Livres
392 453
Comms
1 376 048
Membres
284 067

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

American Gods



Description ajoutée par x-Key 2013-04-01T22:15:36+02:00

Résumé

A peine sorti de prison, Ombre apprend que sa femme et son meilleur ami viennent de mourir dans un accident de voiture et qu'ils étaient amants. Seul et désemparé, il accepte de travailler pour un mystérieux individu qui se fait appeler Voyageur. Entraîné dans une aventure où ceux qu'il rencontre semblent en savoir plus sur ses origines que lui-même, Ombre va découvrir que son rôle dans les desseins de l'énigmatique Voyageur est bien plus dangereux qu'il aurait pu l'imaginer. Car, alors que menace un orage d'apocalypse, se prépare une guerre sans merci entre les anciens dieux saxons des premiers migrants, passés à la postérité sous les traits des super-héros de comics, et les nouveaux dieux barbares de la technologie et du consumérisme qui prospèrent aujourd'hui en Amérique...

Afficher en entier

Classement en biblio - 324 lecteurs

Or
91 lecteurs
PAL
117 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par anonyme 2014-04-07T11:17:55+02:00

L'homme peuple les ténèbres de fantômes, de dieux, d'electrons, de contes. L'homme imagine, l'homme croit, et c'est sa foi, cette foi inaltérable, qui déclenche les événements.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Bluenn 2017-11-18T15:25:09+01:00
Or

Ma chronique complète: https://ombrebones.wordpress.com/2017/11/18/american-gods-neil-gaiman/

American Gods est très intelligent et bien construit. Neil Gaiman nous offre un roman profond qui nous oblige à nous questionner sur la notion de foi, de dieu(x), de croyance, tout simplement, et sur notre société, sur nos habitudes personnelles, le tout sans en avoir l’air. J'ai adoré faire ce voyage en sa compagnie, même si j'ai ressenti quelques longueurs parfois, qui servent pourtant à immerger davantage le lecteur dans sa découverte. Un bien beau voyage que je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ryusuka 2017-11-06T23:28:35+01:00
Bronze

J'ai trouvé ce livre assez addictif et original, mais pour moi il manquait tout de même un petit quelque chose. J'ai trouvé qu'on tournait en rond pas mal de temps sans que l'on sache où l'histoire veut nous emmener. J'ai trouvé des petits manquements dans le scénario :

Spoiler(cliquez pour révéler)
- Le personnage de Laura qui m'a l'air d'être un personnage Joker, sortant Ombre de la galère plusieurs fois, mais sa raison d'être est juste du à de la pure chance.

- Tout le monde à l'air de craindre Ombre mais il ne fait rien de tout le livre. Il suit seulement Voyageur partout et reste à l'écart des conversations. Sinon, il reste caché dans une ville.

J'ai trouvé le personnage d'Ombre très lisse, sans personnalité. J'ai trouvé en général un manque de description des personnage, et pourtant y'avait de quoi faire. Egalement niveau écriture, j'ai remarqué quelque passage étrange mais cela est peut etre du a la traduction.

Néanmoins, j'ai bien découvrir tout les personnages du roman. J'ai bien aimé les mini histoire entre chaque chapitre. Le roman était assez addictif et original du je le met en Bronze.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anna19 2017-10-21T14:22:08+02:00
Or

J'ai voulu lire American Gods parce que j'ai vu la saison 1 de l'adaptation en série et que, si le concept me fascinait et que, visuellement j'ai trouvé ça magnifique, du point de vue de l'intrigue, j'étais restée sur ma faim. Le roman de Neil Gaiman se démarque assez vite de la série TV, tant dans l'intrigue, qui prend d'autres chemins, que dans le développement des personnages. En effet, si j'avais trouvé Shadow un peu lisse dans la série, dans le livre, je me suis vite attachée à cet homme qui voit le monde autour de lui prendre un nouveau visage et qui se retrouve entraîné malgré lui dans une histoire invraisemblable.

Il y a, dans American Gods, un sens de l'onirisme et de l'imaginaire très développé, on va assister à des scènes délirantes, rencontrer des personnages mystérieux et se retrouver entraîné dans une lutte à échelle divine qui fera paraître la réalité telle que nous la connaissons comme toute petite et toute fripée. American Gods, c'est aussi un peu un road-trip, un voyage à travers une Amérique imagée et fantasmagorique.

Shadow est un peu comme Alice tombée dans le terrier du lapin, ici, il oscille entre la réalité et le monde des légendes et mythes. Notre héros est propulsé dans cette aventure et on le sent hébété par tout ce qu'il voit. Comme le lecteur il n'a d'autre choix que de se laisser porter par les événements sans comprendre la moitié de ce qu'il voit ou entend.

Le roman renferme un mélange d'informations sur la culture populaire américaine, l'Histoire des légendes associées à certains lieux, mais aussi des mythologies venues du monde entier, et pas des plus connues. Toutes les petites digressions, tous les chapitres qui se penchent sur un autre temps et d'autres histoires, sont à la fois passionnants à lire et apportent ce quelque chose en plus au roman.

Il se dégage de l'univers créé une impression de grande profondeur, l'auteur ajoute les éléments couche après couche, passe d'un thème à l'autre avec fluidité, nous baigne dans cette étrangeté permanente sans nous y perdre.

Tous les personnages ont ce quelque chose de fascinant, de plus qu'humain comme s'ils ressortaient en surbrillance dans un monde réaliste. C'est une autre des forces d'American Gods : placer ces personnages divins aux pouvoirs incroyables dans un univers parfaitement réaliste, et faire que tout cela nous apparaisse comme parfaitement crédible.

J'ai adoré les révélations de la fin, la manière dont tout s’enchaîne et s’emboîte, dont tout prend son sens alors que les choses ont si longtemps semblé flotter de ci de là sans qu'on cherche réellement à leur donner de raison d'être. L'auteur fait tant d'écarts, de digressions, il nous parlent de tant de thèmes variés qu'on en vient à douter que l'intrigue principale nous mène à une fin digne de ce nom, on se demande plusieurs fois si l'auteur n'a pas perdu le fil de ce qu'il voulait raconter, si tant est qu'il y ait jamais eu un fil. Mais les cinquante dernières pages rassemblent toutes les lignes et les nouent ensemble avec une dextérité et un crédibilité qui force le respect. L'intrigue s'accélèrent, tout prend sens et les personnages qui semblaient errer, perdus dans ce monde trop large pour eux, révèlent enfin toute leur importance et trouvent leur place.

Je ressors de ma lecture avec l'impression d'avoir trouvé en Neil Gaiman un auteur à part, doté d'un imaginaire sur développé et du talent de nous le faire partager. American Gods est un roman complexe, intelligent et marquant, dans lequel on se perd et dont on ressort abasourdi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jukebox_fr 2017-08-20T11:57:37+02:00
Or

https://jukeboxcornerblog.wordpress.com/

Première incursion dans un roman de Neil Gaiman et c'est un coup de coeur. J'ai aussi bien été séduite par l'univers et ses personnages que par l'écriture de l'auteur qui donne une ambiance vraiment particulière à cette histoire un peu fourre-tout mélangeant road trip, enquête, mystique et quête identitaire. Le rythme est très lent, très introspectif, ce qui peut en dérouter plus d'un, mais ne m'a aucunement ennuyée.

D'un côté nous avons les anciens dieux qui ont vécu des millénaires mais dont les méthodes de culte sont totalement inappropriées pour la société moderne, ce qui les met en danger de disparition, et de l'autre, nous avons les nouveaux dieux, fruits immédiats d'une société de consommation et de course au progrès, puissants et influents, mais qui peuvent disparaître aussi vite qu'ils sont apparus.

Et au milieu, il y a Shadow, le personnage principal. Être discret, posé, mesuré, observateur et diplomate dont on imagine que ces traits de caractère ont été façonnés et amplifiés par son séjour en prison. D'un immédiat sympathique, il le devient encore plus au fil du récit. Étonnamment sage, droit et loyal pour un ancien taulard, il est pétri de valeurs et de principes auxquels il ne déroge jamais, quitte à se mettre en danger.

Tout au long du récit plane la question de son identité : être ordinaire ou extraordinaire ? Car avec un nom pareil, on est en droit de douter de sa nature. Mais peu importe la réponse finalement, on sait dès le départ que son rôle dans le dénouement est crucial. Car, avec les dieux, rien n'est jamais laissé au hasard et son enrôlement doit bien faire partie d'un plan (mais lequel ?).

Je me suis risquée à lire le roman en anglais, ce qui s'est avéré ne pas être une mince affaire à cause de l'emploi régulier de mots argotiques et de la retranscription littérale des accents de plusieurs personnages. Cependant, j'ai pu bénéficier d'une édition plus riche agrémentée d'une introduction et d'une postface intéressantes de l'auteur et surtout de la nouvelle "The monarch of the Glen" où ont été confirmées mes théories sur le vrai nom de Shadow. Je suis à présent très tentée de compléter ma découverte de l'univers American Gods avec Anansi Boys et la nouvelle "Black Dog".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SakuraTales 2017-06-23T09:20:34+02:00
Argent

J'ai du mal à lire en ce moment, et il est vrai que j'ai mis plus d'un mois à vraiment entrer dans l'histoire. Le roman se met en place très doucement, et c'est surtout dans les 250 dernières pages que j'ai commencé à être attrapée !

Ce que j'ai aimé dès le début, c'est le caractère d'Ombre. Je ne sais pas trop pourquoi mais j'ai beaucoup aimé cette façon qu'il a de regarder le monde comme derrière un écran, d'agir justement, mais toujours avec calme... Son caractère évolue pendant le livre, en particulier après une remarque d'un autre personnage, mais il garde cette placidité que je trouve absolument géniale.

Le livre est souvent opaque car les Dieux ne dévoilent jamais rien, tout est sous-entendu, et il est parfois facile de se perdre dans les méandres des actions dont on ne comprend pas la finalité. Néanmoins suivre Ombre reste agréable, et j'ai aussi beaucoup apprécié tous les moments qu'il passe à Lakeside même si paradoxalement il ne s'y passe pas grand chose.

C'était pour moi une première découverte de Neil Gaiman et je suis contente de l'avoir lu. Le livre tirait un peu en longueur, et j'ai trouvé que certaines choses étaient trop souvent éludées ( quid des Dieux chrétiens, musulmans etc ?), mais dans l'ensemble ma lecture a été agréable, la plume de Mr Gaiman se lit facilement, et le personnage principal est très attachant. Enfin les questionnements sur les croyances peuvent être intéressants, même si étrangement, je ne les ai pas trouvé assez poussés.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par viveleslivres 2017-06-15T08:38:51+02:00
Pas apprécié

J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire du fait de l'intrigue qui met longtemps à s'installer à mon goût. J'étais un peu perdu avec des histoires qui coupent l'histoire principal.

J'ai cependant bien apprécier le dénouement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elerinna2 2017-06-07T12:48:31+02:00
Bronze

Je suis assez mitigé sur ce Gaiman, il est clairement mieux que Neverwhere à mes yeux mais reste moins bon que les autres que j'ai lu.

Le concept est super intéressant, j'ai adoré aussi suivre les péripéties d'Ombre auquel j'ai fini par m'attacher, mais il y a pas mal de longueurs et les personnages tout intéressant qu'ils soient manquent de développement à part le protagoniste. Enfin pour un livre sur les dieux ça en manquait pas mal je trouve (d'ailleurs je n'ai vu aucun dieu greco-romain) et ceux qu'on rencontre ne sont pas forcement les plus connu (à part Odin, Anubis et Bastet). J'aurais aimé que l'auteur alterne plus entre les figures très connus et les moins populaire.

Néanmoins le style est agréable, l'histoire passionnante et la conclusion très intéressante (bien que la fin soit un peu rapide) et j'ai trouvé l'épilogue parfait.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Keikana 2017-04-19T18:19:45+02:00
Argent

Habituée à lire Gaiman en tant qu’écrivain pour la jeunesse, j’ai été un peu surprise au départ de l’entendre jurer comme un charretier toutes les deux pages. Puis j’ai arrêté de faire ma chochotte et reconnu que ce langage convenait tout à fait au milieu carcérale et à l’environnement des malfrats. De plus, Gaiman garde sa poésie et nous communique quelque chose de tendre et de profond à travers Ombre.

Malheureusement, il m’a fallu attendre la moitié du livre pour m’en rendre compte. En effet, jusqu’à ce moment-là j’avais l’impression de ne pas aimer ma lecture, de ne pas m’attacher aux personnage et de ne pas comprendre vraiment où l’auteur nous emmenait. La cata, quoi. Sauf que le lundi matin, alors que je finissais mon sac pour trois jours sans rentrer à la maison (ce qui impliquait pas mal de trajets en train pendant lesquels je pouvais lire), je me suis rendue compte que je n’avais pas envie de laisser le livre dans ma chambre, qu’il fallait que je sache la suite et ce qu’allait devenir Ombre et Voyageur et tous les autres !

J’ai donc attraper le bouquin avant de claquer ma porte d’entrée et c’est à partir de là que je ne l’ai plus lâché!

A cheval entre rêve et réalité, Gaiman nous parle de dieux. Il parle de la mythologie de l’Amérique qui a vu son peuple changer en fonction des bateaux qui arrivaient et déferlaient leur cargaisons d’hommes et de femmes aux croyances diverses, aux passés multiples et aux origines innombrables. Chacun de ces émigrés apportait dans ses bagages un rituel, une superstition, un dieu et les planta dans le sol américain. Certaines de ces divinités ont survécu mais se sont effacées, d’autres ont été oubliées et ont disparues, quelques unes se battent encore farouchement pour rester puissantes. Puis de nouveau dieux sont apparus. Ceux de la consommation, de la TV, des transports aériens… et n’acceptent pas vraiment la présence des anciennes traditions. Un conflit couve et enfle et c’est Ombre, qui n’a rien demandé à personne, qui se retrouve au milieu de tout ça.

Ce n’est pas une critique de la société. Gaiman n’est pas exhaustif (il ne parle pas des « grandes religions actuelles » comme l’Islam, le Judaïsme ou le Christianisme) et n’influence pas le lecteur en faveur d’un camp ou l’autre, des modernes ou des anciens. C’est un voyage, parfois roadtrip, parfois voyage chamanique ponctuer d’anecdotes, de théories sur l’évolution de la société, de réflexion et d’images.

J’ai bien aimé ma lecture mais je dois aussi avouer que je l’ai trouvé un peu longue, surtout vers la fin. 600 pages en livre de poche, ça fait tout de même une belle brique et Gaiman aime prendre son temps. A sa décharge, j’ai aussi une belle PAL qu’il me tarde de faire fondre et c’est peut-être pour cette raison que j’avais envie de terminer plus rapidement cette lecture. Pas un coup de cœur, donc, mais un livre que je suis heureuse d’avoir lu et une facette de l’auteur que je suis contente d’avoir rencontrée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par tommyvercetti 2017-04-19T15:56:15+02:00
Or

Je ne m'attendais pas à ce genre d'histoire, si sérieuse, si dramatique. Je pensais trouver quelque chose de plus léger, voire humoristique. Au lieu de cela, c'est un vrai roman intense et dramatique, violent, cru parfois, "vrai". Sur notre monde, et pourtant sur des choses tellement irréelles, surnaturelles, qu'on s'en sent parfois loin. Le thème, déjà vu, concerne la foi, les religions, la réalités des croyances et ce qu'elles rendent réel. Ici, c'est avec les divinités, les mythologies du passé de l'humanité, et surtout les Etats Unis, l'immigration des peuples, qui ont amené avec eux leurs croyances, au fil des siècles, des millénaires...

Des dieux abandonnés sur cette terre qui se peuple de nouvelles divinités, au 21e siècle, et qui se trouve dans une réalité bien mortelle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chess 2017-04-18T11:42:59+02:00
Bronze

Jusqu'à maintenant, j'ai lu 3 romans de Neil Gaiman: Coraline, The Graveyard book (aka L'étrange vie de Nobody Owens) et L'Océan au bout du chemin. J'ai aimé chacun d'entre eux, à des degrés différents mais quand même. Sauf que American Gods... J'ai du mal. Beaucoup de mal.

Gaiman y montre encore un univers déroutant où magie et réalité se confondent, ce que j'aime chez cet auteur. Mais les personnages semblent peu approfondis, Ombre me fait plus penser à un robot qu'à quoi que ce soit d'autre, étant donné qu'on perçoit à peine ses pensées et ses sentiments (en considérant qu'il en a, parce que ce n'est franchement pas flagrant). Il y a tout plein de descriptions étranges, tellement déroutantes que je n'arrive pas toujours à m'imaginer les scènes. Les répliques sont parfois drôles et me font sourire mais je n'arrive pas très bien à comprendre ce que je suis en train de lire.

EDIT: Tout ça pour ça? Au final, je pense que les 600pages ne sont pas franchement nécessaires pour un dénouement si abrupte, une intrigue si facilement résolue. Je reste sur mon avis que Ombre n'est pas attachant, ce qui est dommage puisqu'il est le personnage principal. D'ailleurs, que ce soit lui ou les autres, aucun ne m'a vraiment interpellé. Malgré tout, Neil Gaiman a ce style qui lui est propre, fascinant, poétique et très visuel, un style que j'affectionne. Je pense qu'un jour, je relirai ce livre, au calme, à un moment où j'aurai vraiment du temps à lui consacrer et pas comme là, à le lire par petit bout pendant mon temps libre tous les jours.

Afficher en entier

Dates de sortie

American Gods

  • France : 2002-06-12 (Français)
  • France : 2004-09-17 - Poche (Français)

Activité récente

Bluenn le place en liste or
2017-11-18T15:21:54+01:00
Anna19 le place en liste or
2017-10-21T14:21:01+02:00

Les chiffres

Lecteurs 324
Commentaires 45
Extraits 46
Evaluations 70
Note globale 7.72 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode