez vu comme Jace a souffert dans son enfance". Clare ne prend que ses sentiments en compte pas ceux des autres.

Un exemple quand c'est bien traité: dans les TID, Will va se droguer et Jem est furieux, ça le blesse etc.. Et que fait Will ? Il va s'excuser: il a fait souffrir quelqu'un qu'il aime, c'est mal, il s'excuse. Pas compliqué ? Clare sait très bien le faire.

Cela dit j'ai peut être oublié des passages (envoyez moi un message si c'est le cas parce que sincèrement ça m'intéresse).

Bon la je n'ai fait que les ponts négatifs MAIS rengainez vos fourches et vos battes de baseball. Oui, oui même toi dans le fond! Non me frappez pas! Naaaaaaaan!!!! Arrrrrrrrggghhhh!

Spoiler(cliquez pour révéler)1. Les relations sont infiniment mieux gérées dans ce livre. Emma et Julian couchent ensembles! Enfin! Pas la peine d'attendre 50 ans! Je veux dire ce sont des ados! Et même si tous les ados ne couchent pas forcément il y a tout de même de grandes chances que deux ados amoureux et bourrés d'hormones le fassent! Dans les autres livres on a l'impression que non! quand on vit le grand amour on ne couche pas ensemble ça se fait pas. Dans TID, je comprends c'est l'époque qui veut ça mais dans les autres livres, il faut attendre le tome 6 pour Clace. En plus c'est pas comme si ils étaient tout les deux inexpérimentés C'est d'ailleurs un des grands cliché des romans jeunesses les héros qui ne couchent pas. Je sais que les américains sont plus... puritains que nous mais faut regarder un peu la réalité en face. Au moins les héros de Clare ne restent pas "purs" jusqu'au mariage. (Twilight non, non je ne vise ABSOLUMENT PAS)

2. Emma n'est pas vierge! Finit le stéréotype de l'héroïne de roman jeunesse qui n'a jamais couché avant de rencontrer le MEC de sa vie qui va évidement (parce que lui n'est pas puceau) tout lui apprendre etc.. Mais avec elle c'est très différent, elle est la seule qui compte.... C'est l'inverse et honnêtement ça m'a beaucoup fait rire. Merci! Non une nana qu'il a eu plusieurs petits copains n'est pas une salope! Non, un mec qui a eu pas mal d'aventure n'est pas un bad boy beau gosse! (enfin peut-être que si mais les deux ne sont pas liés) ET NON, une fille expérimentée avec un garçon qui ne l'est pas ce n'est pas bizarre ou "anormal".

3. Pour tout l'amour que j'ai pour Malec, il faut dire que leur histoire se fait en arrière plan et que si on n'a pas lu les chroniques de Bane, on ne sait rien/quasi rien de leur histoire. C'est d'ailleurs un peu dégueulasse de devoir acheter des livres en plus pour suivre l'histoire d'amour d'un des personnages principaux (Alec) voir de deux (avec Magnus).

Tous les autres ont droit à plus d'attention, leur premier baiser est dans le livre lui même (pas pour Sizzy mais il ne comptait pas vraiment dès que ça devient sérieux ils sont dans le livre), leu rencards aussi. Les quelques baisers échangés de Malec (je crois qu'il y en a 6 ou 7 dont la moitié dans T6) ont lieux d'un point de vue extérieur (le baiser à Idris, ceux de la fin du tome 4 (dont ils sont quasi absents)), ou alors sont très rares. Quand on sait que c'est le seul couple LGBT du livre (un peu développé parce que Helen et Aline sont bien gentilles mais on a 2 lignes sur elles) on peut s'énerver!

C'est pourtant la relation où les amoureux sont les plus matures. Ils sont plus vieux, ils ont couché ensembles, il vivent ensembles partiellement (au début) (dans TMI, Alec dort de temps en temps chez Magnus et a la clé de chez lui), ils sont partis en vacance ensembles. Ils ont une vraie vie de couple. Ils affrontent des défis plus normaux (à part l'immortalité) pour un couple (le fait d'avoir pleins d'exs, d'être gay et de pas vouloir/pouvoir le dire, cacher de trucs à l'autre sur son passé, de sortir avec quelqu'un que tes parents n'aiment pas, de sortir avec quelqu'un de plus âgé que toi) que Clace (le fait d'être possédé, d'avoir du feu sacré en soi, de découvrir que celle que tu aimes est ta fausse/vrai soeur, (encore que pour celui-ci, un couple peut vraiment le vivre), de rêver que tu tues ta chérie parce qu'un démon essaie de te posséder). Bref tout ça pour dire que dans ce tome on a plus de détails sur un couple homosexuel et leur histoire est plus au premier plan et de leur point de vue. Ça fait plaisir qu'ils soient traités au même niveau que les autres.

4. L'histoire avec Arthur est plutôt sympa. Sa maladie mentale n'est pas tout les jours facile à gérer et ont voit combien notre héros en souffre et combien c'est tendu à la maison.

5. Ty et Kit ont une autre relation plutôt bien gérée. On sent qu'il n'y a pas encore vraiment quelque chose mais que comme même ils ont une étincelle. Je crois que cette fois encore je vais préférer la romance des personnages secondaires à celle des principaux. (Alec Magnus, Sophie Gideon)

6. Kit, un Herondal les chouchous de l'auteur est gay! Enfin a l'air de l'être. Plutôt pas mal quand on sait que tout les Herondal ont une relation très particulière avec l'amour (ils aiment plus fort que tout le monde etc... quand ils aiment c'est pour la vie... ) Je doit dire que Clare m'a surprise. D'habitude les Herondal sont des clichés de goldens boy hétérosexuel avec un passé tragique mais ils vont rencontrer la femme de leur vie... (Edmund, Will, James, Tobias, Jace...) C'est marrant comme les Herondal se ressemblent, je ne sais pas si c'est une volonté de l'auteur. Ils sont tous un peu ? Drama queen, ils aiment se battre, font un peu n'importe quoi et aiment un peu de manière particulière (un lien avec le drama queen ?) Après tout peut-être qu'il y a un truc spécial avec cette ligné. Il y a peut-être une malédiction qui fait qu'à chaque fois qu'ils tombent amoureux c'est la merde pou eux.

7. La famille Blackthorn a une belle dynamique. (coup de coeur pour Dru) Tavyy est un peu étrange j'arrive pas à me décider si il est un peu "bébé" parce que sont frère l'a peut être un peu trop couvé, mais parfois j'avais l'impression d'avoir affaire à un gamin de 4-5 ans alors qu'il en a 7. Mais je crois que c'est effectivement Julian (et le reste de la famille) qui le traite un peu comme un bébé. Cela dit ça se comprend, c'est le dernier et leur parent sont morts et ça la traumatisé.

8. La relation Cristina/Emma/Drusilla/Livy quand on sait que Clary n'est jamais vraiment amie avec une fille et qu'elle finit par bien s'entendre avec Isabelle au bout de 5 tomes, ça fait plaisir une amitié entre filles. Et ça change car dans les TMI le seul lien entre les filles du livre ç'est les garçons (et les relations amoureuses qu'on peut avoir avec eux). Il y a autre chose dans la vie que les mecs! Girls power! :)

9. Le fait que Ty ne veut pas être le parabataï de sa soeur je sais pas je trouve ce point hyper intéressant, ça rend les personnages un peu plus complexe. Ça change de on s'aime donc on devient parabataï parce qu'on s'aime tellement.

10. La trahison de Malcolm. Je l'avais un peu vue venir, mais elle fait plus mal que celle de Hodge car on voit vraiment à quel point nos héros l'aimaient. Ils passent leur temps à dire qu'ils ont confiance en lui, qu'on peut se fier à lui et il passe son temps à les "aider". Dans les TMI, c'est vu du point de vue de Clary qui le connait depuis deux jours et la trahison vis à vis de Lightwood et de la douleur qu'ils ressentent n'aient jamais abordé.

11. Les personnages sont plus modernes: internet, cinéma, ordinateur...

12. J'ai adoré le flash-back sur le Wild Hunt! J'en aurais voulu plus!!!

13. Les personnages gays ne sont pas définis uniquement par leur sexualité. Je veux dire pour Alec d'un point de vue personnel quels sont ses enjeux qui ne sont pas liés à sa sexualité ? Ici il y a l'autisme de Ty, sa volonté de devenir centurion et le désaccord des autres, le dilemme de Mark entre sa double nature, où est sa place ? Kieran lui même a l'air d'avoir des relations complexes avec sa famille et ç'est pas parce qu'il est gay mais à cause de son sang de prince et de son exil (bagarre pour la succession ?) Kit est en fait un chasseur d'ombre, il a perdu son père etc etc

14. L'histoire de Malcolm. C'est peut-être un peu cliché, "Je veux faire revivre ma copine morte depuis 200 ans peu importe qui je dois tuer" mais ça marche super bien. Déjà Malcolm a l'air vraiment très malheureux et parce que Malcolm pointe le fait qu'Emma et lui ne sont pas si différents. Elle même est un peu mal à l'aise quand il lui fait remarquer qu'elle aurait elle aussi voulu ramener ses parents ou Julian. J'adore l'ambiguïté moral d'un héros (héroïne!!) surtout quand c'est bien traité. Ici on laisse planer ça en suspend, ça donne un côté très sombre et glauque.

15. Le réveil d'Annabel! Tellement cliché mais efficace. J'ai hâte de la rencontrer, ça avait l'air d'être quelqu'un!

Voilà l'un dans l'autre c'était une bonne lecture et je suis partante pour la suite.

PS Spoiler(cliquez pour révéler) Le poème Annabelle Lee date de 1848 je crois, on nous dit qu'il a été inspiré par l'histoire de Malcolm et que Malcolm a 150 ans, il y a un problème non (2012-150 = 1862) ? Il dit en plus que Tessa lui a menti. Mais Tessa c'est fin XIXème non ? Elle n'a jamais connu Annabel si son histoire à inspirée Poe.

Je trouve ça très cool de lier un vrai poème (en plus très beau) avec l'histoire des chasseurs d'ombre mais faut pas se louper.

PSS Spoiler(cliquez pour révéler)Je parie que ça va finir Kieran/Mark Perfect/Cristina et Emma/Jules. À moins que ?

PSS Un dernier petit truc. Dans le tome 5 de TMI, Clary décide de ne pas tuer Jace, en prévenant Sébastien qu'il est "désenvouté", si elle l'avait tué, Sébastien serait mort (à cause du lien avec Jace) du coup il n'y aurait pas eu les chasseurs d'ombre maléfiques, du coup, le père de Jules serait encore en vie (de même que pleins d'autre chasseurs d'ombre). Après coup, je trouve ça très glauque que Clary et Jace soient considérés comme des héros. Les vrais héros doivent tout sacrifier pour le bien des autres. Même leur amour. De plus, ils avaient décidé de ne dire à personne que Jace était "mort" à la fin du tome 3, ce qui a permis à Lilith de posséder Jace. Du coup tout est un peu même carrément de leur faute. Ils ont juste "réparé" ce qu'ils avaient eux-même créés. Nan mais sérieux je me fais des idées ou pas ? Ça me perturbe beaucoup. J'ai peut-être loupé un truc mais je crois que c'est ça.

Dernière remarque PROMIS la dernière : la manie qu'ont Jules et Emma de tracer des mots sur le dos pour parler. C'est pas crédible 2 secondes. Je jouais à ça quand j'étais petite à "Devine la lettre" Déjà deviner la lettre c'est super dur, mais mettons qu'ils ont de l'entrainement (faut pas douter de tout non plus). Tracer des lettres ça prend beaucoup de temps: un ou deux mots ça va mais la ils font des phrases entières "on trouvera une solution" "Qu'est ce que tu fait ?" "il faut qu'on parle" c'est parfois plus court en anglais (ou en français) mais ça prend comme même trop de temps. Essayez la tout de suite. Vous voyez ? N'importe qui préfèrera parler. En plus c'est pas toujours pour communiquer de manière "secrète". Je sais que c'est pour montrer qu'ils sont tellement liés qu'ils ont même un "langage" rien que pour eux mais ça fonctionne pas techniquement.

Dernière remarque: nan je rigole c'est vraiment fini! :p

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par MarjorieCDeeb 2019-03-04T23:23:22+01:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

En anglais : The Dark Artifices 1 : Lady Midnight, en français : The Mortal Instruments, renaissance : La Princesse de la Nuit. Je vous donne dans ce commentaire 5 (bonnes) raisons de lire ce roman :

1 – Un roman policier à la sauce Chasseurs d’Ombres

Comme expliqué dans le résumé, Lady Midnight est donc une enquête menée par Emma et ses amis qui concerne la mort de ses parents. On creuse les pistes, analyse les indices. On joue au détective avec eux. Tous les éléments d’un roman policier auxquels on ajoute le monde surnaturel crée par Cassandra Clare avec ses Chasseurs d’Ombres, ses loups-garous, ses Fées et ses sorciers… Donc une affaire difficile à élucider.

2 – Des guests qu’on adore

Dans le premier tome de The Dark Artifices, Cassandra Clare invite certains de ses anciens personnages à faire une apparition. On est donc contents de retrouver Clary, Jace et Magnus et d’apprendre la suite de leur histoire de type happily ever after. On croise aussi Tessa et Jem, qui se sont lancés dans une mystérieuse quête non loin de Los Angeles.

3 – Un cadre familial

Si Emma est le personnage principal de Lady Midnight, elle est très bien entourée, entre son amie Christina et les Blackthorn. Pour rappel, elle a grandi avec Julian Blackthorn qui est devenu son Parabatai. Suite aux évènements de The Mortal Instruments, Helen, l’ainée des Blackthorn, se retrouve exilée sur une ile et Mark, le second, est enrôlé malgré lui dans la Chasse Sauvage. Leur mère étant morte il y a longtemps et leur père pendant la guerre, Julian se retrouve malgré lui aîné et en charge de ses benjamins : Tiberius, Livia, Drusilla et Octavian.

Lady Midnight nous plonge dans le quotidien peu ordinaire de cette grande famille de Chasseurs d’Ombres gérée par un ado de seize ans et une étrange préceptrice peu présente.

4 – De très belles histoires d’amour

Si vous avez aimé les histoires de Jace et Clary ou de Tessa, Jem et Will, celles que l’on trouve dans Lady Midnight ne vous laisserons certainement pas indifférent.

Cassandra Clare nous livre encore une fois avec talent des histoires d’amour belles mais compliquées, voire impossibles. Là où on se contente souvent d’un triangle amoureux, ici on tient d’avantage de l’hexagone (rien que ça !). Et on veut vraiment savoir où tout ça va nous mener.

5 – Avoir enfin la suite de TMI !

Comme évoqué dans le point 3, The Dark Artifices est en fait la suite de TMI, 3 ans plus tard. On retrouve donc les personnages, mais aussi la situation politique entre l’Enclave, la cour des Fées et les créatures obscures (j’ai cherché le mot au moins 10 minutes je me souvenais que de l’anglais XD).

Et évidemment Emma et ses amis vont s’attirer des problèmes, en lien avec ladite situation. Grâce à Lady Midnight, on assiste aux conséquences directes de la guerre menée par Sebastian.

Afficher en entier
Diamant

Super contente de retrouver l'univers de Cassandra Clare! En plus, Emma est une héroïne comme je les aime, haute en couleur et pas nunuche, qui sait prendre de vraies décisions. Bien sûr on sent que le prochain tome sera plus sombre et probablement très dur pour nos 2 héros. J'ai vraiment hâte de lire la suite.

Pour l'instant je ne mettrai pas ce livre au même niveau que The Mortal Instrument ou Les Origines mais je suis sure que la suite permettra de les égaler.

Afficher en entier
Diamant

Idiote que je suis, j'ai commencé << The Mortal Instruments >> par ce tome. Je me doute bien que cela doit être un gros spoiler sur les premières séries mais qu'importe ! J'ai adoré et j'ai hâte de lire le reste !

Afficher en entier
Lu aussi

Un bon début de série, face à l'innovation de Cassandra Clare je ne peux que m'incliner. Les personnage sont accessibles tout en étant complexe. L'histoire se met en place révélant une trame qui on le ressens va s'étendre sur plusieurs tomes. Hâte de lire le second tome !

Afficher en entier
Diamant

Ce livre est un véritable petit bijou!

J'avais hâte de me replonger dans le monde de The Mortal Instruments et je n'ai pas du tout été déçue!

Cassandra Clare nous livre une histoire saisissante et addictive avec des personnages profonds et comme à son habitude très bien travaillés. Je dois même dire que j'ai préféré Lady Midnight à la série principale ! J'ai hâte de lire la suite !

Afficher en entier
Or

Lady Midnight m'a un peu déçu mais c'est peut être l'arrivée de nouveau personnages, avec les autres livre on voit leur développement et on peut commencer à vraiment les apprécier pleinement

Afficher en entier
Argent

Parmi les Shadowhunters Chronicles, Lady Midnight est le livre que j'ai le moins apprécié.

Je ne dirais pas cela parce que c'est un mauvais livre ; ce n'est pas le cas. Le scénario est intéressant et plein de rebondissements. Chaque personnage est doté d'une certaine profondeur et d'intrigantes relations avec les autres. Cependant, il était inutilement long. Il est plus long que le premier livres des séries précédentes mais moins de choses s'y passent. Ce tome est un peu vide, en fait.

Je regrette de ne pas avoir été en mesure de m'attacher à Emma et Julian, les personnages principaux. Leur histoire d'amour est poignante et et forte, mais également mauvaise: la Loi, leur famille -l'univers- ne l'autorisera pas. Ils luttent contre leurs sentiments et la morale mais refusent d'abandonner l'autre. Cependant, je ne les apprécie pas particulièrement. Emma est sympathique, mais c'est tout. Concernant Julian, il est très résistant. Sa bravoure et son amour pour ses adelphes, ses enfants, m'impressionnnent. Il avait douze ans quand le fardeau d'élever quatre enfants, diriger un Institut, s'entraîner à devenir un Chasseur d'Ombres et pleurer son pèrev et ses frères et soeurs lui est tombé dessus. Mais je n'en suis quand même pas fan.

Le seul personnage qui m'a intéressée est Ty, le Blackthorn le plus développé après Julian. Si je lis la suite, ce ne sera que pour lui.

Finalement, je suis déçue.

Afficher en entier
Or

Un bon premier bon, les personnages sont attachants et c'est cool de découvrir un nouvel Institut. J'adore l'histoire ! Spoiler(cliquez pour révéler)Par contre, j'ai trouvé que Clary et Jace étaient très présent par rapport à Tessa et Gray que j'adore, j'aurais aimé les voir plus !! Hâte de lire le tome 2 pour savoir la suite des aventures d'Emma et Julian...

Afficher en entier
Diamant

Après la saga originale de TMI puis des Origines, Cassandra Clare revient avec une nouvelle histoire, des nouvelles aventures et des nouveaux personnages. Après déjà tout ce temps écoulé dans le monde que TMI, l'autrice ne cesse de se renouveler. Juste pour ça, je m'incline. Un premier tome que j'ai beaucoup aimé que je conseille à toute et tous.

Afficher en entier
Diamant

Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un livre que j'ai lu il y a déjà presque deux ans, un roman que j'attendais à l'époque avec une immense impatience, une impatience telle que je me l'étais procuré dès sa sortie en France et que je l'avais dévoré en même pas deux jours dans la foulée ! Cela a beau être un beau bébé de plus de huit cent pages dans sa version française, cela se boit comme du petit lait ! C'est tout simplement irrésistible : une fois qu'on l'a commencé, impossible de s'arrêter tant on est véritablement happé par cette histoire complètement imprégnée de magie à l'état pure et de noirceur. Ce livre, c'est bien évidemment le premier tome de la dernière trilogie de Cassandra Clare dans son univers des Mortal Instruments, La Princesse de la Nuit, issu du cycle Renaissance. En effet, l'intrigue de cette nouvelle trilogie se déroule quelques années après la fin du tome 6 des TMI originels, soit après la fin de la guerre qui a laissé les Chasseurs d'Ombres et les créatures du Downworld totalement meurtris et qui a vu le bannissement du petit peuple, qui s'était rallié à la cause de Valentine, puis du redoutable Jonathan Morgenstern. Autant dire que le Shadow world a sérieusement besoin de renaître de ses cendres ! Personnellement, cette fin de saga m'avait totalement secouée et se suffisant complètement à elle même, elle aurait pu me contenter, mais... L'univers de Cassandra Clare étant juste tellement bien construit et si riche, si l'on m'offre une telle occasion en or d'y replonger la tête la première, et celle de Renaissance en était une sacrément belle, je le fais sans hésiter ! Cependant, je dois reconnaître que, dans un premier temps, je n'étais pas si enthousiaste que ça. Dans les derniers tomes de la saga The Mortal Instruments première du nom, et notamment dans le dernier, on nous fait clairement comprendre que le Scooby gang façon Institut de New York ne sera plus au centre des prochaines aventures qui auront lieu dans le Shadow world. Rien que d'y penser, j'en avais un pincement au cœur extrêmement douloureux. Il était hors de question que je dise adieu à mes chouchous chéris que sont Clary, Jace, Alec, Magnus, Isabelle et Simon et tous les autres, c'était mission impossible pour moi ! In fine, l'adieu s'est transformé en au revoir, du moins pour certains personnages principaux des deux premières sagas (TMI et TMI - Origines), ce qui a rendu la pilule plus facile à avaler. Néanmoins, je n'étais toujours pas convaincue : Emma et Julian, qui nous étaient introduits dans le tome 6, La cité du feu sacré, comme le prochain duo phare de l'univers des néphilims et comme les symboles de la future génération de chasseurs d'ombres qui doit apprendre des erreurs passées de ses prédécesseurs et marcher dans les pas de shadowhunters d'ores et déjà illustres comme Jace et Clary qui ont su montrer la voie, ne m'étaient pas spécialement sympathiques. J'ai eu en effet beaucoup de mal à m'attacher à eux, je trouvais également leur amitié assez faiblarde comparée à celles magnifiques de Jace et Alec ou encore de Will et Jem. Etant donné qu'ils étaient à l'époque encore des enfants/pré-adolescents, cela peut probablement expliquer mon manque d'identification et d'intérêt à leur égard. La fin du tome six avait cependant changé la donne car tous les deux subissent des pertes atroces au niveau de leurs familles respectives et se retrouvent avec d'immenses responsabilités à porter sur leurs épaules, qu'aucun enfant de leur âge ne devrait avoir à assumer. Et déjà que l'enfance d'un chasseur d'ombres est généralement dépourvue d'innocence au vu de leur dur entraînement, autant vous dire que les jeunes jours d'Emma et Julian ont été marqués de façon indélébile par la noirceur et le deuil. Il faudrait être un cœur de pierre pour ne pas ressentir une profonde et sincère compassion à leur égard. Qui plus est, j'ai été impressionnée par l'immense courage qu'ils ont réussi à puiser tout au fond d'eux pour faire face à de tels bouleversements. Il fallait que je vienne aux nouvelles pour voir s'ils allaient bien-!

Comment dire... On ne peut pas dire que le moral soit au beau fixe. En tout cas, dans les beaux yeux bleus d'Emma, l'orage gronde toujours. Je me suis considérablement plus identifiée à la jeune femme dans ce tome que dans la précédente saga. Lorsqu'elle était enfant, Emma me faisait presque peur car elle avait déjà à cet âge-là une âme ancestrale, celle d'une guerrière déjà bien rodée face à ce que l'existence peut lui réserver de pire et qui croit avoir déjà tout vu. En tout cas, c'est l'impression qu'elle me donnait de par son immense maturité qui effraye et qui renvoyait d'elle l'image d'une enfant insensible dont l'éclat de vie et d'espoir s'était éteint dans ses yeux avant même de briller un peu plus fort et de transpercer les ténèbres de son existence. En réalité, j'étais loin du compte car même Emma ne pouvait être préparée à ce qui l'attendait en ce temps-là... Dans ce tome, on la voit extrêmement badass, dangereuse pour quiconque se mettrait en travers de son chemin ; c'est une combattante aguerrie qui ne manque pas d'humour, sarcastique à souhait et absolument divin, et de charme, mais qui cache aussi une réelle vulnérabilité en elle. Elle sait duper son petit monde mais pour le lecteur, cela crève les yeux qu'Emma se noie dans son chagrin depuis des années et qu'elle le porte presque comme on brandirait un étendard. Elle a fait parfaitement corps avec et s'y raccroche de toutes ses forces, à tel point que cela en devient carrément malsain. J'ai beaucoup aimé le fait que sa personnalité soit beaucoup plus complexe que ce qu'il n'y paraît, c'est-à-dire que, d'un côté, on comprend tout à fait qu'Emma ait soif de justice et ait besoin de savoir ce qui est véritablement arrivé à ses parents et qui semble se perpétrer aujourd'hui. C'est tout à fait compréhensible qu'Emma recherche inlassablement des réponses à ses questions et tend à éradiquer la cruauté, à faire le bien autour d'elle, surtout quand on sait qu'au sein de l'Enclave, ce sont de vrais mous du genou qui ne sont bons qu'à voter des lois rétrogrades et absolument aberrantes. La loi est dure, mais c'est la loi. Mon œil, oui ! En clair, on a envie d'accompagner Emma dans son enquête périlleuse et de l'épauler, mais d'un autre côté, j'ai été loin de cautionner tout ce qu'elle dit et fait, et beaucoup de ses décisions, en particulier en fin de tome, m'ont juste fait enrager et m'ont semblé être complètement insensées. De mon point de vue du moins car, concernant Emma, il est clair que sa façon d'agir est en parfaite adéquation avec son raisonnement, ce qui se passe dans sa petite caboche très intelligente mais aussi pas très futée à certains moments. Les chasseurs d'ombres sont les adeptes de leur propre torture psychologique et de leur souffrance, que voulez-vous ! En bref, j'ai trouvé que le personnage d'Emma était beaucoup mieux construit et développé dans ce premier tome de Renaissance, on a juste envie de la protéger et de lui dire qu'il serait temps qu'elle cesse de se sentir coupables de la mort de ses parents, qu'elle n'aurait rien pu y faire, et de ne pas se focaliser uniquement sur ce qu'elle a perdu et ne retrouvera pas (du moins, pas avant de perdre la vie à son tour), mais plus sur les personnes qui l'entourent et qui sont là pour elle. C'est un personnage pour lequel j'ai beaucoup d'affection et que j'aimerais voir enfin heureux. Dernier petit point que j'ai trouvé juste adorable et qui m'a juste fait chaud au cœur : dans La cité du feu sacré, Emma adulait les Shadowhunters de la précédente génération (ceux de TMI), en particulier Jace. Dans ce tome-ci, alors que l'on retrouve notamment ce dernier avec un plaisir non-dissimulé (et encore, le mot est faible), on se rend compte que, même si Emma a grandi et le considère plus désormais comme un ami au vu de tout ce qu'ils ont vécu ensemble avec le reste de la clique pendant et même après la guerre de Jonathan, elle continue de poser sur lui un regard admiratif, celui d'un enfant qui a des étoiles plein les yeux face à son mentor, cette personne exceptionnelle qui la pousse à se dépasser et à devenir la meilleure version d'elle-même. Il est vrai que j'ai reconnu en Emma des traits de caractère propres à Jace, notamment son humour piquant et qui fait mouche à chaque fois, sans jamais louper sa cible, et cette satanée manie de briser les règles avec une nonchalance et un panache carrément culottés, mais qui forcent le respect. On ajoute à ce savant mélange le sacré caractère borné de ma petite Clary, et ça nous donne Emma ! Cette capacité d'émerveillement que celle-ci a m'a juste soulagée et fait naître un immense sourire sur mon visage. In fine, je me dis que la flamme irradiante et primordiale de l'enfance et de l'optimisme n'est pas morte en elle et qu'il restait en fin de compte suffisamment d'espoir pour la raviver.

Parlons maintenant d'un personnage qui m'a complètement subjuguée dans ce tome-ci alors que, pourtant, c'était loin d'être gagné : Julian. Julian, Julian, Julian... Tout comme Emma, je trouvais que c'était un enfant très sombre, renfermé, cela en allait presque jusqu'à me repousser. Rien à voir avec mon sorcier chéri Magnus qui est un vrai petit rayon de soleil dont les paillettes brillent de mille feux et dont les paroles sont aussi pétillantes que des bulles de champagne ! Oui, j'avais envie de caser Magnus ici afin de créer un contraste et puis, de l'avoir retrouvé dans ce tome-ci, de savoir que son couple et sa vie de famille avec Alec vont bien, que tout marche comme sur des roulettes, cela m'a fait juste fondre le cœur de ravissement. Bref, pour en revenir à Jules, c'est sûrement le personnage pour lequel j'ai ressenti le plus d'empathie dans ce tome. Depuis l'âge de ses douze ans, c'est lui qui porte sa famille à bout de bras et qui essaye du mieux possible de maintenir ce qu'il en reste uni. Les Blackthorn ont connus un véritable déchirement à la fin de la guerre, lorsque certaines espèces ont été jugées plus coupables que d'autres et ont été bannies sans aucun autre fondement que le sang qui coule dans leurs veines. Les participants à la guerre n'ont pas été jugés par rapport à leurs actes, à leur héroïsme, mais par rapport à leur appartenance à un groupe ethnique, ce qui est absolument abjecte, vous en conviendrez. Julian et ses petits frères et sœurs ont directement subi les conséquences de ce traitement injuste des vaincus. Pas étonnant donc que Julian, à l'image de son nom de famille, soit une vraie épine noire qui ne cherche qu'à protéger à ses risques et périls les êtres qui lui sont chers et les sentiments les plus profonds de son cœur, afin de ne pas blesser quiconque, quitte à ériger un véritable mur qui l'empêche de s'exprimer pleinement et de s'épancher sur sa peine, sur ce qui importe pour lui. Julian peut vous apparaître plein de mystères et franchement tordu ; pour ma part, j'avais juste envie de panser sa blessure béante et de le réconforter, de lui faire sentir qu'il n'était pas seul et que je le soutenais à 200%. Son amour pour Emma est tellement beau et sincère que mon cœur n'en a cessé d'avoir des palpitations frénétiques. La façon de penser de l'Enclave est totalement incompréhensible pour moi : comment l'amour entre deux Parabatai pourrait-il leur être nuisible ? Étant donné que ces deux chasseurs d'ombres sont tout l'un pour l'autre, cela renforce leur lien et leur donne la volonté d'aller de l'avant. Cette théorie selon laquelle l'amour n'est que faiblesse et aveuglement commence sérieusement à me taper sur les nerfs. Julian, sache que je crois en toi, en la force de tes sentiments, et que tu as bien raison de te battre pour eux et de t'insurger, de faire valoir ton droit à aimer librement et intensément ! À bien des égards, j'ai reconnu beaucoup de mon Jem adoré chez Julian, même si ce dernier a encore beaucoup à apprendre de la sagesse de mon frère silencieux favori, qui d'ailleurs nous a lui aussi fait un petit coucou qui m'a mise en émoi ! Surtout que ce retour furtif des anciens personnages a un véritable intérêt dans l'avancement de l'intrigue et dans la prise de conscience nécessaire de certains personnages sur de nombreux points. Bref, Julian, je t'aime de tout mon cœur et ne baisse jamais les bras face à ce système pourri jusqu'à la moelle !

J'espère que, dans les prochains tomes, les autres membres de la fratrie Blackthorn seront plus développés, qu'on en apprendra plus sur eux. Ils occupent déjà une place importante dans Renaissance étant donné qu'ils sont la prunelle des yeux autant d'Emma que de Julian mais j'en veux plus encore. Ces enfants incroyablement ingénieux et admirables m'intéressent énormément. Qui plus est, ils apportent une véritable bouffée d'air frais à une intrigue saturée par la tension et la noirceur. Non pas que cela me déplaise car je me demande vraiment jusqu'où cela va nous mener et cela nous fait tourner les pages sans pouvoir s'arrêter, mais je suis bien contente que les petits Blackthorn nous procurent un comic relief franchement bienvenu. J'ai vraiment été émue par le fait qu'ils soient tous soudés, qu'ils forment une vraie famille, malgré le fait que cette dernière ait été brisée à de nombreuses reprises. Ils arrivent toujours d'une certaine manière à recoller les morceaux et à faire fi de leurs cicatrices à peine refermées. Avec tout ce que ces chérubins (enfin, ils sont tout plein de défauts mais on les aime infiniment quand même) ont vécu depuis leur naissance ou du moins leurs premiers balbutiements, je les applaudis à deux mains de se montrer aussi forts et solidaires au quotidien ! J'ai trouvé cette famille vraiment inspirante et bouleversante, c'est comme si je m'y étais fait ma petite place. Un véritable sentiment d'appartenance est né et j'ai juste hâte de les retrouver pour la suite de leurs mésaventures. Je suis aussi très heureuse que le nouveau personnage de Cristina ait intégré cette joyeuse troupe ! Participante à un programme d'échange de chasseurs d'ombres du monde entier, Cristina va devenir une vraie confidente pour Emma, celle dont cette dernière avait grandement besoin pour lui faire part de ses nombreuses craintes, que ce soit au niveau de sa vengeance ou d'autres choses lui pesant sur le CŒUR (clin d'œil absolument pas subtil). J'ai énormément aimé découvrir l'amitié qui lie ces deux jeunes femmes, qui sont de vraies battantes et qui sont parfaitement complémentaires : en effet, Cristina incarne dans le duo la figure de la pacificatrice, celle qui va réussir à tempérer le caractère tout feu-tout flammes de son amie grâce à ses très bons conseils. J'ai également été très émue par le passif très lourd de notre belle Mexicaine. Elle aussi en a bavé et est ressortie grandie et endurcie de ces événements traumatisants qui ont marqués sa jeune vie. Elle m'a rappelée notre louve-garou écorchée vive Maia à certains égards. Toutes les deux ont cette fragilité désarmante en elles qu'elles ont réussi à transformer en atout, en ce qui les motive à garder la tête haute et le cœur vaillant malgré les épreuves. Cœur sur toi Cristina, j'espère également en apprendre plus à ton propos dans le tome deux ! Parce que se focaliser sur le revenant Mark, cela va cinq minutes... J'aime ce personnage, j'ai compatis à sa souffrance et ce qu'il a enduré l'a changé à tout jamais, au détriment de son attachement à sa famille malheureusement, et je suis curieuse de savoir comment il va évoluer mais il m'a aussi profondément agacée dans ce tome, sans que je puisse m'expliquer pourquoi. J'espère sincèrement que mon opinion sur lui sera beaucoup moins mitigée dans le tome deux !

Nous en voilà arrivés à la conclusion, alléluia ! J'ai l'impression d'avoir couru un véritable marathon en vous rédigeant cette chronique ; il faut admettre que, tenir un blog, c'est un travail de titan tout de même. Ou plutôt de chasseur d'ombres, devrais-je dire ! On ne leur laisse aucun répit et à nous lecteurs non plus d'ailleurs-! Cassandra Clare sait comment bien malmener ses personnages et on s'en délecte autant que l'on en souffre ! L'un ne va pas sans l'autre et cela en devient carrément addictif au bout d'un certain temps. Ce qui est sûr, c'est que l'autrice ne cessera jamais de m'impressionner grâce à son univers qu'elle maîtrise d'une main de maître : que ce soit au niveau de l'évolution des personnages et de leurs relations entre eux, du rythme du récit, de la succession des événements et des révélations grandioses, de la dose d'humour juste ce qu'il faut pour nous laisser un tant soit peu souffler, de la présence d'un nombre exponentiel de créatures fantastiques plus fascinantes les unes que les autres, ou encore de son imagination délirante et tout bonnement sensationnelle qui nous entraîne où elle veut bien nous amener, Cassandra Clare est une vraie reine de la littérature Fantasy/YA qui n'a plus rien à prouver depuis belle lurette ! Son univers de chasseurs d'ombres reste l'un de mes préférés tous confondus tant il nous coupe le souffle et nous fait écarquiller grands les yeux de stupeur et d'enchantement à tous les coups. Je ne me lasse au grand jamais d'y retourner, ma soif de connaissances concernant le Shadow world est insatiable. Vous l'aurez compris, Renaissance, au même titre que les autres sagas TMI et TMI - Origines, est un must-have pour votre bibliothèque ! Vous ne pouvez pas passer à côté, je ne le permettrai pas ! Emma et les Blackthorn ont grandement besoin de vous et je ne vous laisserai pas leur faire faux-bond ! En tout cas, si vous êtes toujours là, cela prouve que vous êtes dignes d'un vrai parabatai au niveau de la fidélité et de l'engagement, je suis fière de vous ! Alors, je compte sur vous pour activer votre double vue et partir à la chasse aux démons avec nous. Et n'oubliez jamais ceci : La loi est dure, mais c'est la loi. Mais une loi injuste n'est pas une loi. Lex mala, lex nulla. C'est devenu ma devise préférée !

Afficher en entier

Dates de sortie

The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 1 : La Princesse de la Nuit

  • France : 2017-05-04 (Français)
  • Canada : 2017-06-12 (Français)
  • USA : 2016-03-08 (English)

Activité récente

Zoe2002 l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-14T21:24:34+02:00
jchlo05 l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-09T22:24:33+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 1229
Commentaires 118
Extraits 97
Evaluations 372
Note globale 9.04 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • The Mortal Instuments, Renaissance : La Princesse de la Nuit - Français
  • The Mortal Instruments, the Dark Artifices, Book 1 : Lady Midnight - Anglais
  • Signora della mezzanotte - Italien

Quizz terminés récemment

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode