Livres
464 097
Membres
424 257

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Vicomte de Bragelonne



Description ajoutée par Aude 2010-07-23T00:26:57+02:00

Résumé

Au mois de mai 1660, le vicomte de Bragelonne arrive au château de Blois, porteur d'une lettre annonçant à Monsieur, le frère de Louis XIII, l'arrivée de Louis XIV et de la cour.

La nuit suivante, un homme se présente au monarque : c'est le roi d'Angleterre Charles II, dépouillé de son royaume, qui vient demander au roi de France de l'argent ou des hommes afin de reconquérir sa couronne. Mazarin refuse. Sur le chemin du retour, Charles II rend visite à Athos qui lui propose son aide...

Publié de 1847 à 1850, Le Vicomte de Bragelonne achève la trilogie ouverte par Les Trois Mousquetaires et poursuivie avec Vingt ans après. Mais ce troisième volet est placé sous le signe du désenchantement et de la mélancolie : les repères dont disposaient les mousquetaires pour régler leur action vacillent dans un monde qui a changé.

Afficher en entier

Classement en biblio - 252 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par anonyme 2016-05-08T22:18:02+02:00

Celle qui était appuyée sur la chaise, c’est-à-dire la bruyante, la rieuse, était une belle fille de dix-neuf à vingt ans, brune de peau, brune de cheveux, resplendissante, par ses yeux, qui s’allumaient sous des sourcils vigoureusement tracés, et surtout par ses dents, qui éclataient comme des perles sous ses lèvres d’un corail sanglant.

Chacun de ses mouvements semblait le résultat du jeu d’une mime ; elle ne vivait pas, elle bondissait.

L’autre, celle qui écrivait, regardait sa turbulente compagne avec un œil bleu, limpide et pur comme était le ciel ce jour-là. Ses cheveux, d’un blond cendré, roulés avec un goût exquis, tombaient en grappes soyeuses sur ses joues nacrées ; elle promenait sur le papier une main fine, mais dont la maigreur accusait son extrême jeunesse. À chaque éclat de rire de son amie, elle soulevait, comme dépitée, ses blanches épaules d’une forme poétique et suave, mais auxquelles manquait ce luxe de vigueur et de modelé qu’on eût désiré voir à ses bras et à ses mains.

— Montalais ! Montalais ! dit-elle enfin d’une voix douce et caressante comme un chant, vous riez trop fort, vous riez comme un homme ; non seulement vous vous ferez remarquer de messieurs les gardes, mais vous n’entendrez pas la cloche de Madame, lorsque Madame appellera.

La jeune fille qu’on appelait Montalais, ne cessa ni de rire ni de gesticuler à cette admonestation, seulement elle répondit :

— Louise, vous ne dites pas votre façon de penser, ma chère ; vous savez que messieurs les gardes, comme vous les appelez, commencent leur somme, et que le canon ne les réveillerait pas ; vous savez que la cloche de Madame s’entend du pont de Blois, et que par conséquent je l’entendrai quand mon service m’appellera chez Madame. Ce qui vous ennuie, c’est que je ris quand vous écrivez ; ce que vous craignez, c’est que madame de Saint-Remy, votre mère, ne monte ici, comme elle fait quelquefois quand nous rions trop ; qu’elle ne nous surprenne, et qu’elle ne voie cette énorme feuille de papier sur laquelle, depuis un quart d’heure, vous n’avez encore tracé que ces mots : Monsieur Raoul. Or vous avez raison, ma chère Louise, parce que, après ces mots : Monsieur Raoul, on peut en mettre tant d’autres, si significatifs et si incendiaires, que madame de Saint-Remy, votre chère mère, aurait droit de jeter feu et flammes. Hein ! n’est-ce pas cela, dites ?

Et Montalais redoublait ses rires et ses provocations turbulentes.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Honte à moi... n'ayant pas accès à booknode au moment où je l'ai lu, j'ai oublié par la suite de l'entrer pensant que je l'avais déjà fait.

Une fin...époustouflante, à la Dumas... On ne peut se prétendre amateur de roman de cape et d'épée et n'avoir jamais lu ce livre, encore moins l'avoir lu sans l'apprécier... oui on peut haïr Dumas pour ce qu'il inflige à nos héros dans ce livre, oui on peut gémir devant leur fin, mais on ne lui ôtera pas ce caractère trépidant, saisissant, magique qui en fait un quasi manifeste du genre...

Spoiler(cliquez pour révéler) Ah! la fin, la fin! Pourquoi Dumas prend-il un tel plaisir à faire mourir ses héros? Pourquoi cette passion des fins tragiques? Mystère...

J'ai versé des flots de larmes à la mort de Porthos, au moins autant à celle de Raoul, et peut-être encore plus à celle d'Athos... D'Artagnan m'a trouvé vide de larme... et puis il part rejoindre ces amis... c'est sublime, un trou immense s'est creusé dans mon cœur, mais je ne l'ai pas pleuré... je n'en avais plus la force... Aramis, Aramis...pourquoi?

Afficher en entier
Or

Un roman captivant dans la lignée des mousquetaires et autres Comte de Monte-Cristo.

Une belle intrigue, une histoire savamment écrite avec la plume si magique de Dumas.

Un incontournable pour les amateurs de cape et d'épée.

A lire, bien sûr !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-06-13T18:20:53+02:00
Argent

J'ai particulièrement aimé ce livre, après la lecture des Trois Mousquetaires, cela ne m'a pas dépaysé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bluenn 2019-02-23T20:58:18+01:00
Diamant

Ma chronique complète: https://ombrebones.wordpress.com/2019/02/23/le-vicomte-de-bragelonne-1-alexandre-dumas/

Une digne suite et fin pour nos mousquetaires. Coup de coeur ♥

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NathAries 2019-02-10T19:39:51+01:00
Or

Alors là, je n'ai pas du tout accroché ! trop d'intrigues, pas assez d'action. Un comble pour nos mousquetaires ! Les atermoiements amoureux de Louis XIV, Louise de La Vallière, Raoul de Bragelonne, Madame Henriette et le comte de Guiche... au secours ! J'aurais voulu que la mort de Raoul, un suicide déguisé, me touche. Mais l'amour à la manière romantique (au sens littéraire, tel qu'on nous l'enseigne en cours de français), c'est trop.

Heureusement qu'Aramis a un cerveau et "ce prodigieux génie (...), un génie d'astuce et d'intrigue" (dixit Dumas), pour nous servir un bel et beau complot, qu'il paiera certes très cher, mais qui nous rappelle qu'ils sont des hommes d'action.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MilieP 2018-01-31T14:09:07+01:00
Lu aussi

Spoiler(cliquez pour révéler) Une fin très dure mais assez réaliste !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2017-08-21T22:01:46+02:00
Bronze

On a adoré nos mousquetaires dans les tomes precedents.

On est ravis de les retrouver

On est si triste de les voir disparaitre, certains ont perdu leur moitié... que cette lecture etait belle et agreable

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DarkTales 2017-05-04T22:30:49+02:00
Or

A travers l'avènement du roi Louis XIV, les sentiments et les intrigues s’emmêlent: corruption, passion, honneur. Avec une fin digne des quatre mousquetaires qui m'a rendu nostalgique à la dernière page.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bubu563 2017-02-05T21:12:21+01:00
Diamant

Me concernant, plus les romans de Dumas sont longs, plus je les aime; c'est les cas des mousquetaires, des Mohicans de Paris et des Mémoires d'un médecin.

J'aime aussi beaucoup ses récits de voyages car les anecdotes sont souvent amusantes et parfois à exploser de rire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par neawin 2017-02-05T10:45:13+01:00
Argent

Le troisième volet de la série fait d'intrigue, de complot et de désillusion. Il y a une grande partie d'histoire qui rend parfois le récit un peu long mais reste tout de même très intéressant quand on aime l'histoire.

J'ai bien aimé ce dernier tome, il a une partie triste car on voit nos 4 amis vieillir et comment ils terminent leur vie.

Une agréable lecture, comme à chaque fois avec Alexandre Dumas !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2017-01-13T19:56:40+01:00
Diamant

Le souvenir des quatre fameux est partout, mais leurs exploits sont rares. Ils ne sont jamais réunis. Parfois un peu long (les passages sur les amours royales), mais c'est un roman qui mélange les genres : épopée ("la Mort d'un géant"), historique, pastorale, politique, policier, presque fantastique... C'est un crève-coeur de se séparer des personnages qui nous accompagnent depuis le début. Porthos est un héros antique, Athos devient un martyr, d'Artagnan un demi-dieu. Et Aramis, l'intrigue, reste seul à la fin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bubu563 2017-01-06T23:33:23+01:00
Diamant

Dumas fils entra un jour chez son père, et voyant celui-ci pleurer, lui demanda évidemment ce qui lui causait du chagrin.

Réponse du maître: "Je viens de tuer Porthos..."

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Vicomte de Bragelonne

  • France : 1998-04-09 (Français)
  • France : 2005-03-01 - Poche (Français)

Activité récente

Alaisse l'ajoute dans sa biblio or
2019-06-25T22:10:20+02:00
saielle l'ajoute dans sa biblio or
2019-04-12T21:33:37+02:00
Ambigat l'ajoute dans sa biblio or
2018-09-07T11:25:02+02:00
Fine-1 l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-28T17:28:09+02:00
margen l'ajoute dans sa biblio or
2018-06-10T12:26:48+02:00

Les chiffres

Lecteurs 252
Commentaires 25
Extraits 19
Evaluations 48
Note globale 8.2 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode