Livres
516 051
Membres
530 020

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Quatre Cavaliers, Tome 1 : Pestilence



Description ajoutée par louloute2594 2019-08-10T19:01:19+02:00

Résumé

Ils sont venus sur terre – Pestilence, Guerre, Famine et Mort.

Chevauchant leurs effroyables destriers, les quatre cavaliers ont parcouru le globe, avec chacun le pouvoir d'anéantir l'humanité. Ils sont venus sur terre... pour nous éliminer tous.

Quand Pestilence se dirige vers sa ville, Sara Burn n'a qu'une seule certitude : tous ceux qu'elle connaît, tous ceux qu'elle aime, vont mourir. À moins, bien sûr, que le cavalier aux traits angéliques ne soit arrêté avant. Et c'est exactement ce qu'elle espère accomplir lorsqu'elle tire sur la créature démoniaque et la jette à bas de sa monture. Dommage que personne ne l'ait informée que Pestilence ne peut être tué. Le cavalier – bien vivant et extrêmement furieux – la retient maintenant prisonnière et a hâte de la voir souffrir. Pourtant, après des semaines passées à ses côtés, les sentiments qu'il éprouve pour elle, et ceux qu'elle ressent pour lui, deviennent de plus en plus confus. Sara a peut-être enfin l'opportunité de sauver le monde... mais son cœur, lui, a de fortes chances d'y rester.

Afficher en entier

Classement en biblio - 230 lecteurs

Extrait

— Pourquoi pas ? (Pestilence a l’air offensé.) Tu as honte de moi ?

— Hein ? (Il m’a perdue là. Je me tourne vers lui.) Tu sais qu’il est rare que les gens se…

Se marient pour si peu.

Sauf que beaucoup le font… Et ils se connaissent parfois moins bien que Pestilence et moi, et pour des raisons souvent moins nobles que « On a couché ensemble, tu es à moi désormais ».

Mais moi, Sara Burns, ai besoin d’un peu plus de motivation avant de me marier avec un foutu Cavalier de l’Apocalypse.

— Pourquoi veux-tu m’épouser ?

Je n’aurais jamais cru avoir un jour cette conversation.

— Tu t’es livrée à moi, comme je me suis livré à toi. Tu es tout entière à moi, par l’esprit, l’âme et la chair.

Oula… J’ai manifestement affaire à un messager de l’Ancien Testament. Pestilence s’attend probablement à ce que mon père lui cède aussi deux vaches et quatre chèvres.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Pas apprécié

Dire du mal d'un livre n'est pas ce que je préfère faire. Selon moi, chaque écrit mériterait d'être honoré pour toutes les heures de travail passées dessus. Je tiens à le préciser avant de commencer à donner mon avis. Malheureusement, je dois rester objective, et quand rien ne va, rien ne va.

La nouvelle saga « Les Quatre Cavaliers » de Laura Thalassa me faisait terriblement envie. Bien que je ne connaissais pas du tout l'auteure, l'histoire me semblait assez originale dans sa thématique, et j'avais relativement confiance en la maison d'édition. Autant dire que je me suis précipitée dessus sans avoir toute ma tête, et que le résultat final n'a pas été des plus glorieux.

Qu'est-ce qui ne va pas ?

Ce premier tome sur « Pestilence » m'a profondément ennuyé. Le premier chapitre n'était pas si mauvais, et je pensais sincèrement que l'histoire allait me passionner. Mais au fur et à mesure de ma lecture, j'ai réalisé que l'histoire n'avait rien d'accrocheur. Cette thématique sur les quatre cavaliers de l'Apocalypse était vraiment bien trouvée, mais je suis assez frustrée de m'en être complètement désintéressée. Son développement est malheureusement trop fade, avec trop de passages sans intérêts et parfois même redondants. Si je devais faire un résumé, je dirais juste que les personnages vont de maison en maison, après un trajet à cheval. L'histoire aurait pu être plus passionnante si elle n'avait pas manqué autant de rythme. Il n'y avait pas assez de rebondissements à mon goût.

Le deuxième problème que j'ai pu relever, c'est que l'histoire tourne seulement autour de Pestilence et de Sara. Nous n'avons pas de personnages secondaires pour les accompagner, si ce n'est des rencontres temporaires. Et en toute franchise, je n'ai accroché à aucun des personnages dont les réactions m'ont paru tellement surréalistes. La romance s'installe trop rapidement, et je n'arrive pas à comprendre comment Sara a pu tomber amoureuse d'un homme comme lui qui s'est comporté comme un monstre pendant la majorité de l'histoire. Il n'a preuve d'aucune pitié, autant dans son traitement que dans celui des autres. Je ne comprends pas non plus comment elle peut le défendre et même critiqué les tentatives de meurtre à son encontre alors qu'elle-même a tenté de l'assassiner. C'est un peu hypocrite de sa part. Et même si Pestilence se rattrape sur les derniers chapitres, impossible d'oublier son manque de compassion, sa cruauté et sa détermination à terminer sa tache. C'était beaucoup trop.

Je pense avoir fait le tour de ce que je pensais. C'est une déception, clairement. Je pense pas poursuivre cette saga dont le deuxième tome sera sur Guerre. Personnellement, je ne recommanderais pas ce livre mais je vous laisse vous faire votre propre décision sur le sujet. Ce qui ne me plait pas pas aussi vous plaire.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Pas apprécié

je n’ai absolument pas accroché avec la plume de l’autrice, sa narration m’a dérangé une bonne partie de ma lecture.

Je voulais lire cette saga sur les cavaliers de l’apocalypse, mais je reste sur ma faim, je n’ai pas adhérer à l’histoire, on s’ennuie, j’ai eu l’impression d’être dans un huis clos ou la seule chose qui changeait était le décor des maisons, (et pourtant on ne s’attarde pas dessus).

J’ai apprécié Sara mais j’ai eu beaucoup de mal avec Pestilence.

C’est lent, répétitif.

On est bien loin des cavaliers de l’Apocalypse de Larissa Ione.

Dommage.

Afficher en entier
Or

D’emblée j’ai été séduite par la fluidité des écrits, mais aussi la manière dont l’auteur nous a happé dans son univers.

Celui ci est sombre, et d’un réalisme certain.

On arrive à s’immerger et à se représenter cette quasi-fin du monde car tous les détails sont là macabres ou violents.

Les sentiments des personnages qu’ils soient secondaires ou principaux sont racontés avec une sensibilité touchante.

La peur, l’amour, la rage, la compassion, le désespoir etc tout est magnifiquement décrit, Rien n’est de trop.

Pour ce qui est l#histoiredamour entre Pesti ( et oui c’est mon pote ) et Sara, notre héroïne, certes elle est prévisible mais si belle.

Sara si jeune mais si vieille dans sa tête, poète dans l’âme et guerrière par conviction.

Pestilence, ange vengeur qui a pour seul credo l’exécution de sa mission divine.

Imaginez vous leur relation, qui débutera par une haine réciproque et changera petit à petit au gré des événements.

Une histoire magnifique a #lire, qui tourne autour de l’appréhension de l’humanité avec ses deux facettes, un soupçon de métaphysique avec la religion et beaucoup de sentimentalisme sans verser dans l’excès.

J’ai savouré chaque mots,chaque phase de cette histoire,la candeur de Pestilence m’a conquise, les tourments amoureux de Sara alliés à sa culpabilité même la haine des autres m’a conquise.

Bref je suis limite en train de crier au #coupdecoeur.

Afficher en entier
Or

Une idée originale pour une romance. L'écriture est agréable et les personnages sont travaillés et plutôt complexes, ils ne tombent pas amoureux dès le premier jour ce qui est super niveau réalisme. Un premier tome prometteur.

Afficher en entier
Or

D’emblée j’ai été séduite par la fluidité des écrits, mais aussi la manière dont l’auteur nous a happé dans son univers.

Celui ci est sombre, et d’un réalisme certain.

On arrive à s’immerger et à se représenter cette quasi-fin du monde car tous les détails sont là macabres ou violents.

Les sentiments des personnages qu’ils soient secondaires ou principaux sont racontés avec une sensibilité touchante.

La peur, l’amour, la rage, la compassion, le désespoir etc tout est magnifiquement décrit, Rien n’est de trop.

Pour ce qui est l#histoiredamour entre Pesti ( et oui c’est mon pote ) et Sara, notre héroïne, certes elle est prévisible mais si belle.

Sara si jeune mais si vieille dans sa tête, poète dans l’âme et guerrière par conviction.

Pestilence, ange vengeur qui a pour seul credo l’exécution de sa mission divine.

Imaginez vous leur relation, qui débutera par une haine réciproque et changera petit à petit au gré des événements.

Une histoire magnifique a #lire, qui tourne autour de l’appréhension de l’humanité avec ses deux facettes, un soupçon de métaphysique avec la religion et beaucoup de sentimentalisme sans verser dans l’excès.

J’ai savouré chaque mots,chaque phase de cette histoire,la candeur de Pestilence m’a conquise, les tourments amoureux de Sara alliés à sa culpabilité même la haine des autres m’a conquise.

Bref je suis limite en train de crier au #coupdecoeur.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai pas appréciée ce premier tome car des le début j'avais l'impression d'avoir ratée le début du récit.

Les personnages sont vraiment fade, surtout Pestilence est "s'il vous plait" lol que dire de Sara ....

Bref gros déception, mais malgré tout je vais lire le tome 2 "Guerre"

Afficher en entier
Or

C'est presque un coup de cœur. C'était très bien parti, dès le prologue on est happé par l'histoire, on entre dans le bain directement, rien n'est trop compliqué. On arrive à s'imaginer le monde dans lequel évoluent les personnages sans se perdre dans des descriptions qui font des pages et des pages. Bon point.

J'ai adoré le contexte (la peste, le côté apocalyptique), les personnages (surtout les 4 Cavaliers même si dans ce tome on ne voit que Pestilence).

C'est l'intrigue qui, je pense, me retient de mettre un coup de cœur. Rien à redire sur l'écriture, sur l’additivité du texte (je l'ai dévoré), c'est juste que je ne m'attendais pas à ce que la romance ait une place aussi importante. Il y a des scènes d'action, etc, mais je m'attendais (je crois) à plus de bastons. Au lieu de quoi, c'est vraiment centré sur le combat intérieur des deux personnages principaux sur l'éveil de leurs sentiments. Ils ont des positions opposées en ce qui concerne le sort de l'humanité et j'ai apprécie leurs discussions où ils font part de leur point de vue. Du coup, un amour assez malsain voit le jour (on apprécie ou non d'ailleurs, ça peut être assez déconcertant). Bien sûr, ce n'est pas parce que je m'attendais à autre chose que j'ai détesté ce que j'ai lu. Au contraire. J'ai adoré et je recommande aux fans de romance qui apprécient une touche sobre de fantastique.

Afficher en entier
Argent

j'avoue, la couverture m'a moyennement emballée, c'est plutôt le résumé qui a fait la différence. J'avais un peu délaissé les romances teintées de surnaturel, et j'ai été très agréablement surprise !

la lecture est addictive, je me demandais ou l'auteure voulait m'emmener et je trouve que l'histoire a de la cohérence.

J'ai vraiment bien apprécié et du coup je vais aller vers d'autres titres de cette auteure.

bonne lecture

Afficher en entier
Diamant

https://aliceneverland.com/2020/06/16/les-quatre-cavaliers-tome-1-pestilence-laura-thalassa/

Les quatre cavaliers de l’Apocalypse ont débarqué sur Terre il y a quelques années, réduisant l’humanité à son état primitif. Depuis, ils se sont évanouis dans la nature, jusqu’à la résurgence de Pestilence, ce cavalier répandant maladie et mort dans son sillage.

Alors que sa ville a été évacuée, Sara est restée en arrière afin de tenter le tout pour le tout et de tuer Pestilence, même si l’idée lui fait horreur. Mais elle est prête à se sacrifier pour permettre à sa famille, ses amis, le monde entier, de survivre à cette créature venue tout droit d’un autre univers. Mais rien ne va se passer comme prévu, et la jeune femme va alors se retrouver prisonnière du cavalier.

Rien ne lui sera épargné. Pestilence, fidèle à lui même, et là pour anéantir l’humanité. Il a une mission, confiée par Lui en personne, et rien ne pourra l’empêcher de l’accomplir. Pas même ce petit être humain énervant qui arrive à susciter quelque chose chez lui. Mais quoi ?

J’ai beaucoup aimé la relation entre Sara et Pestilence. L’amour est loin de s’installer dès le premier regard. A l’inverse, la nature même de Pestilence, le pourquoi de son existence répugne Sara au plus profond d’elle-même. Tout comme Pestilence ne voit en Sara que la femme humaine qui a tenté de le tuer malgré ses suppliques. Leur relation évolue lentement, ils vont devoir apprendre à se connaitre, à se comprendre mais, là encore, tout ne se fera pas du jour au lendemain.

J’ai adoré l’univers mis en place par l’auteure. Ce monde qui s’effondre dans lequel l’humanité essaie encore de survivre « comme avant » alors qu’elle sait déjà que cela ne pourra plus être le cas. Nous sommes ici dans un monde apocalyptique, et rien n’est laissé au hasard. D’ailleurs, Laura Thalassa ne nous fera pas de cadeau et nous dévoilera des scènes parfaitement adaptées à ce monde dantesque. Des scènes fortes, tristes, parfois belles malgré la dureté de ce qu’il se passe, le plus souvent horribles et cauchemardesques…

Pourtant, j’ai adoré. J’ai adoré la justesse avec laquelle l’auteure développe tant la relation entre Pestilence et Sara que celle de ce monde en sursis. Ce dernier vaut-il vraiment la peine d’être sauvé ? Il n’y a pas de blanc ou de noir dans la façon dont les choses sont analysées, au contraire, la vision manichéenne en prend pour son grade ici. D’ailleurs, l’action n’est pas spécialement omniprésente, et, avec du recul, il ne se passe pas grand chose. Mais l’auteure a réussi à me captiver malgré tout, me maintenant en haleine du début à la fin.

En définitive, j’ai déjà précommandé le second tome sur Guerre que j’attends avec impatience. J’ai envie de replonger dans l’univers de Laura Thalassa et de voir ce qui attend les trois autres cavaliers !

Afficher en entier
Or

Même si j'ai trouvé quelques longueurs au début, j'ai adoré cette histoire et j'ai hâte de lire la suite.

Afficher en entier
Argent

Je ressors mitigée de cette lecture. J'avoue que je m'attendais à une intrigue différente. Ici, l'histoire est assez noire que ce soit Pestilance qui tue à tour de bras et les humains qui se montre pour une grande partie sous leur plus mauvais jour. Ça manque de rebondissement, d'action. Ils ne font que chevaucher, tuer ou se faire attaquer et se remettre de leurs blessures.

Concernant les personnages, là aussi, j'ai eu du mal. Je n'ai pas réussi à m'attacher à eux. Pestilance est assez cruel mais candide aussi. Il m'a plus fait penser à une marionnette qui obéi sans poser de question. Il manque de personnalité. Quant à l'héroine, j'ai trouvé qu'elle succombait trop vite à son attirance. Je n'ai pas trouvé ça très crédible surtout vu ce que Pestilance lui a fait subir au départ. Et elle m'a énervé à ne pas assumer ses sentiments alors qu'elle le défend auprès des humains alors que ça reste un tueur de masse. Je ne sais pas si je lirais la suite.

Par contre, la couverture est magnifique!

Afficher en entier

Date de sortie

Les Quatre Cavaliers, Tome 1 : Pestilence

  • France : 2019-11-13 (Français)

Activité récente

Cassidy l'ajoute dans sa biblio or
2020-07-16T11:35:05+02:00
Rora l'ajoute dans sa biblio or
2020-07-02T16:54:03+02:00

Titres alternatifs

  • Pestilence (The Four Horsemen #1) - Anglais

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 230
Commentaires 57
Extraits 9
Evaluations 112
Note globale 8.07 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode