Livres
388 146
Comms
1 360 742
Membres
276 521

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Au Bonheur des Dames



Description ajoutée par Gambit 2010-03-16T01:24:20+01:00

Résumé

Octave Mouret affole les femmes de désir.

Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens.

Les tissus s'amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie.

Tout ce qu'une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires.

Le succès est immense.

Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient.

Et le personnel connait une vie d'enfer.

Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.

Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d'elle le symbole du modernisme et des crises qu'il suscite.

Zola plonge le lecteur dans un bain de foule érotique.

Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.

Source : Le Livre de Poche résumé du livre: Au bonheur des dames de Emile Zola

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 686 lecteurs

Or
512 lecteurs
PAL
455 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Pamie 2011-08-16T16:57:39+02:00

A cette heure dernière, au milieu de cet air surchauffé, les femmes régnaient. elles avaient pris d'assaut les magasins, elles y campaient comme en pays conquis, ainsi qu'une horde envahissante, installée dans la débâcle des marchandises. Les vendeurs, assourdis, brisés, n'étaient plus que leurs choses, dont elles disposaient avec une tyrannie de souvereines. de grosses dames bousculaient le monde. Les plus minces tenaient de la place, devenaient arrogantes... La clientèle se ruait au buffet dans une rage d'appétit, les mères elles-mêmes s'y gorgeaient de malaga... Quarante mille ballons rouges avaient pris leur vol dans l'air chaud des magasins, toute une nuée de ballons rouges qui flottaient à cette heure d'un bout à l'autre de Paris, portant au ciel le nom du Bonheur des dames !

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

C'est le Zola que je préfère. Une jeune fille qui semble banale mais qui va se métamorphoser quand elle devient vendeuse dans un grand magasin de Paris.

Afficher en entier
Diamant

pour moi ce livre est le meilleur Zola. Pas déprimant et une très belle histoire d'amour entre le propriétaire et une simple petite vendeuse.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Larry917 2017-10-18T19:47:09+02:00
Or

Une histoire d'amour, et aussi une histoire dure et cruelle parfois, sur fond d'économies d'un Paris nouveau.

Un très beau roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kura-kura 2017-10-01T17:11:01+02:00
Argent

"Au bonheur des dames" ou comment la première grande surface commerciale va manger, croquer et avaler les petits commerces du quartier. Encore un sujet d'actualité aujourd'hui.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2017-09-19T19:27:29+02:00
Argent

J'ai étudié ce livre au collège et j'ai conservé un bon souvenir de cette histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emilie52 2017-09-12T09:34:00+02:00
Or

Ce ne sera pas mon roman préféré de Zola. En effet, je n'ai pas retrouvé dans Au bonheur des dames ce quelque chose qui rend le style de Zola si particulier et qui me plaît tant : la force des images qu'il emploie pour décrire des choses peut-être pas "atroces", mais au moins très sombres. Cela vient très certainement du fait que c'est un roman optimiste, à la différence des autres. J'ai eu du mal à rentrer dedans et n'ai pas réussi à me passionner. Pourtant, le personnage de Denise est attachant, on s'identifie vraiment à elle et elle n'est pas détestable comme d'autres personnages de Zola. Les personnages de Mouret, Baudu, Bourras sont eux aussi tous intéressants. Sans oublier les réflexions de l'auteur sur la société de consommation, ainsi que son parti-pris en faveur des grands magasins. En plus d'être un grand auteur, il vit avec son temps ! Au bonheur des dames ne fut "que" une très bonne lecture, mais cela reste un grand classique et je comprends pourquoi beaucoup de lecteurs ont aimé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biblio_Mimi 2017-09-05T20:45:08+02:00
Bronze

Un roman qui m'a beaucoup plu bien que l'écriture soit lourde. Il y a des tonnes et des tonnes de descriptions. C'est un vomissement qui reflète l'ambition des grands magasins : en mettre plein la vue.

Deux grands thèmes sont omniprésents. L'amour, qui grandit peu à peu, passant de l'ignorance à la passion qui rend fou, puis l'écrasement progressif des petits commerces qui n'arrivent pas à suivre la concurrence. De ce fait, on peut dire que Zola montre la beauté mais également les dangers des grands magasins qui avalent tout. Il faudra attendre la fin du roman pour qu'il y ait une amélioration.

L'évolution commerciale fait écho à un autre livre de Zola, l'Assammoir, dans lequel on voit les prémisses de la décadence de la main d'œuvre au profit des machines, par l'évolution industriel.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julie52 2017-09-05T11:29:15+02:00
Or

J'ai mis du temps à rentrer dedans, mais après réflexion ce roman se révèle être une excellente lecture. L'ambiance est moins sombre que dans d'autres romans de l'auteur, et surtout les personnages sont plus attachants. J'ai aimé suivre Denise et la voir évoluer. J'ai aimé sa douceur, sa sincérité à toute épreuve.

Le tableau que dresse Zola du Bonheur des Dames n'est pas sans faire penser à nos magasins actuels. Ainsi, il nous fait véritablement réfléchir sur la société de consommation, et sur toutes les stratégies que peuvent inventer les gros commerçants. Nous sommes bien dupés.

Comme d'habitude, je n'ai pas trouvé l'écriture de Zola "géniale". Au contraire, il y a toujours des longueurs et des lourdeurs. Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

Je garderai néanmoins un très bon souvenir de ce livre, encore une fois moins "dur" que les précédents. A lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wucher 2017-08-25T06:56:44+02:00

Au Bonheur des dames

Mon roman préféré !!!!! ma leçon de français sur ce roman!j'avais une prof de français super et le cours qu'elle nous a fait dessus était super également (par contre c'est loooooonnnnggg !)

-Le réalisme

Le XIXe siècle a notamment été marqué par deux grands courants littéraires : le romantisme (surtout en 1850) et le réalisme (surtout après 1850).Le romantisme pleure le passé, exalte les sentiments d’amour malheureux, de nostalgie, idéalise les passions …A l’inverse, le réalisme renforce de peindre la société avec vraisemblance, sans dissimuler ni chercher à améliorer ses caractéristiques.

Les réalistes dont Balzac, Flaubert, Maupassant, et Zola sont les grands noms, décrivent les différentes classes sociales sans masquer leurs souffrances ni taire leurs défauts. Le style réaliste est rationnel (et non lyrique) : le narrateur cherche l’objectivité et décrit e qu’il voit. Ce courant littéraire sert surtout à décrire les différentes classes sociales .Balzac a voulu donner a voir le miroir de son temps(le Père Goriot, Illusions perdues...) Flaubert a méthodiquement disséqué la bêtise et la médiocrité humaine (Madame Bovary, Bouvard et Pécuchet).Maupassant à excellé dans le genre de la nouvelle réaliste (Boule de Suif, Contes de la bécasse, la Maison Tellia, etc.…) ainsi que le roman (Une vie, Bel ami).Zola s’set distingué dans le roman qui montre les évolutions de la société ,de son temps (Au Bonheur des Dames ,Germinal,etc...)

Au Bonheur des Dames, un roman naturaliste

Si Emile Zola a écrit tout le cycle des Rougons Macquart sous la IIIe République, entre l’année 1871 et 1893, presque toutes les intrigues des vingt romans qui le composent sont situées sous le Second Empire (1852-1870).Zola s’est donné pour projet d’observer le monde de façon scientifique, en passant ses personnages à la loupe. Il s’agit de montrer que le milieu social, défavorisé, influe sur le comportement des gens .Zola a été reconnu des son vivant comme le chef de file du mouvement naturaliste, émanation du réalisme. Dans Au Bonheur des Dames (1883),onzième roman du cycle, l’auteur part de faits réels pour analyser les évolutions sociales par le prisme de la littérature .Il décrit avec précision l’apparition des grands magasins parisiens (Les Galeries La Fayette, le Printemps, la Samaritaine, le Bon Marché…) qui tuent le petit commerce et inventent une façon d’acheter qui est encre la nôtre aujourd’hui. C’est le directeur visionnaire du Bon Marché Aristide Boucicaut, qui a servi d’inspiration au personnage d’Octave Mouret.

-Aristide Boucicaut

Cette révolution des grands magasins est en grande partie due à Aristide Boucicaut : Il nait le 14 juillet 1810 ; grand entrepreneur, Boucicaut est le fondateur du célèbre magasin Le Bon Marché. Il est pionnier du commerce moderne et son exemple sera rapidement copié aussi bien en France qu’à l’étranger. C’est sa femme Marguerite qui continuera son œuvre.

Sa cible principale : la clientèle féminine. Alors que l’urbanisme parisien se renouvelle de fond en comble grâce au Préfet de Paris le Baron Haussmann, l’architecture quasi théâtrale du Bon Marché comme la mise en scène de la marchandise va fournir le cadre extraordinaire propre à justifier une telle audace. Progressivement, l’image de la femme qui fréquente le Bon Marché sera celle de la femme moderne par excellence : « la Parisienne ».Il développe ainsi le concept du client roi.

L’idée du grand magasin serait venue à Aristide Boucicaut alors qu’il déambulait dans les dédales de l’exposition universelle de 1855.Cherchant à comprendre et à recréer l’expérience de diversité de biens qu’il avait éprouvée, il en déduit que cela ne peux résulter que d’une sorte modèle, comportant quelques principes de bases :

-le consommateur à libre accès au magasin sans obligation d’achat.

-il y a un prix fie déterminé par étiquetage, ce qui élimine le besoin de marchander.

-Assortiment très étendu vendu en rayons multiples laissant à la clientèle la possibilité de se perdre et de dénicher de bonnes affaires.

-Politique de bas prix.

-Possibilité de rendre ou d’échanger la marchandise insatisfaisante.

-Magasin équipé d’ascenseurs.

-Soldes à intervalles réguliers.

-Livraison à domicile à partir de25 francs d’achat.

-Buffet et journaux gratuits.

-Menus cadeaux (ballons distribués aux enfants, etc…)

-Publicité dans la grande presse, affiches, catalogues, vitrines, animations, etc…

A sa mort en 1877, sa femme est allée encore plus loin, offrant au personnel une caisse de prévoyance et des loisirs, tels que des cours de langues et de musique.

Nous pouvons donc clairement voir dans ce onzième roman du cycle des Rougons Macquart que Zola s’est énormément inspiré de Boucicaut pour le personnage de Mouret ,et de sa femme Marguerite pour le personnage de Denise :Mouret est dans Au Bonheur Des Dames, le grand innovateur, prêt à tout inventer pour appâter les parisiennes dans son magasin ,tout à fait comme Aristide Boucicaut ; Denise quant à elle est la bienfaitrice du personnel, telle Marguerite Boucicaut.

Denise Baudu, un roman d’apprentissage

Au Bonheur des Dames présente plusieurs caractéristiques du roman d’apprentissage : Denise est un personnage jeune, inexpérimenté, maladroit, qui va découvrir progressivement de grandes vérités sur l’existence grâce à sa compréhension intelligente du monde qui l’entoure .Elle assiste au tournant d’une époque (l’événement de l’ère de la consommation, l’apparition de la petite bourgeoisie),ce qui ne la détruit pas, au contraire de son oncle ou de Bourras, mais la propulse tout en haut de la société grâce à son opiniâtreté et à sa grande droiture morale .

C’est en refusant de compromettre sa vertu qu’elle finit par se rendre irrésistible. Sa fine observation intérieur des commérages et des intrigues dans le personnel du magasin lui permet d’avancer à sa façon, de montrer ses qualités et son intuition de vendeuse.

Denise est un personnage qui assiste a la mort du petit commerce, en dépit de quoi elle persiste à défendre la modernité des grands magasins. Ce débat qui agite tout le roman n’est pas sans rappeler certaines querelles actuelles, par exemple, quant aux librairies.

Au Bonheur des Dames est un roman progressiste

Bien qu’attristée du déclin de la boutique de son oncle Baudu, Denise prend partie pour la modernité du grand magasin. Le roman nous montre l’engloutissement d’un monde, celui du petit commerce, phagocyté par la puissance du Bonheur Des Dames. Contrairement à se qu’on pourrait attendre de Zola, engagé pour la République contre l’Empire, soucieux du peuple, le livre promeut la nouveauté des grands magasins, valorise les forts contre les faibles : pour lui, les forces du progrès doivent balayer les archaïsmes.

Denise a conquis le magasin mais se soumet à la volonté de l’homme aimé dont elle va partager la puissance. Mouret a conquis la clientèle parisienne mais se soumet à la femme aimée qui, par refus de la compromission, a exarcelé son amour et son respect jusqu’à lui proposer le mariage. Ensemble, ils forment un couple harmonieux et complémentaire.

Dans Au Bonheur des Dames, Emile Zola nous décrit la société française au 19ame siècle sous tous ses angles : de la Parisienne appâtée par « la monstrueuse machine » (métaphore utilisée par Zola pour designer le Bonheur Des Dames), aux médiocres marchands et artisans qui se font détruire par les grands magasins flambant neufs, inventés par Aristide Boucicaut ; il nous entraîne dans un monde de plaisirs, de richesses mais aussi d’immense pauvreté, d’injustice et de jalousie. Contrairement à ce que l’on pourrait croire de Zola, il nous fait comprendre qu’il faut suivre la marche du siècle et du progrès, sous ce siècle de Révolution Industrielle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sabine68 2017-08-21T00:49:26+02:00
Diamant

Une de mes lecture obligatoire du lycée qui est devenu mon livre de chevet. Je l'ai lu et lu et relu ... Zola n'a pas son pareil pour décrire des lieux, des personnages, une époque.....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lisa-10 2017-08-12T20:38:48+02:00
Diamant

Mon roman préféré de Zola, qui permet de rentrer dans l'univers de l'auteur de manière légère ( cad: pas de Germinal tout de suite !)

On s'identifie très vite au personnage principal (surtout si on est une fille !), qui doit gérer des problèmes personnels, familiaux, et être prudente vis à vis de l'attirance qu'elle ressent pour Octave. On se surprend à se dire que l'on a vécu ou vu certaines situations de Denise. (Qui n'a jamais eu le béguin pour quelqu'un hors de notre porté ?)

En bref, une histoire d'amour digne d'un conte de fée, mais dans lequel Zola arrive habilement à faire passer son éternel message...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2017-08-09T01:25:54+02:00
Diamant

Un sublime roman qui porte de multiples facettes qui abordent les couches sociales de la société, pouvoir et privilèges le tout dans l'un de plus grands et celebres magasins de paris dont les portes sont restées longtemps ouvertes.

Enfin, la purete de l'héroine, innocente naive qui apparait pleine de pouvoirs malgré elle, et qui progressivement en prend conscience et grandit

Afficher en entier

Date de sortie

Au Bonheur des Dames

  • France : 2001-02-13 - Poche (Français)

Activité récente

amapola l'ajoute dans sa biblio or
2017-10-15T13:39:59+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 2 686
Commentaires 348
Extraits 107
Evaluations 527
Note globale 7.52 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode