Livres
403 228
Membres
305 956

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nos étoiles contraires



Description ajoutée par MissNaais 2012-11-05T16:57:04+01:00

Résumé

Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. 

C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. 

Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie. 

Afficher en entier

Classement en biblio - 17 268 lecteurs

Or
4 815 lecteurs
PAL
1 632 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Kats@ 2012-08-06T12:10:51+02:00

« - Je suis amoureux de toi, a-t-il dit doucement.

- Augustus !

- Vraiment, a-t-il répondu. Il me fixait, et je pouvais voir que les coins de ses yeux se plissaient. Je suis amoureux de toi, et je n'ai aucunement l'envie de le nier et de m'épargner le plaisir de dire des choses vraies. Je suis amoureux de toi, et je sais que l'amour est juste un cri dans le vide, et que l'oubli est inévitable, et que nous sommes tous condamnés, et qu'un jour viendra où tout notre travail sera réduit à de la poussière, et je sais que le soleil va avaler la seule planète que nous aurons jamais, et je suis amoureux de toi. »

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Commentaire ajouté par Jordan
Diamant

http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.

En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.

Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.

Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.

Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !

On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.

Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.

Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?

En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Althea
Diamant

Si je devais décrire The Fault in Our Stars en seulement quelques mots, je dirais simplement que ce livre est un vrai petit bijou. La plume de John Green est vraiment sublime et il nous offre en plus une histoire qui est de celles dont on ne sort pas indemne. Les personnages de Hazel et Augustus sont juste magiques et au fil des pages on a vraiment l'impression de ne faire qu'un avec eux puisqu'on ressent toutes leurs émotions avec une force bouleversante et qu'ils sont immanquablement parmi les personnages les plus attachants (et drôle) que j'ai pu croiser. Une lecture à ne pas rater qui se démarque des autres romans traitant du même sujet.

Bonne nouvelle pour ceux qui ne parlent pas anglais, l'auteur a indiqué sur son blog qu'une traduction française était prévue. Il ne vous reste plus qu'à prendre votre mal en patience, mais ce roman en vaut vraiment la peine.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Waterfield 2017-08-25T20:36:38+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par -Libellule- 2018-02-18T17:36:33+01:00
Argent

L'histoire est très émouvante. Je m'y attendais mais je me suis quand même laissé avoir et versé pas mal de larmes en lisant. J'ai été surprise par le style d'écriture au début mais cela colle à l'histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Diamond03 2018-02-18T14:31:09+01:00
Argent

Après tous les commentaires élogieux au sujet de ce roman, je pensais m'attendre à une histoire fabuleuse et exceptionnelle. Cependant, ce fût une petite déception. L'écriture en soi est superbe, l'histoire est originale et émouvante mais je n'ai pas ressenti de grandes émotions auxquelles je m'attendais, ni avoir été ému par le dénouement. Toutefois la lecture reste agréable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilianeiswritting 2018-02-17T21:57:02+01:00
Diamant

Ce livre m'a apporté un nouveau regard sur la vie , il est tout simplement magnifique. John Green a la plume exceptionnelle , il m'a énormément touché, pendant une semaine j'ai versée beaucoup de larmes. Je le recommande vivement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cloislande 2018-02-15T20:04:27+01:00
Diamant

une très belle découverte !! un livre plein d'émotions !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-11T18:34:04+01:00
Diamant

Il y a une chose très importante à savoir sur moi : non seulement je suis une romantique qui adore les histoires d’amour mais en plus je suis une grande sensible qui pleure très facilement devant un livre ou un film. C’est pourquoi lorsque j’ai été voir Nos étoiles contraires au cinéma avec ma maman – qui est exactement comme moi –, je suis ressortie à la fois bouleversée par cette magnifique romance et secouée par la ribambelle d’émotions que m’avait fait ressentir cette très jolie adaptation cinématographique. Cet été, c’est dans le cadre d’une lecture commune avec Psychée Délik que j’ai eu le plaisir de découvrir le roman à l’origine de ce film. Je connaissais déjà la plume de John Green grâce au merveilleux Qui es-tu Alaska ? qui m’avait énormément plu et j’étais donc plus que ravie de retrouver cet auteur au style aussi délicat que profond.

Hazel, seize ans, a une meilleure amie un peu particulière mais surtout très fidèle : il s’agit d’une bombonne d’oxygène qui la suit absolument partout où elle va. Pour être parfaitement exacte, Hazel s’en passerait bien, mais ses poumons engorgés de liquide ne lui laissent pas vraiment le choix. Car une épée de Damoclès grosse comme le monde pèse sur elle : l’inexorable déclin de son organisme rongé par le cancer. Son existence est donc rythmée par les traitements médicamenteux, les examens cliniques, les rencontres avec les différents médecins chargés de contrôler l’évolution de la maladie, et l’incontournable groupe de parole entre adolescents condamnés à mort par leurs propres cellules. Cette rencontre hebdomadaire est très paradoxalement la prise en charge la plus contraignante à ses yeux, et seule la présence d’Isaac, futur aveugle, la rend encore supportable. Mais la monotonie de son existence est brisée lorsqu’elle y rencontre Augustus Waters, l’adolescent le plus drôle et le plus séduisant qu’elle ait jamais rencontré. Débute alors pour eux une formidable histoire d’amour à l’intensité inouïe …

C’est donc Hazel elle-même qui nous conte son histoire, ou plutôt, leur histoire. Car la force de ce récit, c’est de ne pas être entièrement ciblé sur la maladie ni complétement centré sur la romance : c’est un savant mélange entre ces deux aspects, sans que l’un n’occulte l’autre. D’un côté, vous avez donc la bataille acharnée qui oppose Hazel avec son propre corps, avec cette maladie qui l’entraine inexorablement vers la mort. Car monsieur Green n’a pas peur de parler de la mort, il l’évoque bien régulièrement au cours de ce roman, sans jamais la banaliser pour autant, tout en délicatesse et en finesse. Il confronte le lecteur avec cette affolante réalité : parfois, l’ordre naturel des choses est rompu et ce sont les enfants qui partent avant les parents. Mais de l’autre côté, vous avez la magnifique histoire d’amour entre Hazel et Augustus, deux adolescents qui ne demandent qu’une chose : s’aimer comme n’importe quel couple, sans s’apitoyer sur leur sort, sans mettre leur maladie au cœur de leur relation. Et cette histoire est juste magnifique, mignonne à souhait mais également terriblement profonde. Je suis littéralement tombée amoureuse de leur histoire d’amour, en fait.

Et ce qui rend cette histoire si puissante, si intense, c’est avant tout leur personnalité. Hazel est une jeune femme que j’ai trouvée particulièrement intéressante : le regard qu’elle porte sur le monde est bien différent de celui d’autres héroïnes pour adolescents, et ses réflexions sont terriblement pertinentes. Quant à Augustus, je suis tombée sous le charme de son humour mordant, de son exubérance qui n’est finalement qu’une façon de déjouer le sort, de sa crainte de l’oubli et de la profondeur de ses sentiments pour Hazel. Ensemble, ils sont à la fois plus forts et plus fragiles : à deux on affronte plus facilement les difficultés de la vie mais ils savent que l’un d’eux finira seul pour combattre le chagrin provoqué par le décès de l’autre. Hazel et Augustus sont deux personnages très complexes, bien loin des clichés sur les enfants malades : ils ne sont ni parfaitement courageux et déterminés à se battre, ni totalement déprimés et résignés sur leur sort. Non, ils sont un peu des deux, car personne ne peut être indéfiniment brave ou complétement fataliste. Je remercie vraiment l’auteur pour avoir fait ce choix, très juste et très réaliste.

Mais Nos étoiles contraires, c’est aussi l’histoire des personnages secondaires qui vivent aux côtés de nos deux protagonistes. Celui qui m’a le plus touché, c’est sans aucun doute Isaac. Isaac, c’est le garçon qui n’est pas brisé par le fait de devenir aveugle mais par celui d’avoir été « trahi » par sa petite copine qui, en dépit de ses innombrables promesses de l’aimer « toujours », l’abandonne le jour-même de son opération. Isaac, c’est le garçon qui croit au Grand Amour mais aussi en l’Amitié, qui est toujours présent pour ceux qu’il aime et qui attend qu’on en fasse autant pour lui. J’ai également été terriblement émue par les parents d’Hazel, par leur courage face à la maladie de leur fille mais également par leur maladresse. Ils font tout pour prouver à Hazel qu’elle n’est pas un fardeau à leurs yeux, mais ne se rendent pas compte que cette dernière s’inquiète terriblement pour eux. Le dernier personnage très important pour l’intrigue est Peter Van Houten, l’auteur du livre favori d’Hazel. Il s’agit d’un individu que j’ai énormément de mal à cerner : d’un côté son comportement m’exaspère au plus haut point, et de l’autre on le sent profondément brisé par la vie. Malgré cette ambigüité, je suis bien obligée de reconnaitre que certaines de ses réflexions sont terriblement justes. Si j’ajoute ce « terriblement », c’est bien parce que l’auteur met dans sa bouche les remarques les plus cruelles et les moins politiquement correctes.

En bref, ce livre est un merveilleux coup de cœur. John Green a réussi le pari de me faire rire et pleurer à chaque page, de m’offrir un récit bouleversant mais aussi terriblement rayonnant. Par son écriture toute en légèreté et en finesse, il évite de sombrer dans le pathétique sans pour autant prendre tout à la rigolade. J’ai beau avoir du plusieurs fois sortir le paquet de mouchoirs, j’ai également eu quelques éclats de rire au cours de ma lecture. Très étrangement, c’est apaisée que je tourne la dernière page de ce livre, un livre qui restera gravé dans ma mémoire non pas comme un roman qui m’a fait pleurer mais plutôt comme celui qui a fait germé en moi l’espoir de rencontrer un jour un Augustus Waters … A mes yeux, ce livre fait partie de ceux qui devraient être lus par tout le monde, car il offre tellement de pistes de réflexion, car il est tellement captivant et tellement profond, car il n’est ni déprimant ni surréaliste, il est génial tout simplement.

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2016/08/nos-etoiles-contraires-john-green.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eleadenis2003 2018-02-10T17:23:11+01:00
Or

J'ai beaucoup aimé ce livre même si on connais déjà la fin puisque quand je l'ai lu, je savais ce qui allait suivre. Mais ça ne change absolument rien à la lecture. Toujours aussi poignant et drôle!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aureliem28 2018-02-05T17:57:09+01:00
Argent

J'ai commencé ce livre grâce aux commentaires exceptionnels des lecteurs du site et franchement, je suis assez déçue, il reste certes agréable à lire mais je n'est pas ressentie d'émotions particulières, en tout cas celle que je m'attendais à ressentir. Contente de l'avoir lue mais je ne le conseillerais pas plus que cela...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jouls388 2018-02-04T22:53:29+01:00
Diamant

Ce livre m'a fait beaucoup pleuré et rire, j'ai adoré la personnalité d'Hazel et l'humour d'Augustus. Il y a des choses que je n'ai pas compris, mais j'ai toute suite regardé le film après avoir lu le livre, je dois avouer que le livre est mieux que le film, selon moi..

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ondine820 2018-02-02T08:28:00+01:00
Argent

Bon livre mais sérieusement RIEN d exceptionnel .

Okay c est beau ça parle de la vie de la mort du cancer mais bon .

On pleure on rit et on n redemande ? Euh on pleure ? C est sûr que la réaction d Hazel nous donne envie de pleurer l L amour de sa vie est mort et elle elle pleure à peine ? Euh allô Hazel ton copain vient de mourir et là tu regardes top model USA et tu est heureuse de voir trucmuche éliminée ?

Je n n' ai pas trop aimé Hazel . Ces réactions et reflexion ne sont pas euh commune . Et puis sérieux , qui de nos jours irait en voiture avec un mec qu on ne connait pas à moins d être con ou suicidaire ? Comme ma mère se plaît à le répéter il y a des tarés partout .

Augustus maintenant : Il est marrant mais il est aussi un peu trop ... Trop ? Genre il met une cigarette dans sa bouche mais il fume pas parce qu il met le truc qui tue dans sa bouche mais qu il lui refuse le pouvoir de tuer . J ai juste eu l impression que l auteur hurlait : VOUS AVEZ VU COMME IL EST TROP INTELLIGENT MON PETIT GUS ? IL FAIT DES SUPERS MÉTAPHORES TRES MATURES !

Depuis le début on savait qu il allait mourir comment je l ai su ? Bah fastoche .

Il fallait que quelqu'un meurt .

Isaac ? Ça n aurait as assez touché le lecteur

Les parents ? Pas crédible

Hazel ? Le personnage principal qui meurt ça aurait soulevé des avis négatifs ( je repense à une série du nom de Divergente dont la fin est bien bien NAZE )

Conclusion : Augustus

Bon j exagère peut être . En fait j' ai surtout ri en lisant ce livre ( genre quand l amie d Hazel dit qu elle ne veut pas mettre de sandales à cause de ses orteils qui dévoilent son âme j etais morte de rire )

Ce livre était bien mais de là à être numéro 1 du top mille booknodes ?

Et j ai bien aimé Isaac et Patrick qui parle tout le temps de son " abcense de couilles "

Donc j'ai bien aimé , le l ai mis en argent mais c était pas THE livre de l année loin de la . C est un livre qui ce lit vite et facilement mais c est tout je vois pas pourquoi on en a fait tout un plat .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par clairou_ 2018-01-31T15:07:10+01:00
Diamant

Que dire? Juste magnifique, touchant, émouvant!

C'est un véritable coup de cœur!

A lire absolument!

Okay?

Afficher en entier

Dates de sortie

Nos étoiles contraires

  • France : 2013-02-21 (Français)
  • Canada : 2013-04-01 (Français)
  • USA : 2012-01-10 (English)

Activité récente

erine02 l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-17T10:36:43+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 17 268
Commentaires 2 872
Extraits 482
Evaluations 4300
Note globale 8.87 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • The Fault in Our Stars - Anglais
  • A culpa é das estrelas - Portugais
  • Colpa delle stelle - Italien
  • Das Schicksal ist ein mieser Verräter - Allemand
  • Bajo la misma estrella - Espagnol