Livres
605 429
Membres
695 756

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Frère Wulf, Tome 2 : Le Fléau du Tulpan



Description ajoutée par PatateB4 2022-01-26T22:38:08+01:00

Résumé

Après avoir échappé de justesse à la sorcière Circé et à son entremonde, Frère Wulf entreprend une formation d'épouvanteur chez son maître William Johnson. Mais la menace de Circé reste lourde, et sa revanche plus proche que jamais. D'autre part, un autre mystère ronge Wulf : chaque nuit, des bruits sous le plancher l'empêchent de dormir...

Tout se complique lors d'une chasse aux sorcières, au cours de laquelle Johnson, battu, doit laisser son apprenti aux mains du géant Hrothgar. Retenu dans un nouvel entremonde, Wulf apprend alors de son ravisseur qu'il est un tulpan et qu'il peut donner forme à ses pensées.

Seulement, le chemin est long pour maîtriser ses pouvoirs, et hors de l'entremonde, le temps presse : Circé est de retour, et elle retient Tom et Alice prisonniers.

Avec l'aide de Tilda, leur fille, Frère Wulf devra apprendre à devenir un vrai tulpan afin de sauver ses amis.

Afficher en entier

Classement en biblio - 18 lecteurs

extrait

" - Je laisse cet honneur à une autre, petite. Régner, c'est être prisonnière d'un rôle trop exigeant." P302

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Un second tome toujours très original, avec Wulf qui continue à progresser et découvrir de nouvelles capacités et changer pour grandir en force.

Même si ça manque un peu de Tom Ward et d'Alice, ça reste suffisamment attractif, même après autant d'années pour vouloir savoir la suite.

Afficher en entier
Argent

Tous les ans, j'attendais avec impatience un nouveau tome traduit de L'Épouvanteur. Certains ont grandi avec Harry Potter, pour moi c'était Tom Ward.

Pour les derniers tomes, j'avais la crainte d'être devenue trop vieille pour cette saga mais à chaque fois, le niveau montait. Ce qui fait que j'ai lu L'Épouvanteur de 14 ans jusqu'aux alentours des 30ans, les personnages grandissants et évoluants en même temps que le récit.

J'ai continué sur cette nouvelle série avec beaucoup d'enthousiasme mais je dois dire que le début de ce deuxième tome a été compliqué.

L'écriture est fort simple, on passe d'une chose à l'autre sans détails, tout va trop rapidement (surtout les relations entre les personnages). Parfois, ce qui est clôturé en une page aurait pu facilement en prendre 5 pour être un minimum développé. Du coup, je n'étais pas absorber par le récit. J'en ai été la première déçue...

On ajoute à ça qu'il y a énormément de similitudes avec L'Épouvanteur, on dirait qu'on repart sur du déjà vu et alors certains choix mais ??

*ATTENTION DÉBUT SPOILER

Spoiler(cliquez pour révéler) Wulf et sa relation naissante avec la fille d'Alice mais pourquoi?! Elle ne peut pas juste vivre sa vie en parallèle? Il n'y a pas d'autres personnages aux alentours?

Faire passer Wulf pour le sauveur, bon forcément c'est le héros de cette saga vous allez dire, mais c'est faire de Tom et Alice des faibles qu'il faut aller sauver. Roh non. Je peux pas.

Il a fallu tellement de temps à Tom pour devenir si puissant. Limite c'est une insulte.

La déesse vaincue si facilement alors qu'elle vient à bout de personnages presque invincibles.

Les bons dans le temps, ça tue les liens entre les personnages. Une fois ça va, après... on dirait limite des étrangers.

Mon gobelin qui a fini estropié, lui si fort. Pareil, je peux pas.

*FIN DE SPOILER

Bon après tous ces choix de l'auteur que je n'ai pas apprécié, il faut avouer que comme toujours, il a su trouver un nouveau sujet pour ce tome qui ce démarque : les Tulpans. C'était très original. Certains thèmes abordés étaient intéressants pour le public que ce roman cible. Je ne sais pas si je lirai la suite car je ne sais pas si ce tome était vraiment plus mauvais ou si c'est moi et mon grand âge le soucis.

En tout cas ma note a été influencée par toute la nostalgie que ce tome a réveillé en moi. Si vous ne me revoyez plus, je serai certainement plongé dans les 16 tomes de L'Épouvanteur.

Afficher en entier
Bronze

Si le premier tome m'avait emballé ce second m'a laissé plus mitigée. Si l'intrigue prend de vrais risques et est très captivante j'ai trouvé que les personnages n'étaient pas toujours très malins, surtout Wulf que j'ai eu envie de secouer un nombre incalculable de fois devant son manque de question. En plus de ça on ajoute le personnage de Tilda qui est insupportable. La majorité du roman on est avec juste eux deux ce qui rend la lecture parfois compliqué quand à leur relation Spoiler(cliquez pour révéler)ça ne me plait pas du tout que Wulf puisse être attirée par une personne qu'il a tenu dans ses bras quand elle était bébé, surtout qu'il dit qu'il comprend comment Tom a pu tomber amoureux d'Alice en se rendant compte de la beauté de Tilda, si c'est là tout ce qui lui trouve on n'a pas vraiment quoi que ce soit amenant une belle histoire. De plus ce que j'avais beaucoup aimé dans le premier tome c'était Wulf et sa relation avec les deux épouvanteurs que ce soit Tom qu'il était agréable de voir avec des rôles inversés par rapport à la saga original, ou Johnson un nouveau venu que j'aimais beaucoup et qui apportait un vent de fraicheur malheureusement on voit très peu l'un comme l'autre et si Wulf a un nouveau mentor Spoiler(cliquez pour révéler)on le voit à peine et j'ai une sensation de potentiel gâché en n'exploitant pas cet aspect du tome 1

Bref j'ai hâte de voir comment ça va se poursuivre au tome 3.

Afficher en entier
Argent

Je l’attendais avec impatience pour me replonger dans l’univers de l’épouvanteur. Il n’a pas fait long feu dans ma PAL (genre 2 jours le temps que je termine ma lecture en cours 😅) et malheureusement, c’est une petite déception pour moi !

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé l’histoire même si certaines choses sont allées un peu vite à mon goût. On continue de découvrir Wolf. On découvre également Tilda. On découvre également une nouvelle entité obscure, soit les tulpans (moi qui croyait que c’était un lieu, je suis tombée dans le panneau 😂).

Par contre, ce qui m’a, je pense, le plus déplu, c’est le nombre de personnages morts qui évoluent dans l’histoire. Ça m’a un peu dérangé. Et puis, certaines choses vont assez vite, notamment vers la fin.

Mais comme d’habitude, ça se laisse lire. On est directement replongé dans l’histoire et je dois quand même avouer que j’avais clairement envie de savoir ce qui allait se passer à la fin de chaque chapitre !

Bref, une bonne lecture. J’espère que le tome 3 sera à la hauteur du 1er et j’ai déjà hâte de lire la suite malgré une lecture en demi teinte pour ce 2e tome.

Afficher en entier
Diamant

Encore et toujours un excellent roman de Joseph Delaney. Et celui ci m'a particulièrement plu. Il est assez différent des autres tomes liés à l'Épouvanteur. Cest réellement rafraîchissant. Entre les prises de risque, les nouveaux personnages... tout est réussi. Je l'ai lu d'une seule traite et je me langui de la suite...

Afficher en entier
Envies

Comme je l'avais fait il y a un an avec le premier tome, voici ma traduction des trois premiers chapitres du tome 2 trouvés sur un site de vente anglais qui proposait un échantillon. Ce n'est donc pas la traduction officielle et elle peut comporter des fautes et des incohérences mais j'ai fait en sorte que le texte sois le plus compréhensible possible. Je précise aussi qu'il manque une page au chapitre deux, un bug dans l'échantillon que je n'ai pas pu résoudre (mais la page semble de moindre importance) Bonne lecture !

De Longs Crocs Jaunes et Pointus

Avant que le soleil ne se couche, je serais probablement mort.

Moins d'une heure avant le coucher du soleil, la lumière commençait déjà à faiblir et je marchais à travers la brume sur un chemin de marais détrempé vers le repaire des mortelles sorcières de l'eau.

J'étais l'apprenti d'un épouvanteur et mon maître, Will Johnson, m'utilisait comme appât. Les épouvanteurs combattent des créatures qui appartiennent aux ténèbres - tels que les fantômes, les gobelins et les sorcières pour n'en citer que quelques-unes - mais Johnson était un peu différent. Il se faisait appeler "spécialiste des sorcières" et limitait ses activités à s'occuper de ses dernières.

Son plan était simple. Je marchais environ 50 mètres devant lui. Quand une sorcière d'eaux m'attaquerait, il interviendrait et la tuerait.

Je ne doutais pas qu'il allait la tuer. Il était grand, fort et rapide. Johnson avait aussi un énorme bâton avec une lame en alliage d'argent. Mais pendant le temps qu'il lui fallait pour m'atteindre, je risquais de mourir d'une manière horrible et douloureuse.

Les sorcières d'eau passaient beaucoup de temps sous les eaux stagnantes ou enterrées dans la vase d'un marais. Lorsqu'une victime passait à proximité, elles surgissaient de leur cachette et attaquaient avec une grande vitesse et beaucoup de férocité à l'aide de leurs griffes acérées.

Elles peuvent vous entraîner dans le marais ou dans l'eau, enfoncer leurs longs crocs jaunes et acérés dans votre gorge et commencer à vous vider de votre sang. Pendant ce temps, l'eau ou la vase du marais pénètre dans vos poumons et vous commencez à vous noyer.

"N'ai pas peur de te noyer !'' Avait dit Johnson avec un rire cruel et moqueur. ''Tu n'en auras pas le temps mon garçon. Ces sorcières se nourrissent très vite. Tu mourras d'abord à cause de la perte de sang !''

Il pensait que c'était une bonne blague, mais ses mots me terrifiaient.

Mes bottes patinaient sur le sol glissant et il y avait un épais brouillard gris qui empêchait de voir à plus de quelques mètres devant moi. Le marais du monastère n'était pas très loin de la mer et il y avait un petit plan d'eau à proximité. Je marchais vers l'ouest en direction de la colline des moines où se trouvaient les ruines d'un monastère. Mais juste devant et à ma droite se trouvait Little Mere, un petit lac où les sorcières étaient les plus nombreuses. C'était la partie la plus dangereuse du chemin et j'étais à deux doigts de l'atteindre.

La seule chose en ma faveur était que je possédais deux armes que je pouvais utiliser pour essayer de me défendre. L'une était cachée dans la poche de mon pantalon. C'était une petite dague qu'Alice, l'amie de Tom Ward, m'avait donnée un jour. Tom était le jeune épouvanteur qui travaillait à Chipenden, et elle avait appartenu à l'un de ses prédécesseurs qui avait vécu là de nombreuses années auparavant. Sa lame était également faite d'un alliage d'argent - quelque chose d'efficace contre les sorcières et autres créatures diaboliques.

J'avais aussi un bâton en bois de sorbier. Bien qu'une sorcière puisse tressaillir à son contact, cela ne dissuaderait pas une personne assoiffée de sang. Contrairement au bâton de Johnson mon maître, le mien n'avait pas de lame en argent.

Un cri soudain retenti quelque part à l'est, près du canal. Les sorcières d'eau étaient les plus nombreuses dans ce marais et la zone qui l'entourait. Mais on pouvait aussi les trouver le long du canal, qui s'étendait au nord de Priestown, à travers Caster et ensuite jusqu'à Kendal. J'avais déjà entendu des sons aussi terrifiants auparavant et c'était certainement le cri d'une sorcière d'eaux. Au moins, c'était à une certaine distance et dans la direction opposée à ma trajectoire, mais les sorcières pouvaient sentir votre présence à une grande distance. Même maintenant, l'une d'entre elles pouvait se diriger vers moi à toute vitesse.

La brume s'épaississait et l'humidité commençait à pénétrer dans ma cape. Je frissonnais en partie de froid mais surtout de peur.

Je commençais à prier.

Mon nom complet était Frère Beowulf, car j'avais été moine novice avant de devenir l'apprenti d'un épouvanteur. J'avais été envoyé pour espionner l'épouvanteur Johnson et recueillir des informations afin qu'il puisse être jugé pour hérésie et brûlé sur le bûcher. Mais Johnson, malgré sa force et ses compétences, avait été enlevé par une sorcière inhabituelle et dangereuse. Je suis donc allé au nord pour demander de l'aide à Tom Ward, l'épouvanteur de Chipenden.

Cela a conduit à toutes sortes de problèmes et j'ai failli être brûlé vif. Johnson et Tom ont été emprisonnés par la déesse Circé, qui n'a accepté de les libérer qu'en échange de Tilda, la fille d'Alice et Tom. Avec mon aide, Alice a sauvé Johnson et Tom, mais le prix à payer était terrible.

On m'appelait désormais "Wulf", mais bien que j'aie perdu ma foi en Dieu et que je ne sois plus moine, je continus à prier les saints. La plupart du temps, ils ne répondaient pas. Mais parfois, je recevais leurs aide. Il était important de choisir le bon saint.

J'ai donc commencé à prier Raphaël. Il était, entre autres, le saint patron des voyages sûrs et, après tout, j'étais en voyage. Ma destination était la colline des moines. Pour y arriver en toute sécurité sur ce dangereux chemin de marais, j'avais vraiment besoin de son aide.

''Protégez-moi, Saint Raphaël ! Accordez-moi un voyage sûr et protégez-moi des créatures du diable !''

Bien sûr, je n'ai pas dit la prière à haute voix au cas où cela attirerait l'attention d'une sorcière. Je priais en silence dans ma tête, ce qui était parfois tout aussi efficace. Ce saint était également censé être un archange, bien que certains moines le contestent. Si c'était le cas, il serait extrêmement puissant. Mais peut-être cela rendait-il moins probable qu'il réponde, surtout à quelqu'un comme moi. Après tout, pourquoi un saint aussi puissant aiderait-il un garçon qui a perdu la foi et abandonné sa vocation de moine ?

Le chemin semblait devenir encore plus glissant et j'ai ralenti mon rythme. J'étais très près du lac maintenant - il était à moins de deux pieds du chemin et je pouvais juste distinguer la surface grise et calme de l'eau à travers la brume.

J'ai cru entendre un bruit, le plus léger éclaboussement, pas plus bruyant qu'une simple goutte de pluie tombant dans l'eau, mais c'était suffisant pour me faire stopper net. J'ai attendu là, retenant mon souffle, le cœur battant dans ma poitrine. A part ma propre respiration, il n'y avait aucun bruit. Je n'entendais même pas le bruit lointain des pas de Johnson. Pour un grand homme, il savait être léger sur ses pieds. J'espérais vraiment qu'il me suivait et qu'il n'était pas trop en retard.

J'ai fait un autre pas en avant, puis un autre. Une fois de plus, je marchais le long du chemin, mais cette fois plus lentement qu'auparavant.

Tout s'est passé si vite que je n'ai pas eu le temps de réagir. Il y a eu un battement dans la brume à ma droite, un mouvement au-dessus de l'eau, une forme d'ailes blanches. Puis quelque chose m'a poussé très fort, frappant mon épaule droite. Cela a suffi à me déséquilibrer et je suis tombé sur ma gauche, loin de l'eau.

Le saint m'avait-il poussé ? Qu'avais-je fait pour mériter cela ? Peut-être était-il mécontent parce que je m'étais détourné de la vie de moine ?

Mais ensuite, quelque chose de grand surgi de l'eau, comme un saumon bondissant le long d'une chute d'eau. J'ai aperçu un corps mouillé enveloppé dans des chiffons. Terrifié, j'ai vu des cheveux verts emmêlés, de longs crocs jaunes et des griffes qui se tendaient vers moi. Ma chute m'a fait sortir de l'emprise de la sorcière d'eau, mais la créature on atterri sur deux pieds palmés près du bord du lac et s'est penchée vers moi.

Je savais exactement ce qui allait m'arriver. La sorcière allait me saisir et m'emmener dans les profondeurs de l'eau trouble. Je serais saigné a mort avant de me noyer.

J'étais couché sur le côté mais le bâton était toujours dans ma main gauche. Je l'ai désespérément envoyé vers la sorcière.

Le bois de sorbier du bâton a tenu ses promesses - les sorcières étaient censées reculer à son contact. L'extrémité de mon bâton est entrée en contact avec la hanche gauche de la sorcière et elle a fait deux pas rapides en arrière, tombant presque dans l'eau.

J'ai essayé de me relever, mais je me suis rendu compte que je n'y arriverais jamais à temps. La créature avait déjà retrouvé son équilibre et s'approchait à nouveau de moi, les bras tendus, les griffes à quelques centimètres de ma tête, une expression cauchemardesque de fureur et de faim vorace sur le visage.

Mais elle ne m'a pas touché.

Elle s'est mise a crié et est tombée sur le côté, la lame du bâton de Johnson enfoncée dans son flanc. Il a retiré la lame et l'a poignardée à nouveau. Lorsque sa lame est entrée dans son corps pour la troisième fois, elle était déjà morte, couchée sur le dos, une main traînant dans l'eau.

''Quelle beauté n'est ce pas !'' dit Johnson, la voix pleine de triomphe. ''C'est ma première victime ici, la première d'une longue série. Ses sorcières regretteront le jour où je suis venu dans ce marais.''

Bien sûr, il était sarcastique. La sorcière des eaux était monstrueuse et tout sauf belle. J'avais lu dans un des livres de Johnson que les sorcières des eaux avaient tellement dégénéré qu'elles avaient perdu le pouvoir de parler et n'étaient plus humaines. Sa jupe était recouverte de vase de marais brune et le haut de son corps portait une blouse en lambeaux recouverte d'une épaisse écume verte. Ses pieds palmés étaient terrifiants, chaque orteil se terminant par une griffe acérée.

''Tu as vu ce gros oiseau ?'' demanda Johnson. ''Il était juste au-dessus de toi quelques secondes avant que la sorcière n'attaque!''

J'ai arraché mon regard de la sorcière morte. Je n'aimais pas mentir, mais je me forçait à le faire. Je ne voulais pas admettre que j'avais vu quelque chose.

"Quel oiseau ? Répondis-je . La dernière chose que j'allais lui dire était que j'avais prié Saint Raphaël et qu'il m'avait sauvé la vie. Ça ressemblait peut-être à un oiseau pour Johnson, mais les oiseaux ne vous frappent pas sur l'épaule assez fort pour vous faire tomber.

''Je me demande si je viens de tuer Morwène ?'' Dit Johnson. ''Elle est très vieille et c'est la reine des sorcières d'eau. Elle aime le sang tout comme ses affreuses sœurs, mais elle a aussi un familier - un oiseau mort. Peut-être que l'oiseau que j'ai vu était son familier ? Oui, ça pourrait bien être elle ! Je vais laisser le corps ici comme un avertissement pour les autres. Maintenant ils sauront à quoi s'attendre. Donnez-moi un mois et il n'y aura plus une seule sorcière d'eaux à moins de 30 km d'ici.''

Il m'a souri, plein de bonheur après ce qu'il avait accompli. ''Écris ça ce soir, mon garçon, tant que c'est encore frais dans ta tête. Ça devrait faire une bonne introduction au dernier chapitre !

Une de mes tâches, en plus de mes fonctions d'apprenti, était d'écrire l'histoire de sa vie. Le titre provisoire du livre était "La légende de Johnson l'Épouvanteur". Souvent, je devais exagérer ce qu'il faisait, mais parfois il était plus qu'à la hauteur de la légende qu'il essayait de créer.

Il ne fallait jamais sous-estimer Will Johnson !

Ce fut un jour mémorable - la première sorcière d'eau tuée par Johnson depuis notre arrivée au moulin.

Mais ce n'était pas encore fini.

Cette nuit-là, juste avant de m'endormir, j'ai entendu un bruit sous mon lit.

On aurait dit qu'un petit animal grattait le plancher. Je pouvais l'entendre renifler. Ça ne ressemblait pas à un rat. C'était peut-être un hérisson qui était entré dans la maison.

Je suis sorti du lit et j'ai pris la bougie sur la table. Elle avait brûlé très bas, mais il restait encore quelques minutes avant qu'elle ne s'éteigne. En tenant la bougie près de ma tête, j'ai regardé sous le lit.

Je ne pouvais rien voir. Peut-être y avait-il un trou dans le plancher et la petite créature avait-elle vu la lumière de la bougie et s'était-elle échappée ?

Je me suis rendormi et j'ai oublié tout ça.

Jusqu'à la prochaine fois que cela s'est produit...

Car ce n'était que la première fois que j'entendais des bruits effrayants sous mon lit - la première d'une longue série.

La Prise Fatale

Plus de deux mois s'étaient écoulés depuis cette journée sur le marais, où Johnson avait tué sa première sorcière d'eau. Depuis lors, il y avait eu quelques appels réguliers. Une fois, à la tombée de la nuit, nous avions été pris par surprise et encerclés par les sorcières, et nous avions eu la chance de pouvoir retourner au moulin. Mais depuis, la vie s'est installée dans une routine et ensemble, nous avons progressivement réduit la menace à presque rien. Maintenant Johnson ne m'utilise que très rarement comme appât.

Il était en train de patrouiller les abords du marais et j'étais seul dans la cuisine à lire un petit livre sur les sorcières d'eau :

Un guide des sorcières d'eau par

Bill Arkwright

C'était un guide très intéressant et utile qui ne gaspillait pas un seul mot. Arkwright était l'épouvanteur qui avait travaillé dans cette maison et Tom Ward, l'épouvanteur de Chipenden, l'avait mentionné une fois. Une courte section de ce livre était particulièrement effrayante.

Elle s'appelait : "La Prise Fatale''.

L'intention d'une sorcière d'eau est de saisir et d'entraîner sa proie humaine dans les eaux profondes où elle commence à se nourrir. La sorcière peut tenter de saisir une jambe, un bras ou même la tête ou une oreille, mais sa prise préférée, à laquelle il n'y a aucun espoir de survie, est ce que l'on peut appeler la prise fatale.

La sorcière enfonce son pouce dans la bouche de sa victime et pousse son premier et son deuxième doigt, coupant la peau de la gorge supérieure pour le rencontrer. Ces trois doigts encerclent ensuite la mâchoire. Une fois la prise réalisée, la victime humaine ne peut jamais se libérer. La prise est fatale et la mort est assurée.

J'ai frissonné à l'image de cette prise de la mort, réalisant à quel point j'avais failli perdre ma vie à plusieurs reprises.

Juste à ce moment-là, il y eu trois coup sec frappés à la porte du moulin et j'ai sauté sur mes pieds nerveusement.

Qui cela pouvait-il être ? Il y avait deux inquisiteurs actifs dans le comté. Habituellement, ils chassaient et brûlaient les sorcières, mais le nouvel évêque de Blackburn leur avait également ordonné de rechercher les épouvanteurs, comme Johnson, et de les traduire en justice.

Une fois que les épouvanteurs étaient attrapés, ils étaient reconnus coupables et brûlés sur le bûcher également. J'étais l'apprenti d'un épouvanteur. La même chose pourrait m'arriver.

Nerveusement, j'ai traversé la grande salle d'entrée vide, entre-ouvert la porte et regardé à travers.

Puis je l'ai ouverte en grand et suis resté là, souriant de soulagement.

C'était Tom Ward, l'épouvanteur de Chipenden. Il était grand et brun, portant la cape et la capuche typiques de notre métier.

Tom était jeune pour un épouvanteur - il ne semblait pas avoir plus de dix-neufs ans. Il avait proposé de faire de moi son apprenti, mais j'avais choisi Johnson à la place. Alors que je le regardais fixement, le sourire s'est effacé de son visage et je me suis demandé s'il y avait un problème.

''Salut Wulf ! Le chat a eu ta langue ? Tu ne m'invites pas à entrer ?''

''Bien sûr ! C'est bon de te revoir !'' Je me suis écarté et lui ai fait signe d'entrer dans la pièce. C'était en fait un entrepôt pour le moulin à eau et il n'était plus utilisé maintenant. J'ai donc conduit Tom dans la cuisine où une chaleur constante se dégageait de l'énorme poêle. C'était fin novembre et le froid hivernal augmentait de jour en jour.

''Le gros homme est-il à la maison ?'' demanda Tom.

Mon maître, Will Johnson, était sans conteste un gros homme. Il était grand et large d'épaules, mais la chose la plus grosses de toutes était son ventre. Il se gonflait et se contractait quotidiennement en fonction du nombre de saucisses qu'il avait mangées et du nombre de verres de vin et de bière qu'il avait bus.

''Non, il est aux abords du marais, il cherche des sorcières d'eau. Mais il n'a pas eu beaucoup de chance ces derniers temps. Il en a déjà tué beaucoup et les autres se sont déplacés vers le nord, loin du marais.

Maintenant il commence à s'ennuyer et parle d'aller à l'est pour affronter les sorcières de Pendle.'' J'ai poursuivit en secouant la tête. ''Son plan est de tuer la sorcière assassin du clan Malkin. Il pense que ça va en débusquer d'autres et qu'il pourra s'occuper d'elles.''

C'était un plan fou. Il y avait plusieurs clans de sorcières - trop de sorcières pour qu'un fantôme et son apprenti puissent s'en occuper.

''Ne t'inquiète pas, Wulf. Je vais bientôt le convaincre de ne pas le faire. J'ai quelque chose d'autre qui pourrait l'intéresser. Au fait, comment te traite-t-il ? Il ne t'a pas malmené, n'est-ce pas?''

''Il me fait travailler dur et peut être difficile parfois. Mais je n'appellerais pas ça être malmené. Il veut bien faire. C'est juste sa façon d'être, il est comme ça.''

Tom Ward acquiesça d'un air pensif. ''Eh bien, c'est à toi de voir. Mais je serais heureux de te prendre comme apprenti, si jamais tu change d'avis.''

J'ai hoché la tête mais je n'ai pas croiser son regard. Il y avait une raison pour laquelle j'avais choisi d'être l'apprenti de Johnson plutôt que celui de Tom, mais je ne voulais même pas y penser.

''C'est un super petit livre.'' dit Tom en le prenant sur la table où il se trouvait à côté du morceau de papier sur lequel j'avais griffonné des notes. ''Bill Arkwright était un expert en sorcières d'eau et même mon propre maître, John Gregory, a accepté ses connaissances supérieures à leur sujet. J'ai été entraîné auprès de Bill pendant six mois afin qu'il puisse me remettre sur pied. Il m'a appris à me battre avec un bâton et m'a jeté dans le canal - c'était son idée pour m'apprendre à nager. Le pauvre Bill est mort maintenant mais je ne l'oublierai jamais...''

J'ai hoché la tête et souri. Tom m'avait déjà un peu parlé de Bill Arkwright lors de notre premier voyage ensemble, quand nous étions allés au sud de Salford pour essayer de sauver Johnson.

Tom s'est tu et aucun de nous n'a parlé pendant un moment. C'est moi qui ai rompu le silence.

"Désolé ! Vous voulez une boisson chaude ?

"J'ai cru que tu ne le demanderais jamais ! Dit Tom avec un sourire.

J'ai donc préparé deux tasses de thé et nous nous sommes installés à la table de la cuisine.

"Comment va Alice ? Ai je demandé.

Tom a haussé les épaules, mais son visage s'est immédiatement assombri. ''Cela fait bientôt trois mois que Grimalkin a pris notre enfant et cela ne devient pas plus facile pour Alice. C'est déjà assez dur pour moi - et je n'ai jamais...

(Désolé il manque une page)

"On dirait que vous avez fait un excellent travail ici, Will. dit Tom, en avalant sa dernière bouchée et en posant son couteau et sa fourchette. ''Wulf m'a dit que vous aviez débarrassé la région des sorcières d'eau.''

''Oui, en effet. Je pense que mon travail ici est certainement terminé - surtout après ce que vous venez de me dire sur les inquisiteurs - et il est temps de partir. Mais j'ai aimé travailler ici. La première sorcière à qui j'ai eu affaire restera la meilleure de toutes. Il y avait un oiseau avec elle - sans doute son familier. Je pense que j'ai mis fin à la vie de Morwène, l'ancienne reine des sorcières d'eau !'' Dit Johnson d'un air vantard.

''Eh bien, il n'est pas impossible que vous en ailler tué une avec un familier oiseau - bien que la plupart utilisent simplement la magie du sang - mais ça ne pouvait pas être Morwène.'' dit Tom d'un ton léger. ''Elle a été tuée par Grimalkin il y a des années. J'étais un apprenti à l'époque, juste dans ma deuxième année, mais je l'ai vu de mes propres yeux. Grimalkin a tué son familier aussi. Cela s'est passé pas très loin de la colline des moines.''

Le visage de Johnson trahissait des changements rapides d'humeur. Sa joie a fait place à l'incrédulité et à une brève colère, mais il n'a pas contesté ce que Tom venait de lui dire. Puis son expression est devenue calme et il a juste hoché la tête en signe d'acceptation avant de reprendre la parole.

Autrefois, cela aurait provoqué une grosse colère, mais Johnson avait changé et était devenu plus tolérant - sans doute à cause du danger partagé et de la coopération mutuelle que nous avions vécus en survivant à la menace de Circé.

''Merci pour l'avertissement à propos des Inquisiteurs, mais nous partirons de toute façon. J'ai l'intention de visiter Pendle pour faire ce qui aurait dû être fait il y a longtemps.'' dit Johnson. ''Je vais mettre fin à ces clans de sorcières et rendre ce district sûr !''

Je pensais que Tom le remettrait sur le droit chemin et lui ferait remarquer qu'il faudrait une armée d'épouvanteur pour faire cela, mais il n'a pas discuté. Au lieu de cela, il a demandé l'aide de Johnson.

''J'espérais que vous me rendrez d'abord un grand service, Will. Il y a un problème près du village de Billlinge, qui est à peu près à six kilomètres au sud de Wigan, et c'est tout à fait dans vos cordes. Un petit clan de sorcières a élu domicile dans le manoir abandonné. J'irais bien moi-même, mais Chipenden me tient assez occupé en ce moment et la liste des travaux en cours pourrait prendre un certain temps à se terminer. Et j'ai un autre problème - Alice n'est pas très bien en ce moment et je n'aime pas être loin de la maison plus que je ne peux l'éviter. C'est pourquoi je dois refuser votre offre d'un lit pour la nuit. Je dois rentrer le plus vite possible.''

Pas le Moindre Espoir

Nous avons laissé Johnson engloutir sa première bouteille de vin rouge et j'ai marché avec Tom jusqu'au canal. Nous sommes restés ensemble sur le chemin de halage pour prendre congé l'un de l'autre. À côté de nous se trouvait le poteau sur lequel était suspendue la cloche qui servait à appeler l'épouvanteur depuis le moulin.

Les nouvelles de Tom m'avaient mis sur mes gardes. J'ai jeté un coup d'œil sur le chemin de halage dans les deux directions, craignant de voir un inquisiteur et ses hommes approcher. Si ça ne tenait qu'à moi, je quitterais le moulin à l'instant même. Mais Johnson n'avait peur de rien et était bien plus intéressé à boire son vin rouge.

Il allait bientôt pleuvoir. Il faisait presque nuit et les nuages arrivaient de la baie de Morecambe. Quelques semaines plus tôt, je me serais méfié de la menace des sorcières d'eau mais, après les efforts de Johnson, je me sentais parfaitement en sécurité. Johnson était plein d'arrogance, mais il avait bien fait le travail.

Tom regardait le canal avec une expression triste sur le visage. Je me suis souvenu de notre première promenade ensemble, de Chipenden à Salford, quelques mois auparavant, et de la façon dont il avait continué à faire des blagues, malgré sa tristesse de laisser Alice à la maison. Maintenant, la situation actuelle semblait lui avoir fait perdre le moral.

Il y eut une longue pause avant qu'il ne parle.

''Quel genre d'entraînement Johnson te donne-t-il ?'' demanda Tom.

''Un entraînement ? Eh bien, il me parle des sorcières et me demande de lire des livres de la bibliothèque. Je suis toujours en train d'écrire le livre sur lui, bien sûr...''

''Tu utilise un carnet pour noter ce que tu apprend ?'' demande Tom.

Je secoue la tête.

Tom a soupira et fouilla dans son sac. Il en sortit un petit livre relié en cuir noir et me le tendit. Je l'ai accepté et j'ai feuilleté les pages, qui étaient vierges.

''J'ai pensé que cela pourrait être le cas, alors j'ai apporté ceci pour toi. Utilise-le pour enregistrer des choses'', a conseillé Tom. ''Même si tu as une excellente mémoire, tu ne peux pas tout retenir. Notez tout ce que vous apprenez dans les livres et lorsque vous travaillez activement sur des affaires. Compris ?

J'ai hoché la tête.

''Il t'a montré comment utiliser la chaîne d'argent ? Et il t'a laissé t'entraîner à la lancer?'' Continua Tom.

''Non. Elle reste dans son sac. Il ne l'a pas beaucoup utilisé depuis que nous sommes ici. Il préfère tuer les sorcières d'eau plutôt que de les faire prisonnières.''

''Et le combat avec un bâton, il t'apprend ça ?''

J'ai secoué la tête.

Tom avait l'air ennuyé.

Je repensai à l'offre de Tom de me former, et j'eus un pincement au cœur. Mais je me suis vite rappelé pourquoi je n'avais pas eu d'autre choix que de refuser.

''Il devrait faire ces choses et plus encore. La prochaine fois que je le verrai, je lui en parlerai. Quoi qu'il en soit, Alice sera heureuse de te voir, Wulf. J'espère que ça lui remontera un peu le moral'', a-t-il dit.

Johnson avait accepté de s'arrêter à Chipenden sur la route de Billinge. Nous y passerions la nuit.

''Ça va être bon de la revoir, Tom'', lui ai-je dit. ''Tu as dit qu'elle n'était pas très bien. J'espère qu'elle ira bientôt mieux.''

"Elle n'ira pas mieux tant que Tilda ne sera pas revenue et que la menace de Circé ne sera pas derrière nous. Alice se rend malade. Elle essaie désespérément d'augmenter la puissance de sa magie. Elle passe des jours sans dire un mot et elle jeûne aussi. Elle a perdu beaucoup de poids. Tout cela est assez mauvais, mais elle le fait pour une raison. Elle ne veut pas en parler, mais je pense qu'elle prévoit d'affronter Circé en face à face et de la combattre jusqu'à la mort. La magie d'Alice a toujours été forte et maintenant elle est plus puissante que jamais. Mais elle n'a aucun espoir si elle se mesure à une déesse. J'ai peur de les perdre toutes les deux - Alice et Tilda.''

Je me suis efforcé de trouver des mots de réconfort et d'espoir, mais je n'y parvint pas. Je ne savais pas quoi dire et nous avons tous les deux regardé le canal en silence.

J'ai senti les premières gouttes de pluie sur ma tête et j'ai remonté ma capuche. En quelques instants, il a commencé à pleuvoir à verse.

"Je m'en vais, Wulf. A demain. Oh ! Et autre chose - je sais que le gobelin te connaît maintenant, mais il est un peu capricieux en ce moment, vu que tout est déréglé. Donc, par précaution, vous feriez mieux de sonner et de m'attendre avant de monter dans la maison.''

Avec un signe d'adieu, Tom Ward a commencé à marcher le long du chemin de halage vers le sud en direction de Caster. Après avoir contourné la ville pour éviter les Inquisiteurs et ses hommes, il devra traverser les collines pour atteindre Chipenden. Il marchera toute la nuit et jusqu'au lendemain matin.

Je me suis retourné, j'ai quitté le chemin et j'ai longé le ruisseau en direction des douves qui entouraient le moulin. Tom m'a dit qu'autrefois, il était régulièrement rempli de sel pour éloigner les sorcières d'eau. Johnson ne s'était pas embêté avec ça.

''J'espère qu'elles vont attaquer le moulin !'' m'avait-il dit un jour. ''Je les tuerai plus vite de cette façon. Cela m'épargnerait la peine de les traquer.''

Johnson en était déjà à sa deuxième bouteille de vin, je l'ai laissé tranquille et je suis monté dans ma chambre. Travaillant à la lumière des bougies, j'ai continué à lire le livre de Bill Arkwright, mais cette fois, j'ai noté les faits importants dans mon nouveau carnet. On ne sait jamais quand on peut avoir besoin de la bonne information pour combattre l'obscur.

Le lendemain, nous nous sommes levés à l'aube et, après avoir pris le petit-déjeuner, nous avons fermé le vieux moulin et sommes partis pour Chipenden.

Je portais le sac de Johnson comme d'habitude et il était lourd. En plus des objets habituels des épouvanteurs, comme des petits paquets de sel et de limaille de fer et sa chaîne en argent, il avait aussi ajouté plusieurs bouteilles de vin pour le voyage.

''C'est bon pour la marche !'' déclara Johnson. ''Le vin lubrifie les muscles des jambes.''

A SUIVRE

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Frère Wulf, Tome 2 : Le Fléau du Tulpan" est sorti 2022-05-11T19:49:31+02:00
background Layer 1 11 Mai

Dates de sortie

Frère Wulf, Tome 2 : Le Fléau du Tulpan

  • France : 2022-05-11 (Français)
  • Canada : 2022-06-27 (Français)
  • USA : 2021-05-06 (English)

Activité récente

Noone l'ajoute dans sa biblio or
2022-07-14T16:26:37+02:00

Titres alternatifs

  • Wulf's Bane (The Spook's Apprentice: Brother Wulf #2) - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 18
Commentaires 6
extraits 2
Evaluations 9
Note globale 7.78 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode