Livres
494 548
Membres
492 550

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Une enquête de Francesca Cahill, Tome 6 : Promesse fatale



Description ajoutée par jujube 2010-08-21T01:36:47+02:00

Résumé

On ne se refait pas. À peine le riche Calder Hart annonce-t-il leurs fiançailles que Francesca Cahill se jette à corps perdu dans une nouvelle enquête. Peut-être pour oublier qu'elle aime toujours Rick Bragg, le préfet de police ? Ce dernier a beau lui jurer qu'il sera sous peu divorcé, en attendant il est bel et bien marié. Quoi qu'il en soit, des âmes en détresse réclament l'intervention de la détective : des jeunes filles des quartiers pauvres, enlevées et odieusement livrées à la débauche. N'écoutant que son cœur, Francesca entre en guerre contre les monstres qui font commerce de " la pureté et de l'innocence " ; quitte à se faire elle-même passer pour la pensionnaire d'une maison de tolérance ! Cette fois, c'est sûr, elle peut dire adieu à sa réputation...

Afficher en entier

Classement en biblio - 67 lecteurs

Extrait

Elles étaient presque arrivées en bas des marches, et la jeune femme apercevait, dans le salon, les premiers clients, au nombre d’une demi-douzaine, affairés à siroter des coupes de champagne en compagnie des filles de la maison. Solange se tenait dans l’entrée, derrière le portier, et elle accueillait un nouvel arrivant.

Francesca se figea en reconnaissant Hart.

— Qu’y a-t-il ? demanda Dawn qui suivit son regard.

Hart tendait son manteau et ses gants à un valet, tout en souriant à Mme Marceaux.

— Tu connais ce monsieur ? insista Dawn.

— Oui, avoua Francesca, horrifiée.

Elle en avait presque oublié que Hart voulait rompre leurs fiançailles. En revanche, elle savait, sans la moindre hésitation, que si jamais il la surprenait dans cet endroit, les conséquences que si jamais il la surprenait dans cet endroit, les conséquences en seraient dramatiques.

— Calder Hart… murmura Dawn, qui regardait Francesca d’un oeil intrigué. Il était déjà là l’autre soir.

— Il ne faut pas qu’il m’aperçoive ! s’alarma Francesca en s’abritant derrière son amie.

Dawn faillit éclater de rire.

— Je ne vois pas comment tu peux espérer te cacher, avec cette robe.

— Moi non plus, intervint, amusé, un jeune homme blond.

Il dévisagea les deux femmes d’un oeil appréciateur et s’inclina pour les saluer, avant de se présenter. Il s’appelait Philip Seymour.

Francesca, indifférente à sa présence, continuait de guetter l’entrée. Hart s’avançait avec Solange Marceaux, et finalement il la remarqua, se figeant aussitôt, une expression de parfaite incrédulité sur le visage.

Si la situation n’avait pas été dramatique, Francesca aurait trouvé sa réaction comique.

Mais il s’était déjà repris, arborant à présent un masque d’impassibilité.

Francesca lui tourna le dos, priant le Ciel pour que… En fait, elle ne savait plus quoi espérer.

— Et vous-même, comment vous appelez-vous ? demanda Philip, qui s’était saisi de sa main pour la baiser.

Il ne se contenta pas d’effleurer sa main, comme le voulaient les bonnes manières, mais l’embrassa vraiment.

Francesca, tétanisée, était incapable de proférer le moindre son.

— Émeraude, répondit Dawn à sa place. C’est une nouvelle.

Philip souriait.

— Je vois cela. Autrement dit, vous serez trop chère pour moi. Je vais être obligé d’attendre une semaine. Au moins !

Francesca libéra sa main et jeta un coup d’oeil par-dessus son épaule.

Elle redoutait que Hart ne vienne droit sur elle et ne fasse un éclat. Mais il conversait aimablement avec Solange et un autre gentleman, qu’il semblait déjà connaître. Elle soupira de soulagement. Il n’allait pas la démasquer. Elle songea alors à ce que lui avait révélé Dawn. Si Rachel venait d’arriver alors que Hart était là ce soir, c’était sans doute pour lui qu’elle avait été amenée. Francesca se détendit tout à fait. Hart s’occuperait de Rachel, pendant qu’elle s’échapperait pour prévenir la police.

— Hart, lui, pourra payer votre prix, commenta Philip, amer.

Francesca reporta son attention sur lui.

— Tout cela est si nouveau pour moi que je me sens un peu nerveuse, dit-elle.

Il lui reprit la main.

— Ma chère, vous n’avez pas de raison d’être nerveuse.

Pas dans cette robe, en tout cas.

Il sourit, et porta de nouveau sa main à ses lèvres. Francesca se libéra avant qu’il ait pu l’embrasser une seconde fois.

— Vous y goûterez la semaine prochaine, lui promit-elle.

Sa réponse parut le satisfaire, bien qu’elle n’ait déployé aucun effort pour le séduire – elle se sentait même parfaitement incapable de lui sourire. Il s’éloigna d’un air ravi.

— Il faut que tu partes d’ici au plus vite, lui conseilla Dawn. Tout à l’heure, tu avais l’air d’une biche apeurée. Et tu ne sembles même plus te souvenir comment flirter.

— Hart travaille avec moi, expliqua Francesca.

Comme Dawn paraissait stupéfaite, elle ajouta :

— Si jamais tu avais besoin d’aide, ou si tu découvrais quelque chose, n’hésite pas à le lui dire. Je suis à peu près certaine que Rachel a été amenée pour lui.

Dawn hocha la tête.

— D’accord. En attendant, nous devons absolument nous mêler aux invités. Et dès que Solange aura le dos tourné, tu t’enfuiras.

Francesca acquiesça. Si Dawn n’avait pas convoité de coucher avec elle, elle l’aurait volontiers serrée dans ses bras.

— Merci de m’aider, dit-elle.

Dawn lui sourit.

— Je le fais avec plaisir, Émeraude.

— Mon vrai nom est Francesca.

Dawn sourit encore, avant de s’éloigner.

Se retrouvant seule, Francesca prit une profonde inspiration, puis se retourna et tomba presque nez à nez avec Solange Marceaux. Elle sursauta.

— Quelque chose ne va pas ? demanda Solange.

Francesca s’obligea à sourire.

— Non, non !

— J’ai vu que vous aviez déjà fait une conquête.

— Ah, oui, Philip Seymour. Il est impatient de voir mon prix baisser.

Hart conversait à présent avec deux filles, qui en rajoutaient pour le séduire. Lui-même leur souriait. Prenait-il plaisir à cet intermède ?

S’apercevant qu’elle le regardait un peu trop fixement, Francesca reporta son attention sur Solange.

— Je voulais parler de Dawn, dit celle-ci.

Francesca sentit un frisson glacé lui vriller l’échine. Cette Solange voyait tout ! Qu’avait-elle repéré d’autre ?

— Vous ne m’aviez pas dit que vous aviez aussi travaillé à Paris, ajouta Solange avec un semblant de sourire.

Francesca réfléchit à toute vitesse. Solange avait-elle remarqué sa réaction lorsque Hart était entré ? Et Hart avait-il inventé ce mensonge pour la couvrir ? Il était si rusé…

— Oh, je ne vous en avais pas parlé, parce que je n’y suis restée que deux mois, dit-elle.

Solange parut vaguement surprise.

— M. Hart a déjà son programme de prévu, pour la soirée. Mais il souhaite renouer avec vous, au moins brièvement.

Il n’a payé que pour une heure, mais il a donné le triple de ce que j’espérais. Vous devez être très bonne au lit.

Francesca afficha un air ravi. Hart s’était détaché des deux filles pendues à ses basques et s’approchait d’elles.

— Ma chère Émeraude, dit-il. Quel plaisir de vous revoir.

Elle s’obligea à sourire.

— Calder ! Cela fait si longtemps…

— Bien trop longtemps, répliqua-t-il. Si j’avais su que vous étiez ici, je vous aurais réservé toute ma soirée, ma chère.

Son attitude était parfaitement maîtrisée, mais Francesca le connaissait trop bien pour ne pas comprendre qu’il était furieux contre elle.

— Une autre fois, peut-être ? suggéra-t-elle.

— Oh, mais certainement.

Il lui prit le bras, et le serra trop fort. Puis, se tournant vers Solange :

— Merci beaucoup, madame Marceaux. Émeraude en hors-d’oeuvre, et pour plat de résistance la petite surprise que vous m’avez préparée… Je sens que je vais festoyer, ce soir.

Solange lui sourit largement.

— Bon appétit, dit-elle, avant de tourner les talons.

Hart, tenant toujours Francesca solidement par le bras, la poussa sans ménagement vers l’escalier.

— Tu me fais mal, chuchota-t-elle.

— Tant mieux. C’est quelle chambre ?

Francesca lui indiqua la porte. Hart la fit passer devant lui sans la relâcher. Elle commençait à se demander s’il n’allait pas la frapper.

Mais une fois à l’intérieur, et le battant refermé, il la libéra enfin. Francesca passa de l’autre côté du lit, pour mettre le plus de distance possible entre eux.

— Bon sang ! Que fabriques-tu ici ? grogna-t-il.

— Tu le sais très bien ! rétorqua-t-elle du même ton agressif.

Il la détailla du regard.

— Tu es comme nue, dans cette robe.

Et, avant qu’elle ait pu réagir, il était sur elle et la secouait par les épaules.

— As-tu envie de te faire violer ?

— Calder…

— Laisse-moi terminer ! T’imaginais-tu survivre à une seule soirée ici ? Ton prochain client ne prendra pas autant de précautions que moi. Il se jettera sur toi comme une bête.

— En quoi cela te concerne-t-il ?

Il se figea.

— Quoi ?

Francesca se mit à trembler. Mais ce n’était pas de peur.

— Tu te moques bien de ce qui peut m’arriver, dit-elle.

Il la regarda comme si elle était devenue folle.

— Francesca, je veux que tu sortes d’ici. Immédiatement.

Elle voulut se libérer.

— Lâche-moi !

— Non.

— Tu n’as plus aucun droit sur moi !

— Allons donc !

— Un homme qui rejette sa fiancée comme un mouchoir sale n’a plus aucun droit sur elle ! se récria-t-elle, mortifiée de sentir des larmes affluer à ses yeux.

Il tressaillit.

— Quoi ? Que dis-tu ?

— Tu m’as parfaitement entendue, rétorqua Francesca, qui se sentait à nouveau le coeur brisé.

Il la relâcha. Et lui caressa la joue.

— Mais tu as mal compris, Francesca…

— Tiens donc ? Tu as passé une nuit avec moi, et ensuite tu as décidé que tu en avais terminé avec notre engagement !

Il écarquilla les yeux.

— C’est ce que tu en as conclu ?

— Oui.

— Mon pauvre petit chou, dit-il, avant de s’emparer fougueusement de ses lèvres.

Francesca en perdit toute capacité de raisonnement. Elle s’agrippa à lui, brûlante déjà d’un désir renaissant. Et elle savait ce désir partagé, car elle sentait son membre érigé palpiter contre ses hanches.

Mais il rompit leur baiser et recula.

— Ce n’est ni le moment, ni l’endroit, dit-il.

— Tu es supposé me faire l’amour pendant une heure, Hart, lui rappela-t-elle. Alors, pourquoi te retenir ?

Il sourit.

— Pour un détective, tu as laissé échapper beaucoup d’indices, concernant notre relation.

— Comment cela ?

Il lui caressa encore la joue, puis les cheveux.

— Je voulais t’accorder une chance de décider ce que tu souhaitais vraiment faire, puisque nous savons l’un et l’autre que ce n’est pas moi que tu aimes.

Ces paroles firent à Francesca l’effet d’une douche froide. Son désir s’évanouit aussi brusquement qu’il s’était éveillé. Elle recula d’un pas.

— Calder ? commença-t-elle, incrédule, ne sachant comment interpréter exactement ses propos. Tu ne veux donc pas rompre nos fiançailles ?

Il enfouit les mains dans les poches de son pantalon.

— Bien sûr que non.

Elle sourit, le coeur soulevé d’enthousiasme, puis se recomposa une attitude plus sérieuse.

— Bon, dit-elle. Ce petit malentendu dissipé, nous devons libérer Rachel, et retrouver les autres fillettes.

Il secoua la tête.

— Je vais me charger de Rachel, et la police s’occupera des autres enfants. Toi, tu vas te contenter de sortir d’ici saine et sauve.

— Rachel est juste au bout du couloir. Je pensais que nous pourrions aller la voir. Puisque Solange Marceaux nous croit occupés ensemble, j’ai une petite heure de tranquillité devant moi.

— Non. Redescends au rez-de-chaussée. Et si quelqu’un te pose une question, tu n’auras qu’à répondre que j’ai voulu prendre mon plaisir rapidement. Mélange-toi aux autres, jusqu’à ce que Solange se soit retirée dans son bureau. Puis enfuis-toi en courant. Et j’ai bien dit : en courant, Francesca.

La jeune femme aurait voulu voir Rachel, mais elle préféra ne pas contredire Hart, pour ne pas raviver sa colère.

— D’accord. J’irai prévenir la police. Bragg est-il toujours à l’hôpital ?

Hart hocha la tête, mais son regard avait changé.

Francesca ne sut comment l’interpréter.

— Alors, j’irai trouver le chef Farr, dit-elle, bien que cette perspective ne fût guère pour la réjouir.

— Attention à ne pas déclencher un raid d’envergure, prévint Hart.

— Je ne suis pas idiote, Calder. Il faudra agir avec surprise. Et je te rappelle que c’est mon enquête.

Il lui étreignit les deux mains et déposa un baiser sur le bout de son nez.

— Nous sommes du même côté, chérie, lui rappela-t-il. Maintenant, vas-y.

Elle hocha la tête, mais une vague inquiétude la taraudait.

Elle se dirigea vers son réticule et en tira son Derringer.

— Et où comptes-tu le cacher, s’il te plaît ?

La question ne manquait pas de pertinence : la robe de Francesca la moulait totalement.

Elle soupira.

— Essaie ta jarretière, suggéra Hart.

Francesca releva ses jupes, consciente qu’il ne perdait pas une miette du spectacle. Elle tenta de coincer le pistolet dans sa jarretière, à l’intérieur de sa cuisse.

— Ça ne va pas tenir, dit-elle.

Il s’agenouilla devant elle pour ajuster la jarretière.

Francesca s’était figée. Même son sang s’était arrêté de circuler dans ses veines. Quand il eut terminé, il l’aida à rabaisser ses jupes et se redressa.

— Ça devrait aller.

Le métal du Derringer lui glaçait la peau, mais on ne voyait rien.

Leurs regards s’accrochèrent.

— Pars, maintenant, dit-il.

Elle acquiesça silencieusement.

Hart l’accompagna jusqu’à la porte.

— Sois prudente, Francesca.

Elle lui sourit, s’obligeant à manifester plus de courage qu’elle n’en ressentait réellement.

— Tout ira bien, assura-t-elle.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Plus on avance dans les tomes et plus les enquêtes sont intéressantes, l’auteure développe ces intrigues ici le sujet n’est autre que la prostitution enfantine et pour résoudre cette enquête Francesca n’hésite pas à s’impliquer personnellement quitte à se faire engager dans une maison close. Calder est beaucoup plus présent dans cet opus, il s’investit dans l’enquête de Francesca. J’ai été touché par le drame que rencontre Bragg & Leigh Anne mais j’avoue avoir de plus en plus de mal avec lui. J’en arrive à être déçu par ses comportements vis-à-vis de Leigh Anne, Francesca et même avec Calder. J’en parle constamment mais sans tous les personnages secondaires les livres n’auraient pas cette petite légèreté qui fait souvent du bien. Quand à Calder & Francesca ensemble ils brillent, c’est tendre, parfois chaud et lorsqu’ils se parlent sincèrement ça pétille, mon tit cœur de romantique adore ce couple.

Afficher en entier
Bronze

Coup de tonnerre dans ce tome 6 lorsque le riche Calder Hart annonce ses fiançailles avec Francesca.

Mais une nouvelle enquête arrive pour Francesca : des jeunes filles des quartiers pauvres sont enlevées et odieusement livrées à la débauche. N'écoutant que son coeur, Francesca entre en guerre contre les monstres qui font commerce de " la pureté et de l'innocence " !

Afficher en entier
Or

Cette fois, Francesca s'implique encore plus dans son enquête, quitte à se faire passé pour une "femme de joie", alors même que ses fiançailles avec Calder sont annoncées, ce qui n'est pas pour faire plaisir à Riggs.

Afficher en entier
Diamant

L'un de mes tomes préférés, la courageuse Francesca se retrouve tiraillée entre les deux frères. Au fur et à mesure, on se prend à apprécier le terrible Calder et du coup à trouver Rick beaucoup moins intéressant.

Afficher en entier
Diamant

C'est encore un sans faute pour ce tome.

J'adore tout dans cette série, les personnages, les énigmes, la sensualité et les sentiments. Je suis toujours surprise d'arriver à la fin de ma lecture sans avoir vu défiler les pages. Et j'avoue que je suis toujours scotchée par les rebondissements.

Francesca est un personnage que j'adore avec son tempérament casse cou, son romantisme, son intrépidité et son altruisme.

Spoiler(cliquez pour révéler)Bragg plus j'avance dans les tomes et moins je l'apprécie. Je n'aime pas du tout qu'il reproche à Francesca ses fiançailles avec Calder alors que lui couche tous les soirs avec sa femme. J'en viens à me demander si finalement il aime Francesca. Je n'aurai jamais penser en arriver à me poser ces questions.

Calder j'adore ce personnage ultra complexe. J'aime découvrir un peu plus sa vraie nature, celle qu'il cache à tous mais pas à Francesca.

Plus on avance dans les tomes et plus on se rend compte qu'il n'est pas aussi mauvais. Qu'il est sincère envers Francesca et qu'elle est l'amour de sa vie même s'il n'en a pas encore pris conscience. Francesca a vraiment une très bonne influence sur lui.

Comme toujours j'ai hâte de découvrir la suite.

Afficher en entier
Diamant

Premier tome de la série que je lis en anglais, pour ceux qui veulent se lancer n'hésitez pas il n'y aucune difficulté majeure de vocabulaire, à part peut être le lexique policier. Ce tome commence 1 mois après la fin du précedent, Fransceca est partie sans prévenir personne pour réfléchir sur ses fiançailles qu'elle a accepté. Lorsque Calder la retrouve, il prend le taureau par les cornes et annonce leur fiançailles en public... Immédiatement après les félicitations de rigueur, Fransceca se lance dans une nouvelle enquête, accompagnée de Calder. De jeunes filles de 12 à 14 ans disparaissent mystérieusement, avec le point commun d'être toutes sublimes... Calder suspecte vite un réseau de prostitution avec de très jeunes filles. Nos deux héros vont donc enquêter sur toutes les pistes possibles, sans trop être avancés. Après s'être disputée avec Calder, Francesca décide de s'engager dans... une maison close, afin d'interroger les clients. De son côté Calder est allé dans la même maison close, et a demandé à avoir une très jeune fille pour la nuit. Puis le soir venu, nos deux héros se retrouvent très surpris ^^. Les personnages secondaires sont assez peu présents, ont sait que Connie est réconciliée avec son mari et qu'Evan a pris Bartolla comme maîtresse. Pour ce qui est de Rick il tente de réapprendre tant bien que mal à vivre avec sa femme, tout en souhaitant qu'elle parte, cependant un accident va arriver et tout bouleverser...

Afficher en entier
Diamant

Un tome excellent ! L'intrigue policière est intéressante et bien menée. Francesca se retrouve encore une fois au coeur de l'action, ce qui lui la place dans des situations délicates : elle rentre dans une maison close et Spoiler(cliquez pour révéler)se fait agresser.

Quant aux sentiments, ça devient de plus en plus chaud entre Calder et Francesca (il y a une fameuse scène de sexe toutefois la vertu de Fran reste intacte). Pour Bragg, tout va basculer Spoiler(cliquez pour révéler)les chevaux d'une carriole volée s'emballent et se précipitent sur Leigh Anne : celle-ci est gravement blessée à la jambe. A la fin du livre, celle-ci est dans le coma, on ne sait pas si elle se réveillera. Si elle se réveille, elle sera lourdement handicapée puisqu'elle ne pourra plus jamais marcher.

Pour en revenir à la relation Fran/Calder, c'est un pas en avant, deux pas en arrière. J'adore suivre leurs pensées, leurs sentiments vis-à-vis de l'autre : Calder est de plus en plus jaloux tandis que Fran est de plus en plus attirée par lui. L'aime-t-elle ? En tout cas elle se pose 2 fois la question.

Vivement le prochain tome !

Afficher en entier
Diamant

Un tome très bien mené où l'aventure et le suspense sont présents. Francesca reste toujours une femme déterminée,amoureuse de la justice et de l'action.Encore sur une nouvelle enquête; elle est maintenant fiancée au charismatique Calder Hart , au grand désespoir du demi-frère de celui-ci.

Je suis toujours aussi fan! Mais la suite n'a pas été traduite en français, donc je vais devoir lire les deux derniers tomes en...anglais! Bonne lecture!

Afficher en entier

Date de sortie

Une enquête de Francesca Cahill, Tome 6 : Promesse fatale

  • France : 2015-06-03 - Poche (Français)

Activité récente

Aich4 l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-13T17:57:53+02:00
laviou l'ajoute dans sa biblio or
2017-08-25T17:17:02+02:00

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 67
Commentaires 8
Extraits 3
Evaluations 19
Note globale 8.74 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode