Livres
523 578
Membres
541 309

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sinner love



Description ajoutée par Chlore-1 2020-09-21T13:54:16+02:00

Résumé

Il suffit d’une seconde pour que votre vie bascule.

Parce que oui, il a suffi d'une seconde à mon beau-père pour tuer ma mère sous mes yeux, et me rendre orpheline à seize ans.

J'ai été confiée à la garde du mystérieux Darrow MacKenna, ce puissant et richissime génie de l'informatique, fondateur de Sparks, l’application de rencontres à la mode.

Darrow MacKenna, cet homme torturé qui n'a pas d'autre choix que de m'ouvrir les portes de sa demeure high tech pour me protéger des dangers qui me poursuivent.

Mais personne n’a songé que c'était peut-être lui, le danger.

Personne n'a songé que tous les codes ont leur faille, même celui de son cœur.

Personne n'a songé que son refuge abriterait nos baisers volés. Notre amour interdit.

Ni que moi, Hazel Burns, je deviendrais son erreur système.

Afficher en entier

Classement en biblio - 29 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par CrystalM 2020-10-09T23:21:11+02:00

Chapitre 1

Hazel

Mai

La vie ne tient qu’à un fil.

On ne s’en rend pas compte avant que l’impensable se produise. On croit bêtement que tout est éternel, et que rien ne pourra jamais nous arriver.

On m’avait dit : la vie ne tient qu’à un fil, Hazel, alors fais gaffe de ne pas le couper.

Ma vie, pour ma part, tenait à moins que ça, car un coup de poing a tout envoyé valser.

C’est la tempe, le problème. Il a visé la tempe, et ma mère est tombée sur la table basse. Morte sur le coup. Elle a arrêté de souffrir, me suis-je dit au moment où le craquement résonnait dans la maison. Ce bruit, c’est l’ouverture des portes du paradis.

Aujourd’hui je sais pas trop pourquoi j’ai pensé ça. Soit parce que j’étais high1 comme pas possible, soit parce que réaliser que ma mère venait de me quitter était trop dur à supporter.

Peut-être que les portes du paradis se sont ouvertes pour elle, mais pas pour moi. Il y a eu le ballet des avocats, de la famille, des amis qu’on voyait souvent, des amis qu’on ne voyait jamais. Des inconnus qui viennent manger les miettes du testament et des veillées funéraires où croulait plus de nourriture que d’honnêteté. Pourquoi est-ce que vous amenez à manger ? Ma mère n’en a plus besoin et sa mort m’a coupé l’appétit. Il y a eu ceux qui ont léché ses cendres, parce qu’elle voulait s’éteindre dans les flammes.

Pour éviter de faire face au précipice que sa mort a laissé dans ma poitrine, je m’échappe de cette ambiance glauque autant que je peux. Je marche le long de la plage, plonge mes orteils dans l’eau limpide. Une douleur indicible, à peine gérable, qui, comme un tsunami, engloutit tout sur son passage. Son prénom est devenu un trou noir, avalant toute étincelle de lumière autour de lui. Chacune de mes pensées se tourne vers elle. Pourquoi ? Pourquoi elle, pourquoi maintenant ? Pourquoi cette putain de douleur ne veut-elle pas partir pour de bon ?

Luna est la seule à retrouver ma trace. Elle vient se poster près de moi et nous contemplons l’horizon alors que le ressac nous calme. Enfin, me calme, surtout. J’essaye de retenir les larmes depuis ce matin mais c’est hors de ma portée. Elles roulent le long de mes joues, mues d’une vie propre.

De lourds nuages noirs s’amoncellent au-dessus de la mer déchaînée. Les vagues sont belles, aujourd’hui. J’aurais pu surfer.

— Hey. Tout le monde te cherche.

Je jette un coup d’œil vers la falaise qui nous surplombe. Là-haut se trouvent toutes les maisons de la Vérité Intérieure, cette communauté qui m’a vue naître, grandir... et qui a vu ma mère mourir. Ma maison a été la première d’une longue série et elle est aussi la plus grande. Elle est surnommée la Ferme. Aujourd’hui, elle est devenue scène de crime. Mon beau-père y a tué ma mère.

— Je crois que je vais vomir, lâché-je.

Je ne pensais pas le dire à voix haute.

Je pose instinctivement ma main sur mon plexus solaire, là où trône mon tatouage en dentelles.

— Ça va aller, Hazel, tu verras...

« Ça va aller. » Non, ça n’ira pas. Comment est-ce que ça pourrait aller ? Elle m’a été arrachée. Elle est partie. Et aujourd’hui, il y a des assistantes sociales, des policiers, des inconnus qui fouillent dans ma vie et qui cherchent à comprendre ce qui s’est produit ce soir-là.

Moi aussi, j’aimerais comprendre. Mais toutes les pièces du puzzle sont désordonnées dans ma tête.

— Je te promets que j’essaye, murmuré-je. De m’accrocher à quelque chose, de…

— Je sais que ce n’est pas facile. Mais je serai là, moi. Je te protégerai. Je t’aiderai.

Du haut de son mètre soixante et ses cinquante kilos tout mouillés, je ne vois pas comment Luna pourrait me protéger de lui. Pourtant, l’entendre, le lire dans son regard m’apporte une sérénité que je n’ai plus depuis que ça s’est produit. Il y a dix jours. J’ai l’impression que ça fait dix ans.

Sa mère a été adorable ; elle m’a gardée chez elle malgré les hurlements dans la nuit, malgré les crises de nerfs, malgré la colère qui a renversé toutes mes défenses.

— C’est gentil, Luna, mais je ne reste pas.

— Comment ça, tu ne restes pas ?

Personne ne part jamais de la Vérité Intérieure. Personne ne quitte jamais Half Moon Bay. C’est ce que je lis dans l’incrédulité de son regard. La terreur qui m’habite est plus grande encore que l’idée d’abandonner tout ce que j’aie jamais connu. Car s’il est relâché... Qui sait ce qu’il pourrait me faire ? Au milieu de la paperasse, des robes noires à enfiler, des larmes à sécher, du cœur qui menace d’imploser dans la poitrine, il y a eu un nom, qui a émergé du chaos comme une oasis protectrice. Un rocher s’élevant au cœur de la mer déchaînée. Un récif, un roc, un phare, appelez-le comme vous voulez.

Darrow MacKenna.

— Ma mère a laissé un testament et une avocate trop zélée derrière elle. S’il devait lui arriver quelque chose, elle voulait que je sois confiée à la garde de quelqu’un qui ne soit pas d’ici.

Sous-entendu qui n’appartient pas à notre communauté.

— Et tu pars quand ?

L’inquiétude se lit dans ses prunelles. J’arrime à nouveau mon regard à ces nuages qui surplombent le paysage.

— D’un instant à l’autre. C’est pour ça que je suis venue ici. C’est peut-être la dernière fois avant un long, très long moment que je vois notre petite crique.

— Tu ne peux pas partir, Hazel, enfin ! Tu as toujours vécu ici, avec nous, à la Vérité Intérieure...

Je baisse la tête, laisse mes longs cheveux châtains recouvrir mon visage. Quand maman a rendu son dernier souffle, je crois qu’une partie de moi a voulu mourir avec elle.

Hazel Burns s’est peut-être éteinte en même temps que sa mère, en fin de compte. J’ai envie de lui dire, à Luna, de ne pas me regretter. Que la fille qu’elle voit devant ses yeux n’est plus qu’un fantôme, qu’un animal blessé qui ne sait pas s’il passera la nuit. Qui Hazel

Une image contenant assis, sombre, portable, table Description générée automatiquement

Mai

La vie ne tient qu’à un fil.

On ne s’en rend pas compte avant que l’impensable se produise. On croit bêtement que tout est éternel, et que rien ne pourra jamais nous arriver.

On m’avait dit : la vie ne tient qu’à un fil, Hazel, alors fais gaffe de ne pas le couper.

Ma vie, pour ma part, tenait à moins que ça, car un coup de poing a tout envoyé valser.

C’est la tempe, le problème. Il a visé la tempe, et ma mère est tombée sur la table basse. Morte sur le coup. Elle a arrêté de souffrir, me suis-je dit au moment où le craquement résonnait dans la maison. Ce bruit, c’est l’ouverture des portes du paradis.

Aujourd’hui je sais pas trop pourquoi j’ai pensé ça. Soit parce que j’étais high1 comme pas possible, soit parce que réaliser que ma mère venait de me quitter était trop dur à supporter.

Peut-être que les portes du paradis se sont ouvertes pour elle, mais pas pour moi. Il y a eu le ballet des avocats, de la famille, des amis qu’on voyait souvent, des amis qu’on ne voyait jamais. Des inconnus qui viennent manger les miettes du testament et des veillées funéraires où croulait plus de nourriture que d’honnêteté. Pourquoi est-ce que vous amenez à manger ? Ma mère n’en a plus besoin et sa mort m’a coupé l’appétit. Il y a eu ceux qui ont léché ses cendres, parce qu’elle voulait s’éteindre dans les flammes.

Pour éviter de faire face au précipice que sa mort a laissé dans ma poitrine, je m’échappe de cette ambiance glauque autant que je peux. Je marche le long de la plage, plonge mes orteils dans l’eau limpide. Une douleur indicible, à peine gérable, qui, comme un tsunami, engloutit tout sur son passage. Son prénom est devenu un trou noir, avalant toute étincelle de lumière autour de lui. Chacune de mes pensées se tourne vers elle. Pourquoi ? Pourquoi elle, pourquoi maintenant ? Pourquoi cette putain de douleur ne veut-elle pas partir pour de bon ?

Luna est la seule à retrouver ma trace. Elle vient se poster près de moi et nous contemplons l’horizon alors que le ressac nous calme. Enfin, me calme, surtout. J’essaye de retenir les larmes depuis ce matin mais c’est hors de ma portée. Elles roulent le long de mes joues, mues d’une vie propre.

De lourds nuages noirs s’amoncellent au-dessus de la mer déchaînée. Les vagues sont belles, aujourd’hui. J’aurais pu surfer.

— Hey. Tout le monde te cherche.

Je jette un coup d’œil vers la falaise qui nous surplombe. Là-haut se trouvent toutes les maisons de la Vérité Intérieure, cette communauté qui m’a vue naître, grandir... et qui a vu ma mère mourir. Ma maison a été la première d’une longue série et elle est aussi la plus grande. Elle est surnommée la Ferme. Aujourd’hui, elle est devenue scène de crime. Mon beau-père y a tué ma mère.

— Je crois que je vais vomir, lâché-je.

Je ne pensais pas le dire à voix haute.

Je pose instinctivement ma main sur mon plexus solaire, là où trône mon tatouage en dentelles.

— Ça va aller, Hazel, tu verras...

« Ça va aller. » Non, ça n’ira pas. Comment est-ce que ça pourrait aller ? Elle m’a été arrachée. Elle est partie. Et aujourd’hui, il y a des assistantes sociales, des policiers, des inconnus qui fouillent dans ma vie et qui cherchent à comprendre ce qui s’est produit ce soir-là.

Moi aussi, j’aimerais comprendre. Mais toutes les pièces du puzzle sont désordonnées dans ma tête.

— Je te promets que j’essaye, murmuré-je. De m’accrocher à quelque chose, de…

— Je sais que ce n’est pas facile. Mais je serai là, moi. Je te protégerai. Je t’aiderai.

Du haut de son mètre soixante et ses cinquante kilos tout mouillés, je ne vois pas comment Luna pourrait me protéger de lui. Pourtant, l’entendre, le lire dans son regard m’apporte une sérénité que je n’ai plus depuis que ça s’est produit. Il y a dix jours. J’ai l’impression que ça fait dix ans.

Sa mère a été adorable ; elle m’a gardée chez elle malgré les hurlements dans la nuit, malgré les crises de nerfs, malgré la colère qui a renversé toutes mes défenses.

— C’est gentil, Luna, mais je ne reste pas.

— Comment ça, tu ne restes pas ?

Personne ne part jamais de la Vérité Intérieure. Personne ne quitte jamais Half Moon Bay. C’est ce que je lis dans l’incrédulité de son regard. La terreur qui m’habite est plus grande encore que l’idée d’abandonner tout ce que j’aie jamais connu. Car s’il est relâché... Qui sait ce qu’il pourrait me faire ? Au milieu de la paperasse, des robes noires à enfiler, des larmes à sécher, du cœur qui menace d’imploser dans la poitrine, il y a eu un nom, qui a émergé du chaos comme une oasis protectrice. Un rocher s’élevant au cœur de la mer déchaînée. Un récif, un roc, un phare, appelez-le comme vous voulez.

Darrow MacKenna.

— Ma mère a laissé un testament et une avocate trop zélée derrière elle. S’il devait lui arriver quelque chose, elle voulait que je sois confiée à la garde de quelqu’un qui ne soit pas d’ici.

Sous-entendu qui n’appartient pas à notre communauté.

— Et tu pars quand ?

L’inquiétude se lit dans ses prunelles. J’arrime à nouveau mon regard à ces nuages qui surplombent le paysage.

— D’un instant à l’autre. C’est pour ça que je suis venue ici. C’est peut-être la dernière fois avant un long, très long moment que je vois notre petite crique.

— Tu ne peux pas partir, Hazel, enfin ! Tu as toujours vécu ici, avec nous, à la Vérité Intérieure...

Je baisse la tête, laisse mes longs cheveux châtains recouvrir mon visage. Quand maman a rendu son dernier souffle, je crois qu’une partie de moi a voulu mourir avec elle.

Hazel Burns s’est peut-être éteinte en même temps que sa mère, en fin de compte. J’ai envie de lui dire, à Luna, de ne pas me regretter. Que la fille qu’elle voit devant ses yeux n’est plus qu’un fantôme, qu’un animal blessé qui ne sait pas s’il passera la nuit. Qui ne peut que s’en vouloir de ce qui s’est produit. J’ai eu envie de lui dire que je préférais qu’elle garde le souvenir de celle que j’ai été.

Au moment de prononcer ces mots, j’ai remarqué la douleur que je laissais chez elle aussi. Elle n’avait pas besoin de l’entendre, elle l’avait déjà compris.

L’ancienne Hazel n’était plus.

Source : kobo.com

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Nina4401 2020-10-20T17:05:57+02:00
Or

Très très belle histoire, la force la maturité de Hazel est incroyable, Darrow évolue au fil des chapitres, les manipulations, épreuves, trahisons et autres jugements n’auront pas la peau de nos deux personnages, nulle envie de vous en raconter plus il est des livres qu’on mérite de découvrir par soit même, c’est comme un cadeau inimaginable de ne pas être les premiers à le découvrir ! Très honnêtement il mérite une belle note de 9/10

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alex16DS 2020-10-20T14:03:15+02:00
Diamant

“Fermer les yeux, Inspirer, expirer, ne pas me laisser briser par le raz-de-marée.“

Dès les premiers mots de cette histoire, j’ai su que, pour moi, cette phrase se répercuterai sur ma lecture telle une submersion d’émotions! Et c’est sans y réfléchir, que j’ai plongé tête la première, ne refaisant surface qu’en refermant ce roman.

Une immersion totale dans l’histoire racontant la rencontre de deux êtres dont tout oppose: Hazel Burns et Darrow MacKenna. Tout, mise-à-part cette douleur lacérante et assujettie à de profondes ténèbres rythmant comme une séance de yoga les respirations oxygénant des battements de leur cœur. Une rencontre, un apprivoisement, une évolution… ils vont grandir et murir ensemble!

« Sinner Love » n’est pas péché! « Sinner Love » prêche l’Amour…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chouquette14K 2020-10-20T00:42:31+02:00
Bronze

L'âge de l'héroïne ma un peut refroidit quand a son âge a lui .Je ne vois pas du tout ma fille dans cette optique certes 12 ans d'écart ce n'est rien quand ont est adulte mais pas quant la fille a 16 ans et le mec 28 ans ,non la j'ai du mal .Pas une lecture pour moi ,mal a l'aise du début a la fin et encore j'ai sauté une bonne partie .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie-Anne-1 2020-10-18T19:17:40+02:00
Diamant

MON AVIS SUR SINNER LOVE

Ohhhhh mon dieuuuuuu

Ce livre , cette histoire est magnifique

Les personnages, Hazel et DARROW sont profond, protecteur , brisé (DARROW bcp et e Hazel 1 peu) beau à l'intérieur comme à l'extérieur, fort et aimant. Alors oui le thème de la différence d'âge est aborder et oui ça devrait me choqué mais (c'est ça la magie des livres) ces 2 personnes la oh my god. Ce livre m'a transporté, intrigué, la trame est bien mené, ce livre m'a fait tomber amoureuse de ce couple, 2 âmes sœur qui étaient perdu et seul mais qui en se trouvant ont trouvés la lumière qu'il n'avait plu et ont découvert l'amour, le vrai , le fort, le douloureux, le protecteur mais aussi celui qui fait peur , celui pour lequel on pourrait mourir pour l'autre ou sans l'autre. Ensemble ils bravent leur combat intérieur et extérieur.

ici vous m'avez donné je crois une des plus belles histoires d'amour que elles pouvaient faire.

Certains disent que ça ce rapproche d'une dark, je n'ai pas trouvé. N'ayez pas peur de le lire ou n'hésitez absolument pas foncez le lire! MERCI POUR DAZEL.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie-Anne-1 2020-10-18T19:16:06+02:00
Diamant

MON AVIS SUR SINNER LOVE

Ohhhhh mon dieuuuuuu

Ce livre , cette histoire est magnifique

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Catherine-113 2020-10-18T13:30:00+02:00
Argent

Très belle histoire. Les personnages sont attachants. Quelques longueurs mais rien de grave.

Attention ce n'est pas une dark romance: les rapports entre les deux héros sont consensuels et il n'y a rien de glauque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kokaline67 2020-10-17T21:06:57+02:00

Lecture en cours , bientôt fini

Attention fille 16 ans homme 28 ans (elle dit oui

L’accepter ou pas avant lecture.

L’histoire est bien, dommage ces 12 ans de différence.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aminouch 2020-10-16T10:01:52+02:00

ALERTE SOS

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Sinner love" est sorti 2020-10-16T00:53:11+02:00
background Layer 1 16 Octobre

Date de sortie

Sinner love

  • France : 2020-10-16 (Français)

Activité récente

audlen l'ajoute dans sa biblio or
2020-10-20T21:03:22+02:00
Linalu l'ajoute dans sa biblio or
2020-10-19T00:51:32+02:00
Thalin l'ajoute dans sa biblio or
2020-10-18T23:05:58+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 29
Commentaires 8
Extraits 1
Evaluations 10
Note globale 8.4 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode